[SÉRIE TV] The Walking Dead : Retour sur une déception mortelle

***ATTENTION : cet article peut contenir des spoilers***

Le pitch initial : Après une apocalypse ayant transformé la quasi-totalité de la population en zombies, un groupe d’hommes et de femmes mené par l’officier Rick Grimes tente de survivre… Ensemble, ils vont devoir tant bien que mal faire face à ce nouveau monde devenu méconnaissable, à travers leur périple dans le Sud profond des États-Unis.
Créée par Robert Kirkman et Scott M. Gimple
Avec Andrew Lincoln, Norman Reedus, Jeffrey Dean Morgan, Danai Gurira, Lauren Cohan…
Saison 8 en cours : diffusée sur AMC (US) et OCS en France.

Quand j’ai découvert The Walking Dead, la saison 1 était déjà terminée, donc je l’ai rattrapée tout en dévorant les comic books en parallèle. J’ai adoré la noirceur de la série, mais également ses personnages variés ainsi que la tension omniprésente, ses accès de trouilles et ses moments gore (qui, même sur papier et en noir et blanc fonctionnaient). Au fur et à mesure que la série a avancé, entre changements de showrunner, développement des personnages et prise d’indépendance par rapport à la version papier, The Walking Dead a connu quelques moments difficiles. D’ailleurs, les fans commencent à bien identifier le rythme du tensiomètre de la série : un premier épisode de saison haletant, un creux jusqu’au twist du mid-season, une reprise mitigée puis un autre creux.. jusqu’à un épisode final qui laisse souvent les fans en PLS à cause d’un cliffangher de folie. Moi aussi, j’étais à fond, j’ai fait un article comparatif ici, un point sur la saison 3 là… c’était LA série qui me faisait le plus palpiter à ce moment.

Mais au fil du temps, la recette a fini par atteindre ses limites. Pourtant, j’ai continué, car j’ai aimé la différence entre la série et les BD, notamment au niveau des personnages et puis surtout j’avais depuis longtemps entamé la version papier de la partie avec Negan. Cependant, il y a beaucoup de choses que je n’ai pas apprécié en cours de route :

  • la version série d’Andrea, complètement creuse et débile, contrairement à la badass version papier
  • le Tyreese de la série était nul, comparé à sa version papier
  • la série n’a jamais réussi à capter le potentiel de Carl, contrairement à la version papier (pis vu ce qu’ils en ont fait, hin… pfff)
  • la version série du Gouverneur était beaucoup trop édulcorée

Heureusement, en parallèle, The Walking Dead savait nous régaler avec de vrais moments jouissifs, qui collaient bien à la dureté noire et macabre de la série. J’en ai compilé quelques-uns : Les 10 meilleurs moments de TWD – S1 à 4) et Les 5 meilleurs moments de TWD – S5 et 6. Des personnages ou des liens inexistants dans les livres ont su trouver une place importante dans l’intérêt de la série (comme Daryl, par exemple), tandis que petit-à-petit, les menaces ne venaient plus seulement des zombies – que les héros arrivaient à zigouiller sans problème désormais – mais des autres survivants : entre cannibales et communauté fermée, The Walking Dead a exploré son postulat de base au-delà de la simple série de zombies / survival post-apocalyptique.

Et puis est arrivée la saison 6, soit le début de la fin. Si globalement cette saison n’était pas si mauvaise et a proposé des moments cruciaux, il était devenu évident en fin de parcours qu’elle n’était qu’un looooooooong prologue sensé teaser l’arrivée de Negan. Le season finale était de la tension pure, hautement risqué puisque l’épisode coupe pile au moment où Negan s’apprête à tuer un des personnages principaux. Pour moi, ça a été la première trahison. La mort de ce personnage n’était plus vraiment secrète, j’avais lu ce passage dans les comics et je me souviens encore parfaitement à quel point j’avais été choquée en découvrant ces pages (j’étais dans les transports, en plus, l’angoisse était totale). Le fait de nous priver de l’aboutissement de cette attente m’a déçue, j’étais… hmm… un peu énervée, disons…

Quand la saison 7 a repris, le premier épisode m’a évidemment déçue car cela aurait été un très bon final pour la saison précédente (surtout qu’ils en ont profité pour dégommer un autre personnage au passage). Mais bon, on y était : Negan était arrivé. Pour moi, ils s’étaient viandés sur l’adaptation du Gouverneur, j’avais fini la version comics sur la… hmmm… première partie, on va dire, avec Negan (huhu possible spoiler) donc j’avais hâte de voir le résultat. D’autant plus qu’un face-à-face entre Andrew Lincoln et Jeffrey Dean Morgan me faisait palpiter les ovaires (excuse my french). Mais voilà, la saison 7 a été tellement PÉNIBLE ! En voulant présenter Negan comme la pire menace EVER, je pense que les scénaristes ont en fait des caisses en terme de teasing, de menaces en tout genre et supprimant à tour de bras des personnages secondaires dont on se fiche royalement, tandis que Rick avalait sa barbe de dépit. Je crois que ce qui m’a le plus incité à suivre cette saison, c’est que je voulais voir Shiva (le tigre), mais autant dire que mon intérêt à tourner court.

Pourquoi ? Parce que la diarrhée verbale de Negan est insupportable. J’ai jamais vu un personnage de The Walking Dead parler AUTANT et on était loin, bien loin du personnage des comics. D’un coté je comprends la série : il faut faire durer le suspens, faire monter la pression, construire le personnage et sa supériorité tactique par rapport aux héros qu’on suit de puis le début – qui ne faisait « que » survivre jusque là, au lieu de… prospérer ? De l’autre, j’ai été agacée par la lenteur et le vide astral de chaque épisode, parce que si la partie Negan dure plusieurs tomes coté comics et connait plein de rebondissements, coté série : arrivé au mid-season de la saison 7, The Walking Dead n’offrait rien de plus que du blabla incessant. J’ai laborieusement tenu jusqu’à la fin de la saison, avec une attention décrépie et une lassitude de plus en plus présente… Je veux dire, ce n’est pas normal de voir une bombasse comme Jeffrey Dean Morgan apparaître sur son écran et d’avoir envie de lui crier « La ferme ! », non ? Pour moi, c’est problématique et ça réveille des envies de… euh… psychopathe illettrée ?

*de* massacrer un chaton, bien entendu 😛 (un jour Twitter permettra d’éditer ses tweets…). Bref, passons.

Au final, j’ai laborieusement suivi la fin de la saison, qui se concluait sur le sacrifice d’un personnage qui m’agaçait également depuis un bon moment, dans un traitement tellement prévisible que le dramatisme de la scène était complètement gâché. J’ai passablement tenté de me lancer dans la saison 8 mais ma raison a pris le dessus : The Walking Dead et moi, c’était fini. J’ai même fini par abandonner les comics tellement j’étais dégoûtée par la série (alors que j’en étais au tome 24, donc bien en amont). Mais en bonne stalkeuse, je continue de surveiller du coin de l’œil les retours des fans sur la série et, bon… c’est pas fameux. Je pense qu’on ne m’y reprendra plus. J’ai d’autres zombies à fouetter.

Je crois bien que cette scène est le dernier moment où TWD a réussi à me surprendre…

Et sinon, vous, ça va ?

***

À lire aussi :
>>> The Walking Dead – Saison 3 : entre émancipation et déception
>>> The Walking Dead : le dimanche soir, c’est viande rouge à volonté
>>> The Walking Dead – les 10 meilleurs moments (Saisons 1-4)
>>> The Walking Dead : les 5 meilleurs moments (Saisons 5 et 6

5 réflexions sur “[SÉRIE TV] The Walking Dead : Retour sur une déception mortelle

  1. J’ai arrêté après 3 épisodes de la saison 7 car plus capable d’endurer Negan et j’ai juste envie de rentrer dans ma tv et de lui sacrer une volée ! Je me suis renseignée si il allait mourir bientôt (pour savoir si je la continuait)et il parait qu’il est dans la saison 8 aussi alors tant pis c’est fini pour moi et bien déçue 😦

  2. Tiens tiens même impression que moi. Depuis le milieu de la saison précédente j’ai décroché, j’en suis venu à me forcer de regarder les épisodes c’est dire si ça devient un supplice de voir un tel gâchis.
    Comme pour toi ça m’en a dégoûter des comics, j’ai également stoppé au tome 24 et n’ai aucune envie de reprendre…

  3. Oui, clairement, depuis le milieu de la saison 5, chaque saison n’est qu’un teasing vide et creux de la suivante… Le choix de Jeffrey Dean Morgan me semblait pourtant intéressant mais, excepté le premier épisode de la septième saison (et encore), il est insupportable. Et trop bavard, comme tu le soulignes d’ailleurs. On dirait un adolescent, voire un enfant versatile et provocateur, en mode « que d’la gueule ». Parce que bon, si on enlève Simon et Dwight qui s’évertuent à lui sauver les miches, y’a plus grand chose. C’est quand on trouve ces derniers plus intéressants que Negan qu’on se dit qu’il y a quand même un gros souci.
    Je n’ai pas dépassé l’arc du Gouverneur dans les comics, donc pas de point de comparaison mais ça ne m’empêche pas de trouver ça mauvais, bien au contraire. En saison 3, on avait un véritable antagoniste, pas une caricature qui agite les bras et fait bien trop de bruits de bouche entre deux onomatopées.

    La saison 7 était risible et grossière, la huitième se vautre toujours plus dans un océan de médiocrité et de ridicule (à chaque épisode, je me dis qu’on peut pas tomber plus bas, et le suivant me prouve le contraire)(et pourtant, je continue… L’espoir, toussa toussa). Les personnages de Michonne, Maggie et Daryl sont mis au oubliettes sans aucune raison, Carol et Morgan stagnent dans leur coin de forêt et Carl… Ben, son départ n’était même pas émouvant alors qu’on le voit grandir et évoluer depuis plus de huit ans. Je crois que la seule chose qui maintienne encore mon intérêt, c’est Andrew Lincoln/Rick Grimes. Pour une série de cette ambition, c’est peu de choses, finalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s