[CRITIQUE] Le Coup du Siècle, de Chris Addison

Le pitch : Deux femmes escrocs – de deux catégories différentes – s’unissent afin de mener la vie dure aux hommes qui les ont bafouées.

Dans la veine des remakes au féminin, après le SOS Fantômes de Paul Feig et Ocean’s 8 de Gary Ross, c’est au tour du film Le Plus Escroc des Deux de Frank Oz (1988) d’être revampé et enrobé dans un bonbon pailleté. Le Coup du Siècle récupère la même recette en proposant deux acteurs à la filmographie (et aux talents) diamétralement opposé, ainsi Anne Hathaway prend la place de Michael Caine tandis que Rebel Wilson joue les éléments perturbateurs à l’instar de Steve Martin à l’époque. Une idée sur le papier assez marrante mais qui dans l’exécution a eu plus tendance à me laisser bouche bée devant tant de bêtises.
Dans un premier temps, le (premier) film de Chris Addison (vague acteur vu dans Skins…) ne brille pas par son originalité : des films de femmes escrocs, on en a vu pléthore et autant dire que ça n’aide pas vraiment les causes féminines à l’époque du #MeToo et autres scandales sexuelles. Ceci étant dit, Le Coup du Siècle cherche à divertir et y parvient si on aime l’humour gras et bas de plafond.
Alors que Rebel Wilson était un chouilla remontée dans mon estime après Isn’t It Romantic, je retrouve l’actrice australienne dans son personnage à la fois vulgaire et dérangeant qui contribue – encore et toujours – à rabaisser l’images des femmes rondes dans des ressorts humoristiques légèrement insultants. Son personnage a autant de subtilité qu’un chewing gum collé sur le bitume en pleine canicule : difficile de s’en débarrasser et agaçant. Et si vous pensez qu’Anne Hathaway relève le niveau… et bien vous n’auriez pas vraiment tord, mais même là, ça ne vole pas très haut et pour une cette (talentueuse) actrice oscarisée, c’est même affligeant de la voir payer ses impôts avec une comédie aussi flemmarde.

Car en effet, parlons un peu du film, Le Coup du Siècle possède une intrigue ayant l’épaisseur et la vivacité d’un post-it paumé dans une usine de papier (j’aime bien mes métaphores en ce moment). La rencontre entre ces deux arnaqueuses va perturber le parcours de chacune, la première voit son système bien rôdé saboter par son acolyte beaucoup trop frontale. Les deux femmes vont brièvement collaborer puis s’affronter pour remporter la mise, au prix de nombreux gags et retournements de situations tous plus débilisants que le précédent. Le film est tellement aux ras des pâquerettes qu’il est difficile d’en extirper ses qualités et surtout d’oublier le sexisme latent qui s’en dégage (qui a redemandé qu’on remake des films qu’avec des femmes ? Personne !).
Véritable comédie grotesque sortie en été pour limiter les dégâts, le film de Chris Addison provoque peut-être un ricanement ça et là, mais l’ensemble est tellement crétin et presque insultant à de nombreux niveaux que je préférerai oublier que je l’ai vu.

Au casting, comme dit plus haut, Anne Hathaway (Ocean’s 8, Colossal, Alice de l’Autre Côté du Miroir…) mériterait presque de voir ses statuettes confisquées, mais je peux comprendre la difficulté de devoir payer ses impôts de temps à autre pour éviter de finir comme Nicholas Cage. Face à elle, Rebel Wilson (Isn’t It Romantic, Pitch Perfect, Célibataire, Mode d’Emploi…) fait ce qu’elle se contente de faire le mieux, à savoir un personnage vulgaire et potache qui, non seulement ne peut pas lui faire du bien mais qui en plus ne fait qu’encourager la grossophobie à Hollywood.
Vaguement à l’affiche également, on retrouve Alex Sharp (How To Talk To Girls At Parties…), Ingrid Oliver (Doctor Who…) ou encore Dean Norris (Death Wish…) pour compléter un ensemble anecdotique.

En conclusion, Le Coup du Siècle ne sera, espérons-le, qu’un coup d’essai. Malgré une intrigue prometteuse, le film de Chris Addison s’embourbe dans une comédie solaire oui, mais surtout ultra potache et déjà-vue. La bonne nouvelle, c’est que ce sera peut-être le remake au féminin de trop qui stoppera nette cette nouvelle tendance aussi crétine et sexiste que l’invention du marketing genré. A éviter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s