[CRITIQUE] Official Secrets, de Gavin Hood (e-cinema)

Le pitch : 2003 : les États-Unis et l’Angleterre souhaitent intervenir en Irak. Katharine Gun, employée des renseignements britanniques, reçoit une note de la NSA : les États-Unis sollicitent l’aide de la Grande-Bretagne pour rassembler des informations compromettantes sur certains membres du Conseil de sécurité de l’ONU et les obliger à voter en faveur de l’invasion. Gun prend alors la décision de divulguer le mémo à la presse afin d’empêcher la guerre. En choisissant d’exposer cette vaste conspiration politique, la lanceuse d’alerte va tout risquer : sa vie, sa famille, sa liberté…

Pile dans l’actualité, Official Secrets revient sur une affaire plutôt sordide et passée sous silence en 2003 : celle d’une espionne britannique qui avait fait fuiter un mail compromettant de la NSA, via la presse, visant à obtenir un moyen de pression sur certains membres de l’ONU afin d’assurer les représailles si ces derniers votaient en leurs défaveurs (et donc contre la guerre en Irak). Gavin Hood (La Stratégie Ender, X-Men Origins : Wolverine…) dénonce une tourmente infernale dans un drame sombre et alarmant. Alors que l’ombre d’une troisième guerre mondiale plane tranquillement au-dessus de nos têtes, Official Secrets remet aux premières loges cette histoire peu connue, celle de Katharine Gun, qui, avec ce geste fou, voire inconscient, va vivre un véritable enfer.
Témoignage nerveux entre trahison et sacrifice, le film dépeint un engrenage vicieux à effet boule de neige pervers qui va enfermer son héroïne au cœur d’une conspiration silencieuse et faites de menaces voilées, allant jusqu’à atteindre sa vie personnelle. Official Secrets pose la question du devoir et des convictions, appelant à l’humanité derrière l’agent anonyme, celui qui n’est pas la caricature de James Bond mais ce qu’on pourrait appeler un bureaucrate, écumant des lignes d’informations sensibles chaque jour : faut-il se taire ou agir, au risque de tout perdre, lorsqu’on est le témoin d’un début de corruption de cette envergure ? C’est la question qui brûle en toile de fond, alors que le film s’enfonce dans une machine intimidante.

Ce qui est impressionnant dans cette histoire, c’est la façon dont ses ennemis vont s’acharner sur Katharine Gun pour lui pourrir la vie, si bien que les attaques en Irak passent rapidement au second plan. Dans une ambiance feutrée et sombre, Official Secrets dénonce les méthodes de gouvernement(s) bien plus dédié(s) à protéger leurs secrets et autres manigances. Un constat prenant et surtout glaçant lorsque la conclusion révèle le véritable objectif de cette guerre des nerfs, apportant la cerise sur un gâteau déjà bien sordide. Globalement Official Secrets a des airs de films nécessaires et alarmistes, dévoilant les alliances secrètes et les coups bas pour faire pencher la balance d’un coté ou d’un autre. Si l’ensemble est bien porté à l’écran et saisi dans une ambiance alerte, le film de Gavin Hood manque tout de même d’aplomb. Le film a le mérite de capter l’attention, certes, mais le récit manque de point de vue alors qu’ils se faufilent entre les différents protagonistes, changeant de peau à chaque rebondissement, car au lieu de la bataille médiatique annoncée, Official Secrets se dessine comme une intrigue en sous-sol qui n’avait déjà, malheureusement, fait aucune vague en surface à l’époque.

Au casting, on retrouve un ensemble so british et très convaincant : Keira Knightley (Cœurs Ennemis, Colette, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes...) en tête d’affiche, entourée une pelletée d’hommes plus ou moins présent composés de Ralph Fiennes (Spectre…), Matt Smith (The Crown…), Rhys Ifans (Berlin Station…) et Matthew Goode (Downton Abbey…).

En conclusion, Gavin Hood signe un témoignage tendu et révoltant, portée par une Keira Knightley convaincante et touchante. Official Secrets cherche le courage parmi les anonymes, dénonçant une machine (multi) gouvernementale prête à tout pour modeler un monde à sa façon – même s’il faut le détruire. À tenter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s