[SÉRIE TV] Top 2019 : mes séries de l’année

À l’ère du « Peak TV », il y a des dizaines de séries qui se lancent chaque années. Les saisons d’une vingtaine d’épisodes se font rares au profit de formats plus courts, voire même de mini-séries : des saisons stand-alone qui ne prêtent à aucune suite. Ajoutons à cela les plateformes à la demande : du roi Netflix à Amazon Prime, en passant par Apple TV+ qui débarque à la dernière minute, en attendant l’arrivée de Disney+ l’année prochaine… Bref, tout cela pour dire qu’il y a plus que le choix, même celui de se détourner des séries en vogue pour dénicher des outsiders.

Les 7 séries qui m’ont plu en 2019 :

Unbelievable, créée par Susannah Grant

Unbelievable est une série à la fois nécessaire et glaçante autour d’une intrigue basée sur des faits réels démarrant avec l’histoire bouleversante d’une jeune femme que personne ne croit. Portée par un duo d’actrices exceptionnelle, Merritt Wever et Toni Collette, la série de Susannah Grant tisse une enquête policière haletante tout en dénonçant les violences faites aux femmes trop souvent passées sous silence.
Disponible sur Netflix

Chernobyl, créée par Craig Mazin

Chernobyl revient sur la catastrophe nucléaire de 1986 à travers des personnages qui enquête sur la cause de l’explosion, tout en cristallisant ses conséquences tragiques dans un climat politique aux restes totalitaires de l’époque. La série permet de comprendre ce qu’il s’est passé à travers cinq épisodes glaçants qui dissèquent une vérité qui fait froid dans le dos.
Disponible sur OCS

Years and Years, créée par Russel T Davies

Série anticipation britannique sur les traces de Black Mirror, Years and Years condense le climat géopolitique actuel pour le transposer dans un futur proche bien flippant. Articulée autour d’une famille lambda, la série va observer les changements d’un monde sous tension alors que chacun sera touché d’une manière ou d’une autre par des sujets sociétaux accessibles, tels que l’économie, le nucléaire, les dérives technologiques ou encore le contrôle de l’immigration. Et surtout, la force de la série c’est de parvenir à entretenir un récit fébrile et immersif, créant des moments aussi choquants que bouleversants. Attention : un des épisodes est particulièrement dur à suivre.
Disponible sur Canal+

Orange Is The New Black, créée par Jenji Kohan

Contrairement à d’autres séries événements de l’année (*lorgne du coté de Westeros*), la dernière saison de Orange Is The New Black fait ses adieux avec brio. Étendant sa toile de fond vers le sort des immigrés clandestines, la série conjugue l’injustice et la violence attendue aux sort de ces femmes qui survivent tant bien que mal. Rires et larmes sont aux rendez-vous de cette saison ultime qui tire une belle référence émouvante.
Disponible sur Netflix

Euphoria, créée par Sam Levinson

Bien nommée, la série produite par Drake est le portrait d’une génération paumée et en quête de sensations fortes et d’identité. Euphoria dresse un tableau mélancolique et un poil flippant d’une jeunesse droguée et sexuée à outrance, brisant les limites de la simple crise d’adolescente pour accéder trop vite à l’âge adulte. Au-delà de son propos alarmiste, Euphoria est également un drama à l’esthétique pop et acidulé, porté par un casting prometteur menée par une Zendaya désabusée.
Disponible sur OCS

The Boys, créée par Eric Kripke, Evan Goldberg et Seth Rogen

Ceci n’est pas votre histoire de super-héros classique : The Boys propose un autre point de vue, celui où les super-héros sont des enflures dans un monde où personne ne considère les victimes collatérales. Après voir vu sa petite-amie pulvérisée par un « super » dans l’ignorance générale, un homme va s’accoquiner à une équipe d’anti-justiciers pour se venger. Originale, violente et irrévérencieuse, si la série édulcore certains passages odieux du comic book, The Boys propose un récit virulent et accrocheur, hanté par un vilain qui pourrait faire rougir Ramsay Bolton !
Disponible sur Amazon Prime

The Morning Show, créée par Kerry Ehrin

En cours de diffusion (ou de visionnage pour ma part), la série s’inspire du phénomène #MeToo dans le cadre d’une émission matinale qui se voit chamboulée lorsqu’un des présentateurs est accusé de harcèlement sexuel. Entre mesures drastiques, tentative de prises de pouvoirs et féminisme débordant, The Morning Show est une guerre froide nerveuse, porté par un face-à-face affûté entre Jennifer Aniston et Reese Witherspoon (également productrices), tandis que Steve Carrell campe en arrière-plan le témoin d’hommes éclaboussés par le scandale. Un régal !
Disponible sur Apple TV+

***

Et vous, quelle(s) série(s) a marqué votre année ?

>>> Mon top des meilleurs films 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s