[CRITIQUE] Apprentis Parents, de Sean Anders

Le pitch : Pete et Ellie veulent devenir une famille. En adoptant 3 frères et sœurs, dont une adolescente rebelle de 15 ans Pete et Ellie réalisent très vite qu’ils n’étaient pas préparés à devenir parents du jour au lendemain ! Leur parentalité « instantanée » va les placer dans des situations inattendues, émouvantes et souvent hilarantes !

Crazy Dad, Very Bad Dads 1 et 2, Mean Moms… Sean Anders (Comment Tuer Son Boss 2…) adore les familles dysfonctionnelles et le fait savoir en proposant des comédies régressives, entre bons sentiments et amour familial malgré tout. Le réalisateur retrouve donc sa muse Mark Wahlberg dans une nouvelle comédie colorée, mettant en scène un couple qui décide, quasiment sur un coup de tête, de devenir une famille d’accueil pour trois enfants.

Évidemment, il faut mettre de coté la réalité des choses pour qu’Apprentis Parents puisse fonctionner. On oublie donc les « légers » détails comme les démarches pour devenir famille d’accueil, le suivi psychologique et l’étude de motivation, l’attente… bref, tout ce qui semble cohérent et logique pour désigner des personnes aptes à devenir parents d’accueil (Foster parents en anglais), afin de pouvoir permettre au film de nous amuser à travers ce portrait familial contemporain et survolté. Si la démarche est un chouilla honorable – on glisse des familles homoparentales et monoparentales en toile de fond, tandis que les personnages principaux accueillent une fratrie comptant deux ados -, ce qui compte surtout c’est l’aspect comique de cette rencontre explosive entre un couple dépassé et des enfants rebelles, paumés et/ou attendrissants.

Menés par une grande sœur au caractère bien trempé, les enfants vont mettre à l’épreuve un couple de cinéma qui vont découvrir les joies de la parentalité à la dure. L’ensemble est classique et sans véritable surprise, Sean Anders surfe sur une mer tranquille, gentiment bousculée par des remous prévisibles. Le film parvient tant bien que mal à créer des liens entre ses personnages, évitant habilement d’en faire trop et jouant au bon moment les ressorts voulus pour créer de l’émotion.
Hyper sucré, Apprentis Parents cherche tout de même à coller un chouilla à la réalité, en explorant le passé de ces gamins malmenés par une mère biologique démissionnaire. Si l’ensemble reste très édulcoré et fastoche, j’ai été la première surprise à adhérer à l’émotion suscitée par cette famille imparfaite et cette chance d’un nouveau départ dans le monde merveilleux du cinéma. Même si on y croit pas vraiment, on peut aisément se laisser embarquer par l’allégresse générale et sourire devant cette comédie sympathique et parfois touchante.

Au casting, il y a beaucoup d’habitués au genre : on retrouve donc Mark Wahlberg (22 Miles, Transformers : The Last Knight, Very Bad Dads…) en papa dépassé, un rôle qu’il finit par maîtriser depuis le temps. À ses cotés, Rose Byrne (Nos Pires Voisins 2, X-Men Apocalypse, Spy…) est également à l’aise dans le registre de la comédie qu’elle explore depuis un moment et Isabela Moner (Sicario : La Guerre des Cartels…) retrouve son père d’adoption de Transformers, toujours en ado rebelle. Finalement, à force de jouer les mêmes personnages, tout ce petit monde s’améliore.
À l’affiche également, Gustavo Quiroz et Julianna Gamiz complètent le trio d’enfants à adopter, tandis qu’Octavia Spencer (La Forme de l’Eau, Mary…) et Tig Notaro (Star Trek: Discovery, Suburgatory…) jouent les « good cop / bad cop » de l’adoption – ce qui est quand même étrange.

En conclusion, Sean Anders signe une comédie mignonne et sucrée qui se regarde pour la détente et non pour son authenticité. Apprentis Parents fait le job, j’ai passé un bon moment – bien meilleur que ce à quoi je m’attendais. À tenter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s