Mariage à l’anglaise : Plutôt agréable, mais souvent lourd et maladroit

Pour son premier long-métrage, Dan Mazer endosse la lourde responsabilité de représenter l’humour anglais à son tour, à travers une comédie romantique. Probablement intimidé par l’aura de films qu’on ne présente plus, de Quatre mariages et un enterrement (1993) à Love Actually (2003), Mariage à l’anglaise en fait des tonnes pour épater la galerie. Lourdeur et humour poussif marque le début maladroit du film, mais petit à petit, une fois l’histoire installée, le rythme du film s’apaise et nous offre de nombreux moments de fou rire comme seuls les anglais savent le faire, laissant alors, en fin de séance, un souvenir plutôt positif mais rapidement oublié. Vite vu, vite digéré.