Action, Romance

Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers : Un nanar amusant mais trop long

 DetectiveDee2

De l’extravagance à l’absurde, la limite est parfois imperceptible et le dernier film Tsui Hark surfe sur cette fine ligne, au risque de perdre tout intérêt et crédibilité. Si Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers est visuellement plus abouti que le premier opus, le surjeu des acteurs et le scénario (trop) délirant du film font de ce Sherlock Holmes asiatique un nanard amusant, certes, mais le plus souvent ridicule.

Le pitch : L’impératrice Wu règne sur la dynastie Tang aux côtés de l’empereur Gaozong. Elle envoie sa flotte vers l’empire Baekje afin de soutenir cet allié de longue date, envahi par le belliqueux empire Buyeo. Mais, juste après leur départ, les navires sont attaqués par une mystérieuse et gigantesque créature surgie du fond des mers. Les habitants de Luoyang, la capitale orientale, pensent qu’il s’agit d’un dragon des mers. Afin d’apaiser ce dernier, la courtisane Yin, « la plus belle fleur de Luoyang », est choisie pour être enfermée dans le Temple du Dragon des Mers…

Quatre ans après le très bancal Detective Dee : Le Mystère de la Flamme Fantôme, Tsui Hark (The Blade, Double Dragon, Seven Swords…) est de retour avec un film préquel narrant les premières aventures du jeune détective Dee. Fidèle à son genre de prédilection, le réalisateur hongkongais se fait réellement plaisir avec un nouveau film qui, au premier coup d’œil, a tout pour donner envie de (re)découvrir le cinéma fantastico-asiatique. En effet, Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers étonne par sa qualité graphique. Certes les décors numériques ne trompent personne, mais le film nous entraîne dès les premières minutes dans une épopée visuelle impressionnante, dans laquelle se distille une intrigue alléchante au sujet du mystérieux et menaçant dragon des mers. Avec ces tableaux grandioses et colorés, accompagnés par des personnages en costume d’époque et au jeu théâtral, Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers intrigue rapidement et semble être plein de promesses.
Oui, mais voilà… Après avoir rencontré le héros du film et observé ses premières cabrioles envolées, Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers s’éloigne rapidement de l’intérêt principal pour creuser une intrigue confuse autour de traditions et de croyances pour le moins obscures dans lesquelles s’entrecroisent une jeune nymphe magnifique, des sacrifices rituels (?) et une conspiration trouble pour renverser le pouvoir en place. Le scénario hyper fantaisiste du film croule rapidement sous les mini-intrigues supplémentaires, si bien que Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers devient rapidement imbuvable et farfelu. Tsui Hark a beau tenter de dynamiser son film avec des combats spectaculaires et aériens, il n’y a pas grand chose qui fonctionne dans son film. Petit à petit, tout ce qui avait suscité de l’intérêt au début finit par taper sur les nerfs, entre le jeu trop peu nuancé des acteurs (soit ils sont inexpressifs, soit ils exagèrent…), les combats qui rappellent trop souvent le ridicule des chorégraphies – bruitages old school compris – des vieux Power Rangers (enfin, Bioman plutôt), en passant par un humour plutôt grotesques (les bols d’urine !) et, surtout, l’absence légèrement inquiétante de dragon des mers à l’écran ! Ca fait pourtant parti du titre, non ?

Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers souffre d’un scénario surchargé, ampoulé par une mise en scène qui manque singulièrement de respiration, tant le film saute d’un sujet à l’autre. Les thèmes se bousculent, de la romance impossible aux superstitions grotesques, Tsui Hark livre un ensemble ambitieux mais complètement mal fichu et beaucoup trop long. Le résultat est difficile à suivre, notamment à cause d’une histoire alambiquée et trop éloignée de la promesse initiale, si bien que l’on perd rapidement tout intérêt pour le spectacle ahurissant qui se déroule sous nos yeux. Visuellement, Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers était pourtant bien parti : en pardonnant le manque de subtilité des effets numériques, la photographie du film est exquise et appliquée, offrant de beaux moments graphiques dans les décors ou lors des combats, voire très sensuels quand il s’agit de creuser le personnage de Yin Ruiji (la jolie nymphe mentionnée plus haut). Malheureusement, ces effets de styles très recherchés et plus ou moins réussis ne sont qu’une bien maigre consolation, devant un film qui relève plus du nanard ringard et excentrique que de l’aventure fantastique « proche du chef d’oeuvre » promise. On est bien loin des autres films du genre « wuxiapan », tel que le magnifique Tigre et Dragon d’Ang Lee ou encore Le Secret des Poignards Volants de Zhang Yimou, dont la sobriété et la maîtrise tranchent vivement avec l’univers fantasmagorique et délirant créé par Tsui Hark. Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers est-il trop inaccessible pour un public non-initié ? Possible, j’admets ne pas être une experte en la matière…

Au casting, Andy Lau est remplacé par un Mark Chao gentillet mais anecdotique, tout comme William Feng qui ne brille pas forcément à ses cotés. À l’opposé, les actrices du film sont bien plus mémorables, notamment la sublime Angelababy qui, sans être parfaite, s’impose dans des scènes esthétiquement remarquables ; tandis que Carina Lau rempile pour ce nouvel opus, toujours aussi rigide et mono-expressive, malgré des costumes toujours plus impressionnants.

En conclusion, Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers a la lourde tâche de succéder à un premier opus déjà moyen et méconnu. En voulant trop en faire, Tsui Hark surcharge son scénario déjà compliqué en ajoutant plusieurs mini-intrigues inutiles et parfois absurdes. Résultat, les rares atouts du film sont éclipsés par l’ambition non maîtrisée du réalisateur, qui n’en finit plus de se lâcher sur les effets spéciaux. Interminable, incompréhensible et farfelu, Détective Dee II – La Légende du Dragon des Mers rejoint le panier à nanars, évitant de peu celui réservé aux navets uniquement grâce à un ensemble visuellement intéressant et recherché. À tenter, pour les plus curieux.

Une petite pause lecture avant la bataille...
Une petite pause lecture avant la bataille…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s