[SÉRIE TV] Le phénomène Outlander débarque en France

outlander

Il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion d’assister à une soirée ayant pour thème la série Outlander. Au programme : buffet écossais et découverte des deux premiers épisodes de la saison 1.

Une série que je ne connaissais pas, mais dont j’avais déjà entendu parlé, notamment lorsque j’ai proposé de voter pour le meilleur acteur de Série TV en 2014 et que les fans de la série ce sont déchaîné(e)s jusqu’au dernier moment pour faire gagner Sam Heughan, le héros de la série. Mais aussi parce que le succès de la série a même valu quelques nominations aux derniers Golden Globes : « Meilleure actrice dans une série dramatique » pour Caitriona Balfe, « Meilleur acteur dans un second rôle » pour Tobias Menzies et « Meilleure série dramatique ».
Et oui, Outlander est une des séries phares du moment qui réunit environ un million de téléspectateurs américains et qu’on pourrait décrire grossièrement comme un Game Of Thrones plus soft et plus girly, ou un Reign un peu plus péchu et moins ado.

Hum… C’est pas clair, hin ?
Voici le pitch : Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d’espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle est alors forcée d’épouser Jamie, un jeune guerrier écossais passionné qui s’enflamme pour elle et la conduit à être déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables.

outlander2

Adapté d’une série de romans écrits par Diana Gabaldon depuis 1991, la saga compte déjà 8 livres. Mélange de genres fantasty et romanesque, Outlander doit son succès à une histoire d’amour soigneusement travaillée et un contexte historique presque barbare qui impose de nombreux obstacles aux héros, entre une guerre qui fait rage et un futur qui s’éloigne.

Après avoir vu les deux premiers épisodes, je dirais que le fait qu’Outlander est l’adaptation d’une saga littéraire se fait sentir tant la série met du temps à se mettre en place. En effet, il faut d’abord découvrir l’histoire de Claire en 1945 avant de pouvoir l’envoyer deux siècles dans le passé, en plein milieu d’une guerre civile… avant d’être mis au parfum sur ce contexte tout nouveau. Du coup, cela fait beaucoup d’informations et de blablas avant d’entrer dans le vif du sujet et ce n’est qu’à la fin de l’épisode 2 que l’on comprend que Claire, l’héroïne, est coincée et ne pourra pas rentrer de sitôt dans son temps.

Étant donnée que je suis repartie avec le coffret de l’intégrale de la saison 1, j’en ai profité pour regarder la suite (surtout parce qu’on m’a promis beaucoup de violence d’ici la fin de la saison). Et bien… ça ne s’arrange pas tant que ça finalement. Ca papote beaucoup, impose beaucoup de règles qu’il faut comprendre et comme la série a la (bonne) idée de nous mettre au même niveau que Claire, on est rapidement perdu face à un mode de vie régi par des us et coutumes compliquées, tandis que les personnages (souvent rustres) s’expriment en gaélique écossais (non traduit), ce qui ne facilitent pas non plus l’intégration. Mais qu’à cela ne tienne, car le point fort de la série n’est pas là. Après avoir suffisamment fait chouiner son héroïne sur le fait que son mari lui manque et qu’elle veut rentrer chez elle (en 1945), la série embraye rapidement sur le rapprochement entre elle et Jamie, le rebelle écossais parmi les rebelles écossais. Alors que les conflits avec les Anglais s’intensifie, la voilà forcée à épouser Jamie pour sauver sa peau et, accessoirement, celles de ses nouveaux copinous écossais dont elle finit par s’attacher. Ce qui est fascinant ce sont finalement les artifices mis en place par la série pour nous faire tomber amoureux de ce couple, notamment en amplifiant une tension sexuelle à couper au couteau et en cumulant des scènes de fesses qui semblent tout droit sorties des romans érotiques d’antan (type Harlequin). Difficile de ne pas trouver ces deux tourtereaux finalement attachants alors qu’ils se découvrent au fil des épisodes. Les plus sensibles craqueront pour Sam Heughan, très mis en valeur par la série à grands renforts de regards de braise et de tombés de chemise nonchalants, mais Claire n’est pas en reste, son personnage semble tout droit sorti d’un roman de Jane Austen, en nettement moins prude (c’te coquine).

Oui, mais voilà… pour moi, cela ne suffit pas et il faut aussi composer avec le fait que l’héroïne n’en fait qu’à sa tête et ne fait que prendre des risques (souvent crétins), du coup il faut souvent la sauver (d’un viol généralement).  Et ça, c’est un peu énervant aussi.

outlander3

Globalement, Outlander n’est pas très trépidant, mais reste tout de même une série qui se regarde tranquillement (quand on a du temps devant soi, hum…), une fois les premiers pas effectués, chaque épisode apporte un élément nouveau à l’histoire, même si parfois c’est un peu compliqué à comprendre. Mais finalement, le contexte historique importe peu, voici ce qu’il faut savoir :

  • Claire, mariée à Frank Randall en 1945, se retrouve téléportée en 1743 après avoir touché une pierre magique, alors qu’elle était en vacances en Écosse pour se reconnecter avec son mari (ils ont été séparés pendant la Seconde Guerre Mondiale)
  • Claire est anglaise (détail important)
  • En 1743, elle est retenue par des rebelles écossais qui se battent contre les Anglais. On découvre rapidement qu’un des soldats anglais (le plus craignos, forcément) est l’aïeul de son vrai mari – c’est d’ailleurs le même acteur – Jack Randall.
  • Jamie est un rebelle (en plus d’être roux), pas totalement admis par le clan MacKenzie (parce qu’il vient d’un autre clan). Et puis il a le dos plein de cicatrices car il a violemment été fouetté (par Jack Randall) pour une raison obscure (un truc avec sa sœur, j’ai pas bien compris…).
  • Le frère du Laird/roi est louche. En plus de truander son frère, il zieute trop souvent Claire (il l’a même agressée sexuellement)
  • Souvent, quelqu’un essaie de violer Claire (environ 4 fois en 8 épisodes…)
  • Il y a toujours une rousse bizarre qui fait de la magie (Geillis)
  • L’épisode du mariage n’est fait que de flashbacks et de parties de jambes en l’air
  • En 1945, le mari de Claire finit par croire que sa femme s’est enfuie avec un type/fantôme qu’il avait croisé la veille de sa disparition
  • Fesser sa femme pour la châtier, tant que la mise en scène est sexy, apparemment c’est toléré.

Claire finira-t-elle par retourner en 1945 ? Si oui, qu’adviendra-t-il de sa relation avec Jamie et comment pourra-t-elle renouer avec son mari sachant que son aïeul est un véritable salaud dans le passé ? Nikki et Victor Newman sont-ils toujours ensemble ? Que de questions, que de questions… 😀

Un de ces quatre, je regarderai la fin de la saison, par curiosité et aussi parce qu’on m’a promis du sang et de la violence « pire que le Red Wedding de Game Of Thrones« . En attendant, l’intégrale de la saison 1 d’Outlander est disponible en Blu-ray et DVD depuis le 16 mars et la saison 2 débarque aux US dès le 9 avril. Enjoy.

They would make a great couple, tho

They would make a great couple, tho

Merci à Sony et à l’agence qui m’a invitée pour cette soirée bien sympathique et les cadeaux.

Capture d’écran 2016-03-17 à 10.27.43

Une réflexion sur “[SÉRIE TV] Le phénomène Outlander débarque en France

  1. J’y étais aussi 🙂 Je ne peux que te conseiller de continuer la S1. tu es forcée de t’attacher aux personnages ! Même à black Jack qui est vraiment, mais vraiment méchant….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s