Mandela – Un long chemin vers la liberté : Un grand film pour un grand homme

mandela2

Retracer la vie de Nelson Mandela en un film d’un peu plus de 2 heures relevait du défi, un défi que Justin Chadwick relève avec brio. Captivant sans jamais sombrer dans le mélo, respectueux tout en étant franc, Mandela – Un long chemin vers la liberté évite les pièges des biopics lisses et romancés pour narrer le parcours d’un grand homme avec une sincérité palpable et un talent hors pair. Idris Elba et Naomie Harris forment un duo aussi charismatique que puissant, faisant de Mandela un film à la fois bouleversant et passionnant.

Le pitch : Né et élevé au sein du peuple Thembu, Nelson Mandela quitte sa campagne natale pour Johannesburg. Il y ouvre le tout premier cabinet d’avocats noirs puis devient l’un des leaders de le Congrès national africain. Après son arrestation, il peut compter sur le soutien sans limite de sa femme Winnie…

Le biopic est toujours un exercice particulier. Outre le choix du personnage, il faut aussi déterminer quelle partie aborder, faut-il raconter toute la vie de la personne ou seulement un moment marquant de son histoire ? Comment respecter son image tout en étant honnête et comment faire un biopic sans faire un film romancé ? Cette année 2013 en a vu passer de Lincoln, de Steven Spielberg à Hitchcock, de Sacha Gervasi, en passant par Diana, de Oliver Hirschbiegel.
Personnellement, ce n’est pas du tout un genre que j’apprécie, car je le trouve généralement trop romancé et lisse pour être crédible, comme pour Lincoln, ou alors la tranche de vie choisie n’est pas pertinente (exemple : Diana).
Le film de Justin Chadwick (Deux soeurs pour un roi, en 2008) fait désormais exception à la règle et pourtant la tâche n’était pas simple. Adapté à partir de l’autobiographie écrite par l’homme en personne, Mandela réussit le tour de force de réaliser un film universel et accessible, tout en permettant de (re)découvrir Nelson Mandela sous un autre jour. En effet, Mandela débute dans les années 40, où on découvre un jeune avocat au début de son engagement pacifique avec l’ANC (le Congrès National Africain), quelques années avant la mise en place de l’Apartheid. Petit à petit, cet engagement le poussera à sacrifier sa vie pour cette cause qui le mènera en prison à perpétuité. Alors qu’il purge sa peine, sa femme Winnie va continuer son combat contre la ségrégation raciale et lutter pour qu’il puisse être un jour libéré.

« Just open the gate and let me go »

Si on connait déja les grandes lignes de l’histoire de Nelson Mandela, Justin Chadwick parvient à créer une dynamique superbe entre le parcours de Nelson et celui de sa femme qui évolue parallèlement. L’occasion de mettre la lumière sur cette femme qui n’a pas été épargnée, ni par les choix de son époux, ni par les conséquences de ses actes. Mandela observe deux parcours parallèles, alors que l’un continue de lutter pacifiquement, l’autre va voir sa haine et sa colère se décupler au fil des années. Une confrontation à la fois captivante et déchirante, puisque ce couple finalement emblématique finit par être détruit par la même cause qui les avaient réunis au départ.
Chadwick accomplit un film formidable à travers ce biopic divisé en trois parties, nous attachant d’abord à l’homme avant de nous entraîner au coeur de son combat, puis à travers une seconde partie où les caractères finissent vraiment par se forger, chaque personnage devenant alors un véritable emblème et enfin la dernière partie, au moment où Nelson Mandela est libéré de prison. Le film observe, plus qu’il ne prend partie, sans chercher à édulcorer quoique ce soit, ni à acheter de l’émotion à tout prix, Mandela est livré de façon brute et sans détour, sa dureté est liée au contexte politique et social du pays et non à une tentative gratuite de tirer les larmes au public. C’est cette honnêteté qui rend le film aussi bouleversant, car la star du film ce n’est pas seulement l’icône qu’est Nelson Mandela, mais l’homme, ainsi que la femme qui l’a soutenu pendant toutes ses années. Au delà du combat de toute une vie, ce sont deux existences qui ont été chamboulées et Mandela rend hommage à un homme et à une femme qui ont consacré leurs vies à lutter pour la liberté d’un peuple, dans un combat éprouvant, difficile et encore inachevé.

Chadwick parvient à nous maintenir en haleine grâce à une mise en scène rythmée et colorée, reflétant l’espoir, alternant des scènes austères en prison et des plans magnifiques en pleine nature africaine. Mandela est loin d’être un film triste, malgré certains passages assez douloureux, et garde une photographie lumineuse et chaude, ce qui s’accorde bien, finalement au message de paix, de pardon et de sérénité que véhicule le film.

Au casting, un duo magique s’accorde pour nous faire vibrer du début à la fin. Tout d’abord Idris Elba (Prometheus, Pacific Rim, Thor : Le monde des ténèbres) est phénoménal dans le rôle titre, un mélange brillant de puissance et de sérénité avec une voix incroyable. A ses cotés, Naomie Harris (Pirates des Caraïbes, Skyfall) est excellente et charismatique.

En conclusion, Mandela – Un long chemin vers la liberté est un biopic passionnant, bouleversant et puissant. Un film de qualité pour un homme exceptionnel. Bravo.

Nelson Mandela : 18 juillet 1918 - 5 décembre 2013. RIP

Nelson Mandela : 18 juillet 1918 – 5 décembre 2013. RIP

A l’heure où je publie cet article, Nelson Mandela nous a quitté. Repose en paix, Madiba.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s