X-Men – Days Of Future Past : Un retour aux sources plein de surprises (Sans spoiler)

xmenDOFP

Pour plus de spoilers, cliquez ici 🙂

Un casting surdimensionné, une intrigue basée sur une histoire de quelques pages et le retour de Bryan Singer derrière la caméra… X-Men – Days Of Future Past est un énorme challenge attendu au tournant. Contrairement au film Avengers, de Joss Whedon (2012), ce nouveau volet de X-Men ne mise pas uniquement sur le fan service, néanmoins très présent, mais propose un film solide, riche et réellement captivant. Bryan Singer combine le meilleur des deux générations, en profitant de ce nouvel essai pour corriger les erreurs du passé. Sombre et spectaculaire, X-Men – Days Of Future Past est une course contre la montre aux accents désespérés, où les affrontements ordinairement explosifs laissent place à une mise en scène incroyable et de véritables moments d’anthologie, dépassant tout ce qui avait été fait auparavant par Brett Ratner.
>>> Un conseil, avoir toute la saga X-Men bien en tête est indispensable avant de voir X-Men – Days Of Future Past !

Le pitch : Les X-Men envoient Wolverine dans le passé pour changer un événement historique majeur, qui pourrait impacter mondialement humains et mutants.

La saga X-Men (Fox) est, à ce jour, la seule franchise capable de tenir la route face au rouleau-compresseur Marvel/Disney (désolée, Spidey/Sony). Après une trilogie en demi-teinte, notamment à cause du 3ème volet, divertissant mais objectivement décevant, réalisé par Brett Ratner en 2006, et un reboot efficace en 2011 avec X-Men – First Class réalisé par Matthew Vaughn, Bryan Singer revient aux commandes avec un projet affriolant, réunissant tous les mutants préférés grâce à une histoire originale permettant de voyager dans le temps.
Un pari audacieux, qui n’a cessé de faire osciller les fans entre l’appréhension et l’exultation, d’une part parce que l’histoire papier de Days Of Future Past est plutôt courte, d’autre part à cause de son casting impressionnant, mais aussi parce que Bryan Singer (Usual Suspects, X-Men 1 et 2…) n’a jamais caché son ambition de corriger X-Men – L’Affrontement Final, tout en contrecarrant les plans de Joss Whedon en lui piquant l’idée d’adapter le personnage de QuickSilver.

Et bien que l’on se rassure, X-Men – Days Of Future Past est à la hauteur de nos attentes, alliant un scénario à la fois abouti et complexe, visuellement fantastique et habités par des personnages charismatiques. On en ressort particulièrement chamboulés, à cause de toutes les informations délivrées par le film. En effet, à travers ce nouvel opus, Bryan Singer réécrit toute la timeline de la saga X-Men et inscrit ce film dans une nouvelle bulle parallèle. Dès les premières minutes X-Men Days Of Future Past nous plonge dans un futur sombre, où les mutants sont traqués à mort par des Sentinelles presque imbattables. Leur dernier espoir est donc de retourner dans le passé pour empêcher la création de ces armes. C’est ainsi que Wolverine, seul mutant capable de survivre à cette expédition métaphysique, se retrouve dans son corps plus jeune, chargé de retrouver un Charles Xavier amoindri après les événements de X-Men First ClassMalgré son casting à rallonge, X-Men – Days Of Future Past se concentre sur une poignée de personnages et renoue avec les films précédents en accumulant les clins d’œil et les références sympathiques, dans une parenthèse agréable qui dénote avec le ton apocalyptique de l’ouverture du film. Seulement, Charles Xavier, Magneto et Mystique ont pris des chemins différents et, rapidement, le passé semble aussi noir que le futur dont vient Wolverine. Alors que tout semblait rouler facilement vers une conclusion évidente, un rebondissement inattendu bouleverse le cours de l’histoire entraînant alors nos super héros vers un affrontement inévitable, aux répercussions (fictivement) historiques.

Au niveau du scénario, on peut dire que Bryan Singer, Matthew Vaughn et Simon Kinberg ne se sont pas moquer de nous. Celui qui osera dire que les films de super héros sont sans substance après ça sera de mauvaise foi ! X-Men – Days Of Future Past est étonnant, habilement construit de façon à combler les incohérences des films précédents tout en traçant une nouvelle ligne narrative. Ceux qui n’auront pas réviser leurs classiques avant de voir ce nouveau film risquent d’être largués, à cause des nombreux rappels à des événements ayant eu lieu dans la trilogie ou des clins d’œil facétieux aux comics (scène de l’ascenseur). X-Men Days Of Future Past frôle la gymnastique cérébrale, car chaque scène ou presque comporte son lot de révélations ou d’affirmations, nous obligeant à faire une rapide vérification dans notre mémoire, pour s’assurer de la cohérence du film ! Cependant, derrière ces nombreux efforts, les regrets de Bryan Singer sont bien présents, puisque ce dernier avait abandonné le projet de X-Men 3 pour réaliser Superman Returns. Ces deux films ayant eu le résultat que l’on connait, je pense que Singer en avait gros sur la patate, du coup X-Men – Days Of Future Past sonne comme une excuse et une tentative de remettre les choses en place, ce qui s’avère finalement gênant, car si on apprécie la trame structurée et ambitieuse du film, force est de constater qu’à la fin du film, on ne retrouve plus du tout l’univers de la trilogie initiale.
En effet, X-Men – Days Of Future Past vit dans une toute nouvelle timeline déconcertante, qu’on ne peut recoller ni après la trilogie, ni après le dernier Wolverine et sa scène post-générique. En réécrivant le passé, Bryan Singer soulève de nouvelles questions, notamment concernant les pouvoirs de Wolverine, la présence de certains mutants et leurs avenirs… Autant dire que les débats entre fans ne font que commencer !

Si l’histoire est incroyablement prenante, X-Men – Days Of Future Past se révèle plutôt moyen au niveau de l’action. Certes, le film est visuellement excellent et les effets spéciaux sont toujours plus extraordinaires, mais pour un film de super héros, celui-ci est plutôt longuet car il souffre de quelques pertes de rythme. Singer préfère se démarquer grâce des scènes impressionnantes, l’une remarquable avec un Quicksilver à contre-emploi et l’autre reléguant définitivement X-Men – L’Affrontement Final à l’âge de pierre… et la mise en scène ébouriffante du réalisateur fait le reste. Néanmoins, je reste sur ma faim, car finalement, malgré tous ces bons points, le film manque d’enjeux dramatiques et d’émotions, notamment au moment de la conclusion où le frisson est aux abonnés absents, alors que la tension aurait dû être au maximum. De plus, le film ne parvient pas à donner autant d’intensité aux deux mondes visités dans son film, alors que la partie la plus intéressante du film se déroule dans le passé, les événements du futur sont malheureusement sous-exploités, ce qui explique beaucoup le manque de tension à la fin du film.
Si Avengers avait fortement été critiqué lors de sa sortie, à cause de son scénario extrêmement léger, le résultat était tout de même jouissif et le fameux plan-séquence de Joss Whedon lors de la bataille finale à New York reste un moment épique et d’anthologie. En comparaison (s’il faut vraiment en faire une), Bryan Singer opte pour l’exact opposé en privilégiant un scénario et des personnages intéressants et ambitieux, tout en proposant un ensemble certes surprenant et largement satisfaisant, mais finalement légèrement mou sur les bords. Cependant, il vaut mieux préciser que les deux approches sont carrément différentes, puisque Avengers était justement prévu pour être un fantasme geek explosif, alors que l’objectif (officieux) de X-Men – Days Of Future Past est de corriger une franchise mise à mal et truffée d’incohérences, notamment à cause de l’amateurisme de Brett Ratner mais aussi, avouons-le, à cause de quelques écarts dans X-Men First Class.

Coté acteurs, on se régale. Dans le futur, les « anciens » sont de retour : Patrick Stewart et Ian McKellen reprennent du service, toujours aussi géniaux et plein d’allure, bien qu’on ne les voit pas suffisamment longtemps. Halle Berry, Ellen Page, Shawn Ashmor et Daniel Cudmore font plusieurs apparitions plaisantes, contrairement à Anna Paquin dont l’unique scène a été coupée au montage.
Dans le passé, on retrouve les « nouveaux » : James McAvoy est génial dans le rôle d’un Charles Xavier jeune et brisé, Michael Fassbender est la définition même de la perfection du sexy du charisme, en tant que Magneto, ce vilain qu’on ne peut s’empêcher d’apprécier. Jennifer Lawrence reprend le rôle de Mystique, bien plus crédible que dans X-Men First Class, tandis que Nicholas Hoult se prend pour une version bleue de Hulk, avec une excuse… discutable.
Alors qu’il est présenté en tant que superstar du film, Hugh Jackman n’est finalement pas autant mis en avant que ça, il est même très secondaire et en même temps, on retrouve agréablement le Wolverine des débuts, bourru et drôle malgré lui (au lieu de l’espèce de malabar bodybuildé griffu et hurleur qu’on nous sert d’habitude).
Coté petits nouveaux, on découvre avec plaisir notre frenchy Omar Sy (Intouchables, L’Écume des Jours…), pas très bavard (pour cause d’anglais approximatif), mais suffisamment bad-ass. Star en Chine mais inconnue au niveau international, Fan Binbbing incarne Blink, une mutante étonnante que j’aimerais bien revoir très vite. Peter Dinklage (Game Of Thrones…) offre une prestation honorable, sans être vraiment exceptionnelle et c’est assez dommage. Et enfin, Evan Peters (Kick-Ass 1, American Horror Story…) incarne le fameux Quicksilver au look assez discutable, mais l’acteur s’en sort finalement plutôt bien.
Il y a aussi quelques surprises au casting, mais je vous laisse les découvrir pendant le film 😀

En conclusion, X-Men – Days Of Future Past est une très bonne surprise, à l’approche réfléchie et intéressante, qui mérite très certainement un second visionnage pour mieux l’appréhender. Bryan Singer réussit à faire vivre son casting prestigieux dans un ensemble dynamique, neuf et captivant, entre du fan service très plaisant et une trame tangible jusqu’au bout. Malgré ses quelques défauts de rythme et le manque de scènes « coup de poing », X-Men – Days Of Future Past a au moins le mérite de proposer de la nouveauté dans l’univers des films de super-héros, quitte à chambouler une franchise et à créer deux trilogies radicalement différentes. Voilà un opus qui fera beaucoup parler de lui en attendant le prochain volet, X-Men – Apocalypse prévu en 2016.

There's a new gang in town!

There’s a new gang in town!

>>> Ah oui, et pensez à rester jusqu’à la toute fin du générique pour une scène bonus 😀

Une réflexion sur “X-Men – Days Of Future Past : Un retour aux sources plein de surprises (Sans spoiler)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s