[SÉRIE TV] Unbelievable : la bien-nommée

Le pitch : L’histoire vraie de Marie, une adolescente accusée d’avoir menti sur le fait d’avoir été violée, et de l’enquête menée par deux détectives.
Créée par Susannah Grant
Avec Kaitlyn Dever, Toni Collette, Merritt Wever…
Disponible sur Netflix

>>> J’ai tenté de faire attention, mais cet article peut contenir des spoilers <<<

Glaçante et captivante, Unbelievable est probablement une des meilleures productions Netflix que j’ai vu (et bingé) depuis longtemps. Démarrant comme un horrible fait divers avec un premier épisode concentré sur l’histoire de Marie, une jeune femme qui dépose plainte pour viol et qui, petit à petit, voit la véracité de son témoignage remis en doute, Unbelievable dissèque un tabou méconnu avant de s’ouvrir sur une enquête fascinante, viscérale et portée par deux détectives impeccables.

La série soulève plusieurs sujets difficiles : dans un premier temps, c’est la mise en doute du témoignage de la victime qui glace le sens, comme s’il n’y avait qu’une unique façon de réagir après une agression et que le fait d’avoir fait des choix discutables dans le passé autorisait un tel acte. Les nombreux doutes, justifiés ou non, s’installent avec un premier épisode nerveux alors que la jeune femme, déjà brisée, finit par céder sous la pression. Et c’est là que la série démarre. En parallèle de cet abandon qui va nourrir des conséquences graves dans la vie de la jeune femme, une enquête policière à première vue déconnectée prend la relève sur les épisodes suivants.
Oubliez la technologie et la mise en scène des Experts, Unbelievable donne vraiment l’impression de redécouvrir le métier de détective, celui qui reconstitue un puzzle fait d’éléments manquants, à grands renforts de recherches, déductions et d’incroyables coups de pokers. La série décrypte à merveille la tension et la motivation qui animent les enquêtrices qui, entre leurs métiers, le fait que ce soit de femmes mais également des témoins de la façon dont la violence faite aux femmes – aussi bien dans la police que dans le civil – est souvent balayée sous le tapis, vont mettre leur tripes sur la table pour coincer un violeur récidiviste.

Le plus intéressant, c’est de suivre ces deux histoires en parallèle : celle de Marie, qui vit avec les conséquences de ses décisions dans l’épisode pilot, et celle des enquêtrices qui découvrent les victimes aux comptes-gouttes. Car des Marie, il y en a d’autres, qu’on découvre au fur et à mesure, loin des stéréotypes, et qui permettent de cerner le portrait d’une ombre menaçante qui prend forme au fur et à mesure que l’équipe avance. Là encore, Unbelievable ne lâche rien et soigne les détails pour éviter le conte de fées, soulignant les incohérences judiciaires ou les risques de voir un criminel remis en liberté à cause d’un vice de procédure. Du coup, la série est mordante et ne relâche jamais la pression jusqu’au dernier épisode, tout en nous maintenant en haleine, suffocants presque, derrière l’épaule de personnages à fleur de peau.

Susannah Grant (scénariste d’Erin Brokovich…) donne vie à une histoire tristement banale, truffée de vérités accablantes qui donne froid dans le dos. Si Unbelievable met en scène des enquêtrices déterminées de façon aussi prenante, la série rappelle aussi qu’il s’agit d’un cas peut-être exceptionnel (l’acharnement des enquêtrices) en gardant les pieds dans une réalité moins glorieuse à travers l’histoire parallèle de Marie, l’élément plus accessible de la série qui gravite en toile de fond dans une détresse palpable.

Porté par un casting de haut vol, Unbelievable unit Toni Collette (Velvet Buzzsaw, Hérédité, xXx: Reactivated…) et Merritt Wever (Bienvenue à Marwen, Nurse Jackie, Birdman…) dans un duo essentiel et exceptionnel – à tel point que j’adorerai voir une série concentrée sur ces deux personnages, tandis que Kaitlyn Dever (My Beautiful Boy, Girls Only, Last Man Standing…) est d’une justesse émouvante (acquise par une habitude certaine à faire la tronche, avouons-le).
Autour d’elles, on retrouve également Dale Dickey (Comancheria, Vice Principals…), Danielle Macdonald (Patti Cakes…) ou encore Annaleigh Ashford (Unicorn Store…) dans un ensemble certes féminin, mais surtout très vivant et touchant.

En conclusion, alors que la sortie d’Unbelievable sur Netflix est passée inaperçue au profit du thriller frenchy (et lamentable) Marianne, Susannah Grant propose une série à la fois nécessaire et glaçante autour d’une intrigue basée sur des faits réels, mais surtout incarnée par des personnages géniaux et une enquête policière haletante. À voir absolument !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s