Bachelorette – Les meilleures copines de la loose

Surfant sur la vague des Very Bad Trip au féminin, après l’hilarant Bridesmaids, Bachelorette reprend le thème à la mode des femmes “actuelles” et pseudo libérées, déguisées en demoiselles d’honneur dévergondées (encore). Sachant que tout cela surfe déjà sur les restes du succès de la série Sex and the City, autant dire que le manque d’imagination dont fait preuve ce film est plutôt fatiguant.

Expendables 2 – Deuxième essai validé

Il y a des films que l’on va voir parce qu’on aime le réal, parce qu’on aime un acteur, parce qu’on aime le genre… Et puis il y a les films comme Expendables. Le film qui réunit la dream team des films d’actions des années 80-90 + ceux qu’on appelle “la relève”, tout cela sous le joug de Sylvester Stallone qui, là, il faut l’avouer, a quand même eu une très bonne idée.

The Secret – le Kinder sans surprise…

Le problème quand on a une tagline aussi forte que “on a jamais été aussi bluffé depuis le Sixième Sens” on risque de décevoir plein plein de gens. Et The Secret n’échappe pas à la règle. Heureusement, on est loin du “paranormal activity effect”, si on est pas vraiment bluffé, la surprise est tout de même au rendez-vous.

Prometheus – A suivre…

Plus qu’un film, une odyssée. Ridley Scott nous emmène aux origines du film Alien en s’intéressant de près au vaisseau mystérieux découvert par l’équipage du Nostromo. Malgré un démarrage un peu lent, Prometheus tient ses promesses…

The Amazing SpiderMan – Le reboot qui rebute !

Déja, à la base je n’étais pas franchement folle de cette idée. Et bien je confirme, le reboot de la trilogie de Raimi, malgré ses défauts, est arrivée bien trop tôt. Si le casting est impeccable (Garfield et Stone ont des rôles écrits pour eux, Rhys Ifans est superbe) et que ce nouvel opus profite des avancées de la technologie, The Amazing Spiderman n’est pas une réussite.

The Dark Knight Rises – Imparfait et parfait à la fois

La conclusion parfaite et épique d’une trilogie réussie de A à Z. Un casting impeccable bien que certains personnages soient un peu “maltraités” à la fin du film, un scénario qui connait des poussées d’adrénaline spectaculaires et à la réalisation, un technicien hors pair, vraiment. Une scène en particulier marquera les esprits, une scène magnifique et brutale à la fois.

Friends with kids – Prévisible, bien sûr !

Une comédie gentillette mettant en scène un couple d’amis qui décident de faire un enfant ensemble no strings attached, sans se marier ni s’aimer (d’amûûûr quoi). Plutôt drolinet et dépaysant jusqu’au moment où on bascule dans le romantisme gnan-gnan, old school et cliché qui s’oppose carrément à l’idée très libérale du film (faire en enfant en dehors du mariage).