[CRITIQUE] Un Peu, Beaucoup, Aveuglément, de Clovis Cornillac

Laborieux, plus mignon que drôle, le premier film de Clovis Cornillac lui ressemble un peu : imparfait et mal dégrossi, mais doté d’un petit charme attachant. Un Peu, Beaucoup, Aveuglément est une comédie sucrée, qui balance ses meilleurs moments dès la première partie du film et souffre d’une seconde partie un peu trop mièvre, qui tiédit l’ambiance et rend l’ensemble à peine intéressant. Si Clovis Cornillac a la bonne idée d’étoffer ses personnages au-delà de la romance, il reste toutefois des zones d’ombres après le clap de fin et une impression désagréable que le film aurait pu être bien plus drôle si le réalisateur avait su prendre son temps.