[Coup de cœur] States of Grace : Émouvant, vivant… un moment de grâce

StatesOfGrace1

Foudroyant et bouleversant, States Of Grace est une pépite rare qui a su tisser une histoire superbe autour d’un sujet épineux, avec une subtilité et une délicatesse incroyable. Destin Cretton narre avec simplicité le parcours de personnages écorchés vifs et poignants, sans jamais céder au mélodrame excessif et au pathos inutile. States Of Grace est porté par une Brie Larson magnifique et touchante, d’ailleurs récompensée par le Prix d’interprétation féminine aux Festival International du Film de Lorcano 2013.

Le pitch : Sensible et déterminée, Grace est à la tête d’un foyer pour adolescents en difficulté. Parmi les jeunes membres de son équipe, diversement expérimentés, la solidarité et le bon esprit sont de mise. Jusqu’à l’arrivée soudaine d’une fille tourmentée qui ignore les règles du centre et renvoie Grace à sa propre adolescence… pas si lointaine.

Pour son premier film, Destin Cretton met la barre très haute. Il n’est jamais évident de réaliser un film sur le mal-être adolescent ou la maltraitance, car souvent à force de vouloir être explicite, le film prend le risque de devenir trop larmoyant et répulsif. Fort de son passé d’éducateur et inspiré par le court-métrage qu’il avait déjà réalisé en 2008, Short Term 12 (le titre original du film), Destin Cretton aborde son sujet avec une simplicité désarmante, exposant ses personnages à vif et sans détour.

Avec un début empreint de légèreté, le film se dévoile petit à petit et prend rapidement aux tripes, à travers ses personnages marqués par la vie et à la sensibilité à fleur de peau qui touche en plein cœur. Grâce à un scénario précis et bien écrit, Destin Cretton commence d’abord par planter le décor, la vie dans ce foyer rythmé par ces adolescents et leurs angoisses, avant de se concentrer sur son héroïne, Grace. Avec beaucoup d’émotions et de justesse, le film entreprend de percer la carapace de la jeune femme, à travers un face-à-face bouleversant avec une adolescente au passé similaire. Oscillant entre les non-dits et la vérité brute, States Of Grace décrit avec justesse la difficulté de mettre des mots sur la maltraitance et les blessures ouvertes, avec une retenue et une pudeur authentique. Le parallèle entre Grace et Jayden, l’ado, est saisissant, illustrant parfaitement ce mal particulier qui, contrairement à ce que l’on peut croire, ne guérir pas de lui-même à l’âge adulte.

Cette approche peut être déroutante après des films formatés et tire-larmes, tels que Precious de Lee Daniels (2009), qui imageait brutalement (et excessivement) la violence dont était victime l’héroïne du film (une violence justifiée, notamment pour un public étranger à ce genre de problème). On pourrait du coup s’attendre à en voir plus, mais au contraire, la subtilité du film rend l’histoire bien plus douloureuse et plus vive… et tellement plus crédible.
Étonnamment, malgré son sujet douloureux, Destin Cretton maintient une aura positive et pleine d’espoir, offrant ainsi un film d’une beauté remarquable et touchante, dans la lignée de petits bijoux indépendants tel que Le Monde de Charlie, de Stephen Chbosky (2013). States Of Grace nous emporte dans son histoire fluide, cristallisée par une interprétation puissante et une mise en scène précise et lumineuse.

Au casting : Brie Larson (Scott Pilgrim vs The World, Don Jon…) est superbe, livrant une performance magnifique et, effectivement, pleine de grâce. Kaitlyn Dever (J. Edgar…) réussit à ne pas franchir la fine limite entre la gamine détestable et l’adolescente brisée, se révélant elle aussi excellente et touchante. Autour, nous retrouvons John Gallagher Jr (Whatever Works, Jonah Hex…) dont la bonne humeur et les facéties illuminent le film, Rami Malek (Les Amants du Texas, Need For Speed…) est trop en retrait, tandis que Keith Stanfield fait une entrée remarquée dans le monde du cinéma, en reprenant le rôle qu’il tenait dans le court-métrage du film.

En conclusion, States Of Grace est un premier long-métrage abouti et brillant, habité par des personnages émouvants, écrits avec justesse et générosité. Certainement un des plus beaux films de l’année.

You are not alone...

You are not alone…

3 réflexions sur “[Coup de cœur] States of Grace : Émouvant, vivant… un moment de grâce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s