La Reine des Neiges : Magique !

ReinedesNeiges1

Magique, frais et époustouflant, la dernière œuvre de Disney est une véritable invitation au rêve et à la féerie. Chris Buck et Jennifer Lee nous entraîne dans une aventure glacée, idéale pour retomber avec joie en enfance, au rythme des chansons entraînantes et des personnages attachants. Subtil mélange des genres, La Reine des Neiges est le gros plaisir de cette fin d’année.

Le pitch : Anna, une jeune fille aussi audacieuse qu’optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté, et de son fidèle renne, Sven à la recherche de sa sœur, Elsa, la Reine des Neiges qui a plongé le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel…  En chemin, ils vont rencontrer de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf, braver les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés, et affronter la magie qui les guette à chaque pas.

Les réalisateurs et scénaristes de Tarzan, Pocahontas et des Mondes de Ralph s’associent pour adapter le conte danois La Reine des Neiges écrit par Hans Christian Andersen en 1844. On y découvre donc l’histoire de deux princesses, aussi différentes l’une de l’autre et pourtant liée par un terrible secret. Dès les premières minutes, La Reine des Neiges nous ouvre les portes d’un univers magique à travers ce film qui se révèle être un agréable mélange des genres. En effet, La Reine des Neiges est entièrement réalisé en images de synthèse, comme les précédentes productions des Walt Disney Studios (Les Mondes de Ralph, Rebelle, Raiponce), et continue de donner un coup de jeune à ses histoires de princesses, de plus en plus indépendantes et de moins en moins nunuches. Mais le métissage des genres s’effectue surtout dans le scénario qui est ponctué par de nombreuses chansons, puisque le film était initialement prévu comme un film d’animation classique (dessin animé). Cela faisait longtemps qu’on avait pas autant poussé la chansonnette dans un Disney et ici, Elsa et Anna ne cessent de nous divertir à travers des chansons originales et harmonieuses (contrairement à l’horrible cacophonie de La Princesse et la Grenouille) collant parfaitement à l’histoire et aux sentiments de leurs personnages, renforçant la nostalgie que peut provoquer le film sur les plus vieux d’entre nous.
Véritable synthèse entre les Disney d’hier (Cendrillon, La Belle au bois dormant…) et ceux d’aujourd’hui, La Reine des Neiges émerveille aussi bien les petits que les grands, grâce à une animation magnifique et riche, même si les personnages principaux ont des faux airs de Raiponce (héhé ! la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre). S’ajoute à cela une trame pleine de rebondissements et truffés de personnages attachants, surprenants et bien construits.

Certes, La Reine des Neiges peut souvent être prévisible, mais le film sait surprendre. On prend plaisir à découvrir les personnalités d’Elsa et d’Anna, deux sœurs très opposées et pourtant complémentaires, tout en observant les méchants se révéler petit à petit et une romance naître en filigrane, tandis que de son coté Olaf, l’étonnant bonhomme de neige parlant, est hilarant. Finalement, le plus surprenant c’est d’avoir un rêne qui ne parle pas !
La Reine des Neiges garde un ton joyeux tout au long du film, camouflant rapidement les événements dramatiques qui ont poussés nos deux héroïnes à grandir à part, pour se focaliser essentiellement sur le parcours d’Anna. On pourrait également déplorer le fait qu’il n’y ait qu’une péripétie frissonnante dans le film, mais finalement La Reine des Neiges ne s’éparpille pas et avance sereinement sur une ligne droite, tout en parvenant à faire vivre les éléments secondaires de son histoire (le prince Hans, l’infâme Duc de Weselton (Wiiiizeulton !) et les trolls…) et à instaurer un léger suspens en transformant habilement la quête d’Anna en une course contre la montre haletante. Le film réussit à réunir la magie des contes de fées et l’esprit de Noël dans une œuvre légère et divertissante, parfois touchante, dont on ressort avec le sourire et soulagé de voir que, malgré l’inévitable message sur le grand amour, Disney continue de sortir timidement des sentiers battus pour proposer une issue différente. La famille, l’amour et l’affirmation de soi sont toujours les thèmes préférés de Disney et cette dernière œuvre n’échappe donc pas à la règle, grâce à un message fort et positif indiquant que tout est possible.

La Reine des Neiges, c’est aussi une bande-originale géniale composée par Christophe Beck (compositeur officiel de Buffy contre les Vampires, entre autres) et au doublage des personnages, il faut retenir, entre autres et en VO, la performance d’Idina Menzel (star de Broadway grâce aux comédies musicales Rent et Wicked et récemment vue dans Glee) qui incarne Elsa et interprète notamment la magnifique chanson phare du film Let it Go, ainsi que celle de Kristin Bell (Veronica Mars, Sans Sarah, Rien ne va et c’est aussi la voix de Gossip Girl), surprenante voix d’Anna.

En conclusion, La Reine des Neiges est un agréable et merveilleux retour aux sources pour Disney, avec des princesses téméraires, des chansons superbes, de l’amour et des personnages loufoques. Certainement un des meilleurs films de Disney depuis belle lurette !

ReinedesNeiges2

Hug?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s