Grace de Monaco : Agréable à regarder mais sans véritable intérêt

 

gracedemonaco

Présenté en ouverture du Festival de Cannes 2014, Grace de Monaco était aussi controversé qu’attendu. Entre une photographie sublime et une ambiance glamour savamment entretenue, si le film d’Olivier Dahan séduit au premier coup d’œil, c’est au niveau du fond que c’est une véritable déception. L’histoire est creuse et peu pertinente, l’ensemble ressemble plus à un documentaire-fiction totalement aseptisé et dénué d’une quelconque émotion. Nicole Kidman et Tim Roth forment un duo improbable et l’intrigue politique du film est d’un ennui total. Bref, c’est raté.

Le pitch : Lorsqu’elle épouse le Prince Rainier en 1956, Grace Kelly est alors une immense star de cinéma, promise à une carrière extraordinaire. Six ans plus tard, alors que son couple rencontre de sérieuses difficultés, Alfred Hitchcock lui propose de revenir à Hollywood, pour incarner Marnie dans son prochain film. Mais c’est aussi le moment ou la France menace d’annexer Monaco, ce petit pays dont elle est maintenant la Princesse. Grace est déchirée. Il lui faudra choisir entre la flamme artistique qui la consume encore ou devenir définitivement : Son Altesse Sérénissime, la Princesse Grace de Monaco.

Cela fait des mois, voire des années, que le projet d’un biopic sur Grace Kelly faisait parler de lui, des réactions scandalisées de la famille royale au conflit entre le réalisateur et le distributeur américain Harvey Weinstein. D’ailleurs, il ne s’agit plus d’un biopic mais d’une « œuvre de fiction inspirée de faits réels ».
Scandales et polémiques mis à part, que vaut réellement le nouveau film d’Olivier Dahan, sachant que ce dernier a eu le dernier mot sur le montage final ?
Dès les premières minutes, Grace de Monaco subjugue par sa beauté, de l’image lumineuse aux tons dorés au glamour des décors et des costumes. Malgré l’évidente crise financière qui secoue le Rocher à cette époque, Grace de Monaco frôle le défilé de style et de mode, en sublimant les codes des années 60.
Malheureusement, c’est un des rares points forts du film. Vendu comme un film montrant la princesse / actrice hollywoodienne en plein dilemme, devant choisir entre sa carrière et sa famille, Olivier Dahan élude rapidement la question en préférant plonger au cœur d’un conflit politique entre la France et Monaco. La carrière d’actrice de Grace Kelly passe quasiment à la trappe et sert simplement de prétexte pour se lancer dans un récit historique et légèrement soporifique, dans lequel le Prince Rainier s’oppose à la politique financière de Charles de Gaulle ! Quelle déception !
Certes, Grace de Monaco est centré sur son héroïne, mais le film manque cruellement de vie et conviction. En dehors de Nicole Kidman, tous les autres personnages sont caricaturaux, voire grotesques, et semblent s’ennuyer ferme. La froideur du casting contribue largement à l’absence d’émotion et au manque de crédibilité du film, encore plus affadi par une réalisation trop discrète et un penchant agaçant pour les gros plans.
L’une des premières difficultés d’un biopic, enfin ce qui aurait dû être un biopic, est de choisir le bon moment. Faut-il raconter toute la vie d’un personnage ou privilégier un moment-clé, comme l’ont fait les récents Diana ou Hitchcock ? Ici, Olivier Dahan choisit de mettre en scène une étape cruciale dans le parcours de la Princesse, mais il se positionne du mauvais coté de la barrière en préférant axer son film sur des intrigues politiques, ce qui enlève énormément de charme à l’ensemble. De plus, on pourrait se demander quelle est la part de fiction dans le film et quels sont les éléments inspirés de faits réels, tant le résultat relève parfois du fantasque. Si on admire ce portrait de femme prête à tout pour protéger sa famille, il est cependant difficile de croire à cette fable politico-romanesque, dans laquelle Grace Kelly tient tête aux affreux Français. Olivier Dahan plie l’Histoire à sa volonté et transforme sa princesse en héroïne des temps modernes, laissant totalement de coté son statut d’icône, qui aurait tout aussi bien pu faire un bon sujet de film (bien plus crédible).

Au casting, sans Nicole Kidman, Grace De Monaco aurait été un véritable échec. Heureusement, l’actrice australienne (Paperboy, Stoker…) illumine le film et continue de s’imposer comme une des meilleures actrices de sa génération (car il en faut du talent pour réussir à exceller dans un film aussi ennuyeux). À ses côtés, Frank Langella (Superman Returns, Robot and Frank…) et Paz Vega (Les Amants Passagers…) sont deux bonnes surprises dans le film, l’un attachant dans son rôle de père de substitution, l’autre merveilleuse en Maria Callas.
Tim Roth (Broken, Möbius…) incarne le Prince Rainier sans jamais se départir de son air bougon et Parker Posey (Superman Returns…) n’en finit plus de grimacer jusqu’à la dernière minute, tandis que Roger Ashton-Griffiths (Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu…) incarne un piètre et très secondaire Alfred Hitchcock. À noter également quelques acteurs français dont André Penvern (Paulette…) en Charles de Gaulle, ou encore Olivier Rabourdin (De Guerre Lasse…) et Jean Dell (Le Bruit Des Glaçons…).

En conclusion, Grace de Monaco ne mérite pas le déluge de critiques que le film reçoit depuis sa sortie. Ce n’est certainement pas le meilleur film d’Olivier Dahan, surtout après le magnifique La Môme, mais la beauté du film et la performance superbe de Nicole Kidman réussiront à maintenir éveiller ceux qui n’auront pas succomber après la première demi-heure. Bon courage.

Hey! What did you expect?

Hey! What did you expect?

2 réflexions sur “Grace de Monaco : Agréable à regarder mais sans véritable intérêt

    • Personnellement, j’ai été super déçue par l’aspect politique du film. D’autant plus que l’histoire est globalement fictive, donc aucun intérêt quoi :-/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s