[CRITIQUE] Deadpool, de Tim Miller

deadpool

L’année super héroïque démarre bien avec un Deadpool survolté et hilarant qui vient remettre les pendules à l’heure. Très attendu, le film de Tim Miller tient ses promesses en proposant une origin story classique de l’anti-super-héros le plus timbré de Marvel, dans une comédie d’action déjantée, osée et drôle qui me réconcilie même avec un acteur que j’ai plutôt du mal à encadrer (Ryan Reynolds). Certes, Deadpool sert uniquement de présentation pour, espérons-le, lancer une saga mais voilà enfin une adaptation du personnage réussie, dans un film qui bouscule les codes trop sages et trop justes des films super-héroïques. Fun, explosif et complètement barré, Deadpool entre enfin dans la cour des grands ! Bienvenue.

Le pitch : Deadpool, est l’anti-héros le plus atypique de l’univers Marvel. A l’origine, il s’appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Après avoir subi une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, il va devenir Deadpool. Armé de ses nouvelles capacités et d’un humour noir survolté, Deadpool va traquer l’homme qui a bien failli anéantir sa vie.

Entre une première adaptation désastreuse de Deadpool dans le film X-Men Origins: Wolverine de Gavin Hood (2009) et la carrière super-héroique de Ryan Reynolds (Green Lantern…), il y avait de quoi s’inquiéter. Certes, une vidéo-test avait mystérieusement « leakée » sur internet il y a quelques années, avec un extrait tout à fait génial, mais le mal avait été fait et le doute installé : le souvenir de ce premier Deadpool à la bouche cousue avait fini par hanter mes cauchemars… Oui, bon j’exagère, mais quand même, même si Ryan Reynolds est un fan du super héros, c’est une image difficile à oublier (ça et son costume de Green Lantern).
Mais tout ça c’est du passé. À l’approche de sa sortie, la Fox a mis le paquet pour nous donner envie de voir Deadpool, entre les bandes-annonces et la campagne sous-marine (détournement d’affiches, des fêtes…), promettant un super-héros fidèle aux comics. Oui, parce que le signe particulier de Deadpool c’est quoi, en dehors du fait que c’est un mercenaire mutant qui œuvre surtout pour ses propres intérêts et l’argent (donc le bien ET le mal) ? Et bien, pour ceux qui ne le connaissent pas, Deadpool est un personnage qui est conscient d’être un personnage de comics (au cours de la lecture de ses aventures, il parle directement aux lecteurs en aparté), adoptant un ton décalé, souvent vert, dans des aventures oscillant entre violence et humour un peu dark. D’où le désastre de X-Men Origins: Wolverine : se priver des vannes de Deadpool, c’est comme supprimer l’humour de Spider-Man… Beaucoup moins sympathique ni même original.

Et bien qu’on se rassure : si vous aviez peur d’en avoir trop vu dans les bandes-annonces (ce qui est tout de même le cas, avouons-le), Deadpool tient largement ses promesses et ce, dès le générique de début du film ! En effet, dès les premières minutes, Tim Miller donne le ton : humour, second degrés et références à la culture pop sont les ingrédients principaux du film qui ne déçoit pas avec une ouverture géniale. Si Deadpool est une origin story, le film ne cède pas à la facilité et choisit de découdre son récit ce qui le rend plus dynamique et intéressant, car on se focalise nettement moins sur la love story derrière le film. Et puis d’ailleurs, peut-on vraiment parler de love story quand on voit le traitement ahurissant des personnages… Oui, Deadpool est un film de super héros, mais ce n’est pas un Marvel classique. Si les autres films misent surtout sur le coté spectaculaire des scènes d’actions et le coté badass des super héros, chez Deadpool ce sont les personnages qui font la force du film, de part leurs atypismes et le ton complètement débridé et impertinent du film. Clairement, il y a dans Deadpool des scènes que vous ne verrez pas souvent dans d’autres films de super héros, à commencer par de la violence bien graphique et sanglante, du sous-texte parfois obscène et du sexe. Et comme Deadpool est un personnage conscient, le film s’offre des clins d’œil et des références à la pop culture, dont certains sont aussi inattendus que savoureux.
Tim Miller met la barre haut – probablement parce qu’il craignait le one-shot ? – et explose les limites de la bienséance pour nous servir un héros mémorable, fun et finalement… très humain !

deadpool2

Car oui, alors que les super héros sont généralement motivés par leurs ambitions, bonnes ou mauvaises (détruire l’Univers, ça peut être sympa aussi), Deadpool, lui, est bien plus terre-à-terre et individualiste, surtout dans ce premier film qui mise sur la découverte. Résultat, on se retrouve face à un personnage accessible, entre un Deadpool haut en couleurs et un Wade Wilson plus ordinaire, qui parvient à nous toucher dans sa démarche même quand il va très loin, si bien que la fameuse love story ne fait pas cliché et qu’on embarque très facilement dans cette aventure délirante.
Le point fort de Deadpool c’est aussi d’avoir su faire avec ses faiblesses : c’est un film produit par la Fox, mais ce n’est pas un X-Men, du coup le budget est bien plus petit. Cependant, Tim Miller joue sur la mise en scène pour filmer ses scènes d’action, réduit les effets spéciaux et privilégie les affrontements a la mano. Et ça fonctionne, car cela donne des scènes lisibles et fun à regarder, d’autant plus que la langue bien pendue de Deadpool désamorce les éventuels malaises (où sont les autres mutants ?) avec un humour efficace et assumé.
Ce qu’on peut, à mon avis, appeler le premier volet de Deadpool se révèle plus que réjouissant et donne envie de voir une suite plus enrichie avec une vision plus large de l’univers de ce héros, car malgré tout, le film manque de solidité tel quel (les méchants sont juste méchants, Colossus et Negasonic frôlent le statut de faire-valoir X-Men…) et aurait gagné à préparer le terrain ou à creuser ce que deviennent les autres cobayes. Oh, mais je dis ça… peut-être que la scène post-générique en dit un peu plus ? 😉

Au casting, oui je l’admets, Ryan Reynolds (Renaissances, The Voices, La Femme Au Tableau…) est remonté dans mon estime (mais c’est probablement grâce au masque !) et s’éclate visiblement à l’écran, ayant enfin l’occasion d’incarner un super-héros à la hauteur. À ses cotés, Andre Tricoteux (et Stefan Kapičić pour la voix originale) et Brianna Hildebrand jouent les side-kicks, sans réellement briller, tandis qu’Ed Skrein (Le Transporteur – L’Héritage…) s’en sort bien en vilain, aux cotés d’une Gina Carano (Fast And Furious 6…) coriace. Morena Baccarin (Spy…) et T.J. Miller (Transformers : l’Âge de l’Extinction…) sont également présents.

En conclusion, oui Deadpool est bien le super-héros irrévérencieux que l’on nous a promis ! Tim Miller signe un premier film réussi – mais un peu clé-en-main, en réalisant une comédie d’action survoltée et jubilatoire. Cependant, cela ne suffira pas : maintenant que l’essai est marqué grâce à cette origin story réussie et prometteuse, il faut maintenant le confirmer avec une suite plus solide et ambitieuse afin d’installer Deadpool dans une franchise qui pourrait prendre la relève des X-Men chez la Fox. Affaire à suivre, en attendant : régalez-vous !

deadpool3

4 réflexions sur “[CRITIQUE] Deadpool, de Tim Miller

  1. Salut. Je n’ai pas trouvé que le film était drôle. Les répliques ne m’ont pas fait rire. Cela dit, le personnage de Deadpool est parvenu à me surprendre. Il est authentique !

    • Hello, avec beaucoup de recul, je pense que Deadpool est une bonne base. Comme vous l’avez dit, le personnage est authentique, j’ai hâte de voir s’il va tenir sur la durée dans un second film. La suite sera déterminante aussi bien pour ce héros que pour la Fox.

  2. Je partage ton enthousiasme ! Par contre, oui, si meilleur est le méchant, meilleur est le film, celui de Deadpool manque malheureusement de charisme. Sans compter que le film pourrait aller encore plus loin. (Le final est quand même presque… romantique et voit surgir un semblant de morale soudain). Mais sinon, c’était très rafraichissant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s