Comédie, Romance

Les Gazelles : Une comédie générationnelle réaliste et décomplexée

LesGazelles

Pétillante et pleine de vieLes Gazelles est une comédie fun et décomplexée dont l’humour piquant donne vie à un sujet faussement romantique. Trentenaire casée ou célibataire, un peu paumée et/ou attachiante, Mona Achache pose un regard tranché sur une génération bancale qui étouffe entre les différents stéréotypes sociaux qu’elle devrait suivre. Grâce à son casting déchaîné, Les Gazelles dresse le portrait de femmes d’aujourd’hui, avec une fraîcheur et une sincérité palpable, même si le ton doux-amer du film a tendance à nous faire osciller entre le rire et le cafard

Le pitch : Marie et Eric, trentenaires en couple depuis le lycée, signent l’achat de leur premier appartement quand Marie est saisie d’un doute vertigineux. Sa rencontre avec un beau brun ténébreux va précipiter sa décision : elle quitte Eric pour plonger dans le grand bain du plaisir et de la liberté. Mais elle va surtout se manger le fond de la piscine… Et découvrir un monde sans pitié : à son âge, le célibat est vite perçu comme une tare suspecte. Éclairée par des amitiés nouvelles, Marie va apprendre à envisager son célibat comme une chance d’où elle pourrait sortir plus forte, et enfin prête à être heureuse.

5 ans après Le Hérisson, Mona Achache revient avec une comédie touchante et dans l’air du temps, autour d’une génération en perte de repère et décidée à prendre le taureau par les cornes. Les Gazelles est un portrait de femmes (ou d’une génération) comme on en connait tous, de la trentenaire casée depuis toujours (ou presque) à la célibataire festive dont le tableau de chasse s’agrandit de soirées en night-clubs. Si le film manque parfois de nuance, le résultat est un savoureux choc des « cultures ». Alors que notre héroïne redécouvre les joies du célibat, à son contact son entourage évolue et finit par se réaliser, entre grands moments de fous rire, coups de cœur et désillusions. Les Gazelles en profite pour faire le point sur les « nouvelles règles du jeu » et la place de la femme dans notre époque actuelle, à travers des situations hilarantes, fleurant parfois bon le vécu, le regard des autres et un petit soupçon de « girl power » qui réchauffe l’ensemble. Certes, le film s’adresse principalement à un public féminin, avec cette quête perpétuelle de l’amour qui finit toujours pas définir le statut des femmes, qu’on le veuille ou non (avec l’impression de normalité qui va avec), mais l’histoire reste accessible, vivante et souvent hilarante, grâce à cette palette de femmes hautes en couleurs, aussi imparfaites que touchantes.

Sous cette apparence décomplexée et lumineuse, Les Gazelles propose en filigrane une vision beaucoup moins glamour et bien plus réaliste de la trentaine. Ce qu’il y a d’intéressant dans Les Gazelles, c’est qu’une fois l’attrait et l’excitation de la nouveauté et du célibat, on réalise vite que ces femmes soit-disant libérées ne sont pas aussi sûres d’elles que ça. Entre celles qui se cachent derrière le célibat par peur de souffrir à nouveau ou celles qui se bercent d’illusion, la fracture n’est jamais loin.  Mona Achache explore cette période presque « bâtarde », qui marque la fin d’un certaine jeunesse et l’heure du premier bilan sur sa vie. Entre les stéréotypes, les préjugés et les diktats sociaux qui nous imposent une conduite bien précise selon notre situation amoureuse (la trentenaire casée ferait bien de se marier et d’enfanter, tandis que la célibataire finira seule accoudée au bar d’une boite de nuit), Les Gazelles cerne brillamment son sujet et laisse parfois un sentiment mélancolique planer dans l’air. En effet, on est loin des films de filles habituels, ici nos Gazelles ne cherchent pas le prince charmant et sont furieusement ancrées dans une réalité pas toujours agréable. Du coup, Achache crée un film très proche de son public, car parmi ces Gazelles, on peut y retrouver un bout de soi, une amie, une collègue ou quelqu’un de notre entourage, quelque part entre l’adulescence et la crise identitaire.
Enlevé par une mise en scène énergique et rythmée, Les Gazelles aurait pu être un sans faute sans quelques défauts un peu gênants. Car oui, même si on accroche pas mal à cette frénésie ambiante, en voulant dénoncer les fameux préjugés qui empoisonnent les trentenaires, Achache livre un film sans demi-teinte, cantonnant ses femmes dans deux camps bien distincts (or, on peut être célibataire sans frôler le coma éthylique tous les week-ends). Mais le plus embêtant, c’est sans doute la conclusion expéditive du film, qui arrive sans crier gare, et noyée sous une bande-originale envahissante.

Coté acteurs, enfin surtout actrices : Camille Chamoux (Les Tribulations d’une caissière, Working Girls…), également co-scénariste avec Mona Achache, est une tourbillon d’air frais, à la fois drôle et touchante, grâce à son débit de parole effréné et un talent de comédienne bien présent. À ses cotés, la superbe Audrey Fleurot (Intouchables, Les Reines du Ring, Belle comme la femme d’un autre…) lui volerait presque la vedette tant chacune de ses apparitions électrisent le film, malgré un personnage prévisible mais attachant. Autour, Joséphine de Meaux (Vilaine !, L’élève Ducobu…) continue de s’égosiller de façon agaçante, tandis que Anne Brochet (Le Hérisson, La Rafle...) et Naidra Ayadi (Polisse, Prêt à tout…) sont presque transparentes. Chez les hommes, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent, à part un Franck Gastambide (Les Kaïra) méconnaissable avec ses cheveux, alors que Samuel Benchetrit est totalement accessoires.

En conclusion, Les Gazelles est une comédie générationnelle drôle et piquante. Mona Achache s’approprie les codes du chick-flick pour en proposer une version plus terre-à-terre et moins superficielle, avec une dose énorme de bonne humeur et une sincérité débordante. À voir (entre Gazelles ou pas !).

Elles ont changé les Spice Girls !
Elles ont changé les Spice Girls !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s