[SÉRIE TV] Arrowverse : Retour sur tous les crossovers (spoilers)

Si Marvel cartonne au cinéma avec son univers partagé, aka le MCU (Marvel Cinematic Universe), pour DC Comics, porté par les studios Warner Bros, c’est plutôt sur le petit écran que cela se passe avec le Arrowverse. Alors qu’il faudra attendre début janvier pour connaître l’issue du dernier crossover Crisis on Infinite Earths, il est temps de faire un petit retour en arrière pour revenir sur ce petit phénomène. Évidemment, cet article contient des spoilers. 

The Age of Heroes

 

En 2012, ce qui allait devenir le Arrowverse démarre avec la première saison de Arrow. Si plusieurs têtes pensantes sont derrière ce projet, ce sont surtout les noms de Greg Berlanti et Geoff Johns qui sont en tête de peloton. Greg Berlanti a réalisé récemment Love, Simon et d’autres comédies mignonnes début 2000, et scénarisé et/ou produit Green Lantern, La Colère des Titans et Pan. C’est surtout sur le petit écran que son talent se révèle, aiguisé par des séries type Dawson ou encore Brothers & Sisters, le genre de projets qui, mine de rien, lui a permis de faire ses armes sur les microcosmes amico-romanesques qui font la force des séries CW, de Arrow jusqu’à Supergirl, en passant évidemment par The Flash, Black Lightning, Legends of Tomorrow mais également la série Titans. De son coté, Geoff Johns est un scénariste qui a démarré chez Marvel, avant d’évoluer chez DC Comics avec la JSA (Justice Society of America), puis Green Lantern, mais aussi Infinite Crisis puis… Crisis On Infinite Earths – ceci expliquant donc cela. Geoff Johns a rapidement été attaché aux différents projets d’adaptations télévisées, signant les scénarios de nombreuses séries (souvent animées) et produisant les films Warners / DC depuis Batman v Superman jusqu’à Aquaman et les prochains Birds of Prey et Wonder Woman 1984.
Bref, tout était fait pour lancer Arrow, le premier super-héros du petit écran, l’archer vert de DC Comics, porté par Stephen Amell. Pour ceux qui m’ont suivie, le coup de foudre n’a pas été immédiat : la marque CW rendait l’ensemble trop adolescent – malgré les personnages adultes – et la série avait du mal à s’installer autour de cet anti-héros un peu trop sérieux et cette manie de démarrer avec des flashbacks.
C’est avec la saison 2 que j’ai finalement redonné une chance à Arrow, et pour cause : le Arrowverse commençait à prendre forme avec le tout premier crossover !

Arrow / The Flash : Introduction et validation

Il faudra attendre la saison 2 de Arrow avant de découvrir Barry Allen une première fois (saison 2013/14). Ce n’est qu’après le lancement de la série The Flash et un premier caméo d’Oliver Queen à Central City, qu’on aura droit au tout premier crossover du Arrowverse quelques épisodes plus tard. Rien d’extravagant, certes, mais un double épisode sympathique qui marquera le parallèle entre le caractère noir et trouble d’Arrow et le coté juvénile et frais de The Flash – notamment avec une scène d’entraînement qui trouvera un écho quelques crossovers plus tard !
Installé comme le mentor de The Flash, Arrow responsabilise le jeune Barry Allen, agissant comme une sorte d’ombre paternelle bienvenue alors que le spectateur sait déjà que Harrison Wells – l’autre figure paternelle de substitution – n’est pas vraiment un ami. A ce moment-là, la série The Flash débute à peine, mais pour ma part, elle me donnait plus envie de la suivre grâce à son aspect plus léger. D’ailleurs, j’ai repris Arrow après ce crossover, pour une saison 2 excellente au passage.

The Flash / Supergirl : amis devant et derrière la caméra

Le parcours de Supergirl est particulier. Avec le succès d’Arrow et de The Flash, les autres networks ne tardent pas à vouloir leurs parts du gâteau : via ABC, Marvel lance Agents of SHIELD en grande pompe avec le retour de l’agent Coulson en 2013, tandis que la FOX kidnappe la potentielle adaptation d’une série Batman chez CW en créant Gotham en 2014, NBC s’accroche au wagon avec Constantine la même année et CBS renchérit en lançant la série Supergirl l’année suivante (2015).
Si chaque série concurrente connaîtra une trajectoire différente, ce sont les fans qui influeront sur le prochain crossover : Worlds Finest. Une rencontre improbable entre The Flash et Supergirl, surtout parce que les séries sont sur deux chaînes concurrentes. La raison ? Glee ! Et oui, les deux stars, Grant Gustin et Melissa Benoist, faisaient partie du la série à succès Glee et sont restés amis hors caméra. Les fans ont donc trusté les réseaux sociaux à l’annonce du lancement de Supergirl pour demander un crossover entre les deux héros. C’est donc dans l’épisode 18 de la saison 1 de Supergirl que The Flash rencontrera Kara sur Earth-38, mais de l’autre coté, dans la saison 2 de The Flash, cette aventure passera à la trappe. Cependant, après ce sacré coup de pub – et potentiellement, un joli chèque, Supergirl a rejoint le giron de CW aux cotés de The Flash et Arrow. L’occasion de passer aux choses sérieuses.

Oublions au passage un autre mini-crossover entre The Flash et Supergirl : une double épisode musical, plus fait pour satisfaire les fans de Glee que les fans des séries susnommées. Un désastre !

Arrow / The Flash : Naissance des légendes

Avant l’arrivée de Supergirl dans le Arrowverse, la chaîne travaillait déjà à étendre l’univers partagé. Dans un nouveau crossover en 2015 liant Arrow et The Flash, les séries glissent vers le mystique en introduisant un ennemi immortel, Vandal Savage, qui cherche à mettre la main sur Hawkgirl et Hawkman – deux humains maudits depuis 4000 ans. Nos deux amis et leurs équipes unissent leurs forces pour les aider, abordant les théories de voyage dans le temps et permettant aux deux héros ailés de s’envoler vers… la série Legends of Tomorrow qui démarrera quelques semaines après en 2016.

Arrow, The Flash, Supergirl, Legends of Tomorrow : Arrowverse, assemble !

Après un micro démarrage en fin d’épisode 8 dans la saison 2 de Supergirl, le crossover Invasion! débute avec The Flash. Nos héros rassemblent leurs forces dans un triple épisodes face aux Dominators, des extraterrestres tueurs, permettant aussi aux personnages installés (Arrow et The Flash) de se présenter et de célébrer (ou non) quelques retrouvailles : Firestorm et Atom, ex-alliés de The Flash ; Heat Wave, ex-ennemi de The Flash ou encore White Canary, ex-love interest décédé puis ressuscité d’Arrow (notons que Hawkman et Hawkgirl ne font plus partie du décor, tandis que Constantine n’existe plus – en série). Entre hallucination collective et voyage dans le temps, nos héros parviennent à allier leurs pouvoirs pour vaincre les extraterrestres.

Crisis on Earth-X : meilleur que Justice League !

Quatrième crossover officiel du Arrowverse, les studios mettent le paquet. CW célèbre le renouvellement de chaque série et tease le prochain crossover annuel, mettant en scène les alter-ego d’Oliver Queen et Supergirl qui ont évolué sur Earth-X, une réalité où l’Allemagne nazie à gagner la Seconde Guerre Mondiale.
En 2017, les séries du Arrowverse règne dans le monde super héroïque télévisé. Si Legends of Tomorrow peine à trouver ses marques, Arrow bat un peu de l’aile mais reste solide, la saison 4 de The Flash se remet bien d’un flashpoint décevant, tandis que Supergirl se confirme. Chez la concurrence, Marvel’s Agents of SHIELD ne faillit pas avec une saison 4 excellente et Daredevil explose sur Netflix, suivi par Jessica Jones.
Au cinéma, Marvel mène toujours la danse, mais Warner/DC ne lâche rien et signe la même année le premier et épique Wonder Woman, tandis que le très attendu Justice League devait terminer l’année en beauté. Devait.

À travers 4 épisodes complets, le Arrowverse signe son meilleur crossover, articulé autour du mariage de Barry et Iris, tout en capitalisant sur des ennemis alléchants : Dark Arrow et Overgirl. Pour les amateurs de fictions fantastiques et super-héroïques, voir les héros affronter leurs parts d’ombre ou s’enflammer dans une guerre civile est toujours plus excitant qu’une menace venue d’ailleurs, car ces Némésis retranchent souvent nos personnages dans leurs limites. L’ensemble est palpitant et, malgré son format télévisé visible, Crisis on Earth-X parvient à conserver la dynamique de ses personnages dans chaque série visitée et n’a pas à rougir devant les effets spéciaux qui animent les affrontements. Mieux même, alors que Justice League est une douche froide au cinéma, le crossover s’inscrit comme le véritable événement DC de l’année.

Elseworlds : l’ambition démultipliée

Alors que les séries vivotent de façon inégale, le Arrowverse peut compter sur une valeur sûre pour pimenter les audiences : son crossover annuel. Celui-ci repose sur l’un des travaux de Geoffs Johns, Infinite Crisis et Crisis on Infinite Earths, mais également l’introduction d’une certaine chauve-souris : Batwoman.
Exit les Legends of Tomorrow qui s’amusent avec d’autres réalités alternatives, tandis que Black Lightning – série lancée en 2018 – ne fait pas partie du Arrowverse, Elseworlds introduit la fin des temps à travers l’arrivée du Monitor, un être supérieur chargé de trouver la réalité capable de défendre l’univers contre l’apocalypse. John Wesley Shipp revêt à nouveau le costume de Flash des années 90 pour introduire le Monitor et le Livre du Destin, mais un incident se répercutera sur Earth 1 : Barry Allen et Oliver Queen se réveilleront chacun dans le corps de l’autre. Comme on le sait, les deux héros ont un caractère aux antipodes, ce qui permet d’alléger l’ambiance d’Arrow et de faire un peu plus mûrir celle de The Flash. Cependant, à cause des événements intrinsèques à chaque série, les deux héros vont devoir se réfugier sur Earth 38 pour demander de l’aide à Supergirl.
Le crossover sera marqué par de nombreux affrontements et quelques surprises, notamment le retour de Superman (de la série Supergirl), qui aura son épisode Crisis à lui tout seul, mais surtout quelques teasings concernant la suite. Car oui, CW l’avait annoncé dès le départ : Elseworlds est la première partie du crossover de l’année suivante… et cela se ressent dans l’exécution, puisque l’intrigue se termine avec quelques pirouettes discutables alors qu’il faudra attendre un an pour voir la suite (et espérer croiser une certaine lanterne…).

Crisis on Infinite Earths : le soufflé qui retombe

Pour tout vous dire, j’ai regardé ce crossover sans conviction. J’ai abandonné Arrow depuis un moment, la dernière saison de The Flash m’a déçue mais celle de Supergirl reste solide (malgré mes « quelques » épisodes de retard).
La différence avec ce crossover, c’est que le Monitor est présent dès le début de la saison ultime d’Arrow, tandis que chez The Flash, on est conscient que « la fin est proche » depuis que l’article du futur titrait la disparition de Flash – dès le début de la série. Forcément, pas mal de choses se passent en amont avant le démarrage de Crisis on Infinite Earths, il faut donc s’attendre à découvrir un Oliver Queen encore plus lugubre aux cotés de sa fille (oui oui), tandis qu’un des doubles de Harrison Wells, Nash, débarque à Central City, tandis que la femme de Diggle fait joujou en secret avec le Monitor.

CW a mis la main au portefeuille : entre une promotion marketing ambitieuse qui n’a pas hésité à multiplier les communications sur le crossover, dévoilant au passage la présence du Superman (et Lois Lane) de Smallville ainsi que la reprise de Brandon Routh dans son rôle de Superman Returns, et teasant de nombreuses surprises au passage.
Effectivement, dès le premier épisode, Crisis on Infinite Earths pullule de caméos et autres références pour nous mettre l’eau à la bouche (dont Hawk et Robin de la série Titans), tandis que de nombreuses Terres sont détruites à tour de rôle par la vague d’anti-matière qui débarque sur Earth 38. Supergirl est la première à réagir, avec son fameux cousin qui est sauvé d’Argo in extremis. Alors que nos héros s’unissent, Nash trahit la bande et devient (pour des raisons pas vraiment expliquées) Pariah en libérant l’Anti-Monitor (aka le Thanos de la bande), l’épisode se termine sur une perte tragique… enfin, pour un peu qu’on y croit. Car dès le second épisode chez Batwoman, le crossover commence à s’éparpiller. Si certains remarqueront une intrigue un poil calquée sur la saga Infinity du MCU, Crisis on Infinite Earths continue de lier les univers, d’abord avec la présence de Tom Welling sous les traits d’un Superman retraité et en paix. Ce n’est pas la seule surprise de cet épisode riche en surprise qui dévoilent que sept personnages, des Parangons, représentant chacun des forces pouvant vaincre l’Anti-Monitor (des pierres d’infinité humaines, si vous préférez, hin…). Du coup, se joignent à la partie : un Batman brisé et revanchard, sous les traits d’un Kevin Conroy peu convaincant (le comédien est surtout connu pour prêter sa voix aux versions animées en VO de Batman), Brandon Routh joue double en étant à la fois ATOM et le Superman du film Superman Returns, tandis que Lex Luthor est de retour et qu’il faut trouver un moyen de ressusciter Oliver Queen. Bref, l’épisode s’agite beaucoup et perd en substance : à force de références et d’easter egg, Crisis on Infinite Earths court après le fan service sans saveur au lieu d’étoffer son histoire.


Ce n’est pourtant pas faute d’avoir pris des risques. Annoncé comme un crossover pentalogique (5 épisodes), le Arrowverse décide soudainement d’englober Black Lightning dans le lot avec un épisode surprise « Earth Crisis » dans lequel la dimension de se super-héros va être totalement détruite, emportant sa famille.
Enfin, dernier épisode avant le winter break, la crise se poursuit dans The Flash : Black Lightning rejoint donc la bande, mais on retrouvera également John Constantine et Lucifer (quelle superbe alchimie dans ce court échange, d’ailleurs :),  Diggle sera enfin de retour… sans couleur particulière à annoncer et même Vibe se verra contraint de réapparaître. Alors que les Parangons sont trouver, c’est au tour de la destinée de s’accomplir… avec le retour de John Wesley Shipp qui vient faire son apparition annuelle. Malgré les nombreuses morts ou disparitions du personnage, le crossover trouve un moyen hyper commode de le ramener pour sauver « notre » Flash – ce qui est un chouilla discutable. Malheureusement, alors que les héros se pensaient sortis d’affaire, ils sont envoyés dans une zone d’anti-matière (laissant Earth 1 dans un statut indéterminé) quand soudain Superman (version Superman Returns) meurt… laissant place à Lex Luthor qui a gentiment pris sa place dans le Livre du Destin à grand coup de marqueur. Pour l’anecdote, le rôle de Lex Luthor avait été proposé à Michael Rosenbaum (Smallville), mais ce dernier à refuser de signer le contrat à l’aveugle.

***

Cela ne vous semble pas très clair ? C’est normal. Est-ce à cause de sa longueur ou d’un trop-plein d’ambition, Crisis on Infinite Earths est décevant : la collision des multiverses est mal équilibrée, il y en a partout et dans tous les sens. Si jusqu’à présent le Arrowverse était parvenu à toucher le spectaculaire malgré son format télévisuel, cette fois, le fait de viser l’esbroufe rend l’ensemble hyper cheap et souvent chaotique. On a déjà vu des combats plus fameux que les cabrioles de Batwoman et Arrow qui font des saltos inexpliqués comme s’ils étaient des Power Rangers – ou pire : la scène du sacrifice d’Arrow, totalement ridicule. Les ficelles sont visibles (et grossières) coté Supers, tandis que l’abus de caméos et de références cochent plus souvent la case du fan service que celle du nécessaire. Ajoutons à cela une intrigue qui fleure souvent le déjà vu (coté Marvel et en mieux), et Crisis on Infinite Earths m’a fait regretter les premiers crossovers timides mais aboutis des débuts du Arrowverse. Et toujours pas de lanterne à l’horizon…

Ceci étant dit, les séries ont entamé le winter break (la pause hivernale) avec un cliffhanger intéressant : les Terres des différents héros ont été détruites (exceptée, peut-être, Earth 1). Si on se doute que nos héros trouveront une solution, quelles en seront les conséquences ? Réponse avec la reprise en janvier 2020 avec le 8×08 de Arrow (plus que trois épisodes avant le serie finale) et le premier épisode intermédiaire de la saison 5 de Legends of Tomorrow. Affaire à suivre.

Découvrez le teaser du 4e épisode de Crisis on Infinite Earths – Arrow 8×08

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s