Very Bad Trip 3 : Trop de Chow tue le show

verybadtrip3

De retour sur nos écrans, le Wolfpack nous promettait nouveautés, rires et aventures en cascades. En réalité, Very Bad Trip 3 a beaucoup perdu de son énergie en cours de route et se révèle assez décevant. Malgré une trame innovante, construite et différente – bien qu’un peu tirée par les cheveux – des deux premiers opus, l’humour est plutôt collégien et faiblard et l’ascension du personnage de Mr Chow est carrément irritante et poussive. Bien loin des fous-rires que m’avait provoqué Very Bad Trip en 2009, le dernier né de la trilogie relève à peine le niveau après le fiasco trashouille du n°2.

Le pitch : Suite au décès du père d’Alan, la bande décide de le forcer à soigner ses problèmes mentaux. Mais comme d’habitude, rien ne se passe comme prévu. Sur le chemin, les hommes se font attaquer et Doug est kidnappé. La rançon? Retrouver Mr. Chow en échange de la vie de Doug…

Pour ceux qui ont quelques trains de retard, je vous recommande de voir (ou revoir) Very Bad Trip premier du nom, car Very Bad Trip 3 est criblé de clins d’œil et de rappels. Heureusement, les flashbacks sont de la partie pour vous rafraîchir la mémoire mais si le nom de Black Doug ne vous dit plus rien, il vaudrait mieux suivre mon conseil. Bon allez, ce n’est pas si grave en fait ! Souvenez-vous, en 2009 débarquait sur nos écrans une bande de joyeux drilles en route pour Las Vegas afin de fêter l’enterrement de vie de garçon de l’un d’entre eux. La virée dérape à cause d’une nuit endiablée dont ils n’ont aucun souvenir car Alan, le futur beau-frère légèrement timbré du futur marié, les avait drogué. À leur réveil, ce même futur marié avait disparu et il n’avait que quelques heures pour le retrouver avant que le mariage ne commence.
De façon complètement inattendue, Very Bad Trip a été un réel succès : délirant et incroyablement drôle, le film enchaînait les gags et les surprises, sans jamais ralentir. Un véritable vent de fraîcheur en matière de comédie qui a donné naissance à pas mal de copies plus ou moins connues, aussi bien en version masculine (The Best Men en 2011) que féminine (Mes meilleures amies en 2011). Une référence donc. Devant un tel succès, difficile de ne pas imaginer une suite.
Mais voilà, Very Bad Trip 2 n’a pas su relever le défi, notamment à cause du scénario identique à celui de son prédécesseur et surtout à cause d’une surdose de vulgarité. En situant l’histoire du film en Thaïlande, le film a bien sûr exploré tous les pires clichés du pays, devenant sa propre parodie en exagérant tout ce qui nous avait séduit dans le premier.

Malgré tout, lorsque Very Bad Trip 3 a été annoncé, c’était l’occasion d’apprendre de ses erreurs. En effet, Todd Phillips, le réalisateur et scénariste, a eu la bonne idée de changer son mode opératoire. Ici, plus de « roofies » mais plutôt un road trip ayant des airs de chasse à l’homme. Après un début prometteur incluant une malheureuse girafe, nous retrouvons notre bande de potes (ou presque) prêts à faire une intervention pour essayer de ramener Alan à la raison. S’ensuit le début d’une aventure et l’installation d’un prétexte farfelu pour à nouveau faire disparaître Doug et relancer le Wolfpack sur les rails.
Passés stupeurs et tremblements, Very Bad Trip 3 se lance dans une première partie fun et explosive lors d’une virée à Tijuana. Mais lorsqu’on enclenche la seconde, le film perd petit à petit de son attrait. Si au début on prend plaisir à revoir le personnage de Mr Chow, on réalise aussi que tout le film repose sur ce personnage ultra excentrique. En effet, dans le premier opus, Mr Chow a déjà eu affaire au Wolfpack, mais ce n’était qu’un élément perturbateur qui avait apporté un surplus de folie au film, néanmoins c’était véritablement Alan et ses troubles psychologiques qui nous faisaient marrer. Mais devant la renommée du personnage (et sans doute de l’acteur en lui-même), le créateur de Very Bad Trip semble avoir oublié qui sont, à la base, les véritables du stars du film. Du coup, vivotant au rythme des péripéties de Mr Chow, les autres personnages sont en retrait et malgré quelques scènes clin d’œil (Stu qui hurle « What the fuck is going on? » et Alan qui vit sa bromance à fond avec Phil), ils nous manquent ! Le comble, alors que ce sont les personnages phares de la saga.
Very Bad Trip 3 vise donc la surenchère en misant tout sur un personnage, qui initialement ne devait faire que passer, et Chow superstar est omniprésent, sur terre ou dans les airs. Certes, on apprécie le coté « roofie-free » du film, mais clairement coté humour, le film traîne la patte. Si les meilleures parties n’ont pas été diffusées dans la bande-annonce, le film, éternel hommage à Very Bad Trip, devient de plus en plus prévisible et facile. Où est passé la fougue et l’hystérie constante du Wolfpack ? Où sont passés les bizarreries d’Alan ? Nos personnages favoris ont mûri et ils ne sont plus que l’ombre d’eux mêmes.
Rassurez-vous, il y a un peu de positif dans tout ça. Very Bad Trip 3 a clairement été fait pour les fans et nous offre parfois quelques rebondissements appréciables, notamment vers la toute fin du film. Finalement j’aurai préféré que le film commence au moment où il se termine, car les dernières minutes retrouvent le ton déjanté qui nous avait autant plu et qui manque cruellement au film. De plus, Very Bad Trip 3 maintient son allure et réussit à éviter les temps morts.

Coté casting, nous retrouvons donc le casting intégral : Bradley Cooper, Ed Helms et Zach Galifianakis, mais comme je l’ai précisé plus haut, ils sont presque éclipsés par Mr Chow. Justin Bartha accomplit son temps partiel, comme à l’accoutumé et Heather Graham vient faire coucou pendant quelques minutes.
Petite surprise, le génialissime John Goodman est de la partie pour une prestation sympathique. Et bien sûr, Ken Jeong est LA star du film. N’étant fan ni de l’acteur, ni de l’unique personnage qu’il joue dans toutes ses apparitions (Community, Transformers 3 et, hum, tous les Very Bad Trip), il est objectivement drôle mais subjectivement un peu agaçant et trop poussif.

En conclusion, Very Bad Trip 3 partait d’une excellente intention (faire oublier l’embarrassant n°2) mais ne parvient pas à ressusciter la saga. Malgré une nouvelle intrigue rythmée et potentiellement intéressante, le film botte en touche à cause de son humour trop facile et attendu. Cependant, quelques scènes sympathiques réussiront à vous faire garder le sourire jusqu’au bout (ou pas).

À quand Mr Chow – Au Commencement, le film qui nous raconterait ses débuts, hum ?

Coolest shot ever

Coolest shot ever

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s