[CRITIQUE] Rebelles, d’Allan Mauduit (Sortie DVD et VOD)

Le pitch : Sans boulot ni diplôme, Sandra, ex miss Nord-Pas-de-Calais, revient s’installer chez sa mère à Boulogne-sur-Mer après 15 ans sur la Côte d’Azur. Embauchée à la conserverie locale, elle repousse vigoureusement les avances de son chef et le tue accidentellement. Deux autres filles ont été témoins de la scène. Alors qu’elles s’apprêtent à appeler les secours, les trois ouvrières découvrent un sac plein de billets dans le casier du mort. Une fortune qu’elles décident de se partager. C’est là que leurs ennuis commencent…

Réalisé par Allan Mauduit
Avec Cécile de France, Yolande Moreau, Audrey Lamy…
Sortie en DVD et VOD le 17 juillet 2019
Bonus DVD : Entretien avec Allan Mauduit, Cécile de France, Yolande Moreau et Audrey Lamy

Après avoir fait ces armes aux cotés de Jean-Patrick Benes sur Vilaine (2008) ou encore la série Kaboul Kitchen (2012), Allan Mauduit se lance en solitaire pour son premier long-métrage. Rebelles est une comédie décomplexée sur fond social, rappelant des films mignonnets comme Bowling, Les Reines du Ring ou encore Les Tribulations d’une Caissière, mettant en scène des personnages simples et accessibles dans un cadre provincial (qui n’a rien à voir avec la campagne champêtre que vous imaginez). Le film se situe donc dans le Pas-de-Calais et mets en scène trois femmes aux situations différentes mais qui travaillent toutes dans une usine de fabrique de conserve de poissons. Différentes mais coriaces, surtout lorsqu’il s’agit de se débarrasser d’un corps et de garder un sac plein de billets !

Les débuts sont plutôt cocasses : j’ai aimé le ton franc et les personnages taillés à vif qui proposent des femmes loin du modèle cinéma habituel et qui ont des parcours de vie très accessibles. La sauce prend plus tôt bien et je me suis surprise à accrocher à ce trio mal assorti mais sympathique, alors qu’elles caressent du bout des doigts l’opportunité d’une nouvelle vie. Rebelles portent bien son nom tant le film propose des personnages qui ne baissent pas la garde devant des hommes, quitte à s’en prendre plein la tronche et voire même à en faire un peu trop. Indépendantes, fières et pas fragiles pour un sou, les femmes d’Allan Mauduit séduisent dans une première partie colorée et drôle malgré son regard caustique sur une réalité grisâtre.

Mais peu-à-peu, l’histoire commence à s’éparpiller vers un final fourre-tout et improbable alors que la menace se rapproche. Le retournement de situation ne fonctionne pas et semble avoir été fabriqué à l’aveugle tant les rebondissements s’amoncellent, trop commodes ou prévisibles pour être crédibles, tandis que le final laisse transpirer une facilité gênante qui dessert l’ensemble.
On devine l’ambition à la Guy Ritchie parfois, dans cette atmosphère de canailles rurales et fortes en gueule, prêtes à tout pour grappiller une part du gâteau malgré une météo en berne. Rebelles tente de porter des héroïnes des temps modernes et parvient à peindre une intrigue accessible et sans jugement de valeurs, ce qui donne un élan d’authenticité salvateur à un film tout de même écrit à la truelle.

Au casting, Yolande Moreau (Crash Test Aglaé, I Feel Good…) et Audrey Lamy (Les Invisibles, Coexister…) remontent dans mon estime, car j’avoue que j’ai très peu de tendresse pour ces deux dernières. Par contre, Cécile de France (Ôtez-Moi d’un Doute, La Belle Saison, Django…) est géniale dans son personnage d’ex-miss à la peau dure. Autour d’elles, on retrouve quelques hommes : Simon Abkarian (Kaboul Kitchen, Edmond…) et Samuel Jouy (Burn Out, réalisateur de Sparring…), tandis que Béatrice Agenin, une comédienne habituée des planches, complète un ensemble fichtrement couillu.

En conclusion, Rebelles permet de passer un bon moment devant une comédie effrontée et dynamique qui a au moins le mérite de proposer des actrices en roue libre et qui ont l’air de bien s’amuser dans la peau de ces femmes hautes en couleurs et attachantes. Malgré une seconde moitié moins solide et parfois laborieuse, le film d’Allan Mauduit allie castagne et humour avec pas mal d’originalité et une ambition palpable bien que peu aboutie. À voir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s