[CRITIQUE] Le Jeu, de Fred Cavayé

Le pitch : Le temps d’un diner, des couples d’amis décident de jouer à un « jeu » : chacun doit poser son téléphone portable au milieu de la table et chaque SMS, appel téléphonique, mail, message Facebook, etc. devra être partagé avec les autres. Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour que ce « jeu » se transforme en cauchemar.

S’il y a un thème qui fait toujours mouche dans les comédies, c’est bien celui de l’indiscrétion, quand il s’agit de fouiller les apparences trop propres de nos pairs. On a tous des amis beaux, en pleine réussite, qui forment un couple heureux, bien dans leurs baskets (rayez la mention inutile). Mais que se cache-t-il vraiment derrière le sourire de façade ? Qu’y a-t-il à découvrir une fois que les masques sont baissés ? Voilà une curiosité fédératrice, un poil malsaine et égoïste, mais visiblement universelle puisque le nouveau film de Fred Cavayé (Radin !, Mea Culpa, À Bout Portant…) est la deuxième adaptation du film italien Perfetti sconosciuti de Paolo Genovese (2016), adaptée également dans une version espagnole, Perfectos Desconocidos, réalisée par Alex de la Iglesia en 2017.

Le Jeu reprend donc le même principe pour livrer une comédie noire et grinçante autour d’un groupe d’amis qui voient leurs secrets révélés au grand jour. Si les apparences sociales ont toujours été un jeu de cache-cache, les réseaux sociaux et les nouvelles technologies – sur lesquels s’appuient le film – ont permis d’épaissir un peu le voile alors qu’en fait de partage spontané, nous partageons uniquement la partie immergée de l’iceberg, toujours plus valorisante. À travers un jeu dangereux, le film de Fred Cavayé va mettre en défaut des amitiés et relations de longues dates alors que secrets, mensonges et tromperies s’inviteront à la fête.

Fred Cavayé, comme ses prédécesseurs, choisit des personnages familiers et des codes faciles d’accès : le grand appartement d’un couple installé et visiblement aisé accueille un couple dont les tensions sont déjà apparentes, un troisième jeune couple toujours en lune de miel et un dernier invité dont le statut de célibataire vient briser la routine générale. Le Jeu s’amuse des apparences faciles, jouant intelligemment avec le superficiel prévisible mais ajoute un twist sympathique qui va faire grimper le tensiomètre au cours d’une soirée a-priori chaleureuse et amicale.

En l’état, le film de Fred Cavayé n’invente rien : des dîners d’amis qui se transforment en dissection sociale, il y en a des centaines surtout dans le cinéma français. Ce genre de comédie noire répond au besoin humain de se rassurer, tout en étant un tantinet voyeur, que l’herbe n’est pas si verte ailleurs : le couple de longue durée baigne dans une guerre froide pleine de non-dits, le couple qui bat de l’aile et qui s’engueule, les époux volages, les célibataires en quête d’âme sœur, mensonges et tromperies… Autant de thèmes ordinaires mis en scènes au cinéma dont chacun se régale tour à tour et qui viennent épicer le quotidien, prouvant, s’il le fallait, que nous portons tous un masque. Le Code A Changé, Barbecue, Embrassez Qui Vous Voudrez… le cinéma français regorge de films du même acabit, par conséquent Le Jeu semble être une énième version d’un concept déjà usé qui ne fait que surfer sur les relations humaines et mondaines.

Ceci étant dit, le film de Fred Cavayé est loin d’être déplaisant au contraire, puisque que le sujet est inépuisable tant qu’il y aura des hommes et des femmes. Le Jeu assure sa dose de surprises et de révélations tandis que la soirée s’étire sous la présence énigmatique d’une éclipse lunaire. L’ensemble est sympathique et drôle grâce à la simplicité du format et l’accessibilité des personnages qui distille une ambiance chaleureuse malgré une tension de plus en plus présente. La mécanique est efficace et bien huilée à travers ces portraits familiers que l’on découvre avec un sourire en coin, tandis que les situations cocasses et autres quiproquos s’enchaînent sans effort, avec un humour piquant à souhait. Je pense que le film doit beaucoup à son casting confirmé qui a su s’approprier des personnages déjà-vus pour leur donner plus de profondeurs.

Pour avoir vu la version espagnole, je n’ai trouvé qu’un bémol : le film d’Alex de la Iglesia avait mis l’accent sur la révélation particulière d’un des personnages (je vais éviter de spoiler), créant des tensions dans le groupe autour du regard nouveau posé sur ce dernier, alors que la version de Fred Cavayé passe cette partie de l’histoire sous le tapis pour préférer s’attarder sur les autres révélations. Est-ce une question de différences de mentalité entre la France et l’Espagne ? J’ai trouvé cela dommage de survoler l’un des meilleurs secrets aussi superficiellement.
Par contre, j’ai largement préféré le twist final de la version de Fred Cavayé : là où Perfectos Desconocidos se bouclait avec la paresse d’un téléfilm d’après-midi, Le Jeu va jusqu’au bout de l’idée mise en place dès le début du film et préfère jouer du mystère de l’éclipse, laissant ainsi nos personnages à mi-chemin entre le fantasme et la réalité.
Je verrais peut-être la version italienne à l’occasion 😛

Au casting, soit le véritable point fort du film : Bérénice Bejo (L’Extraordinaire Voyage du Fakir, Le Redoutable…) et Stéphane De Groodt (L’Un dans l’Autre, Corporate…) jouent des hôtes convaincants maturés dans une bourgeoisie froide et habités par des non-dits palpable, Roschdy Zem (Le Prix du Succès, Les Hommes du Feu…) et Suzanne Clément (Le Rire de ma Mère, Numéro Une...) forment un couple au bord de l’implosion, tandis que Vincent Elbaz (Je Ne Suis Pas Un Homme Facile, Il A Déjà Tes Yeux…) et Doria Tillier (Monsieur et Madame Adelman...) sont parfaits en couple incandescent. Comblant le cortège, Grégory Gadebois (Marvin ou la Belle Éducation, Espèces Menacées…) obtient probablement le personnage le plus intéressant mais, comme expliqué plus haut, son intrigue est trop survolée à mon goût.

En conclusion, même si je savais à quoi m’attendre, j’ai passé un bon moment devant Le Jeu, porté par un casting étoilé. Fred Cavayé signe une comédie grinçante et efficace qui explore les relations humaines sous de nombreuses formes pour en extraire une vérité souvent peu reluisante mais ô combien réaliste. Et vous, seriez-vous prêt à jouer Le Jeu ? À voir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s