[CRITIQUE] The Disaster Artist, de James Franco

James Franco se penche sur l’histoire de Tommy Wiseau, l’homme derrière le film culte The Room (2003). Aussi curieux que le film d’origine, The Disaster Artist propose une approche à la fois respectueuse et tendre, tandis qu’il nous embarque dans l’univers lunaire d’un personnage insaisissable, incompris et imprévisible. Entre humour, mélancolie et folie douce, le film de James Franco trouve la juste dose entre le divertissement léger et le biopic juste, tout en gardant un esprit fidèle aussi bien envers l’œuvre que l’homme.

Le pitch : En 2003, Tommy Wiseau, artiste passionné mais totalement étranger au milieu du cinéma, entreprend de réaliser un film. Sans savoir vraiment comment s’y prendre, il se lance… et signe THE ROOM, le plus grand nanar de tous les temps. Comme quoi, il n’y a pas qu’une seule méthode pour devenir une légende !

De nos jours, The Room est un film qu’on va découvrir plus par curiosité qu’autre chose. Curiosité, parce qu’il s’agit d’un film devenu culte non pas parce qu’il est excellent, mais parce qu’il est considéré comme l’un des pires films de l’histoire du cinéma (rien que ça !), mais c’est également un film qu’on découvre sans véritable intérêt, car les dés sont jetés d’avance et on s’attend au pire. En tout cas, pour ma part c’est la raison qui m’a poussée à voir le film de Tommy Wiseau, sorti en 2003, que ce dernier a écrit, réalisé et produit lui-même puisqu’il ne parvenait pas à devenir l’acteur qu’il espérait être.

15 ans plus tard, James Franco adapte le livre The Disaster Artist écrit par Greg Sestero et Tom Bissel et permet au public de découvrir un peu plus le mystère qui entoure Tommy Wiseau, osant s’approprier le rôle titre. Un choix étonnant et un peu inquiétant, connaissant l’humour souvent régressif de James Franco et de sa clique composée, entre autres, de Seth Rogen, confirmé par beaucoup de ses choix de rôles. Du coup, même s’il n’en est pas à son premier film et qu’il a déjà écrit et réaliser de nombreuses œuvres plus ou moins populaires, The Disaster Artist n’était pas entré dans mon collimateur tant je m’attendais à un film collégial, plutôt moqueur et exclusif (probablement parce que je suis restée marquée par C’est La Fin). C’est seulement lorsque le film a été sélectionné aux Golden Globes qu’il a attiré l’attention générale, et la mienne – d’autant plus que James Franco a été sacré Meilleur acteur dans la catégorie comédie/comédie musicale.

C’est donc avec beaucoup de surprise que j’ai découvert une comédie finalement sobre et aboutie. Tout comme le visionnage du film The Room, l’expérience reste tout aussi curieuse, car en découvrant ce portrait de Tommy Wiseau, j’hésitais en permanence entre l’attachement, le rire et l’inquiétude face à ce personnage assez lunaire. James Franco livre un film assez stupéfiant autour de la rencontre entre Wiseau et Sestero, puis les origines du fameux film culte. J’ai aimé le fait que le réalisateur ait visiblement tenu à conserver une approche respectueuse aussi bien de l’homme que de son œuvre culte, malgré son caractère insaisissable et imprévisible. Du coup, on ne sombre jamais dans la moquerie, au contraire, The Disaster Artist rend si bien hommage à cet homme mystérieux et fantaisiste, qu’il parvient finalement à le rendre touchant malgré sa folie douce teintée d’une mélancolie indicible liée à un passé toujours très obscure.
En effet, derrière la facette comique, James Franco laisse filtrer une noirceur touchante, à travers ce personnage déconnecté et sensible qui semble émerger de nulle part et qui reste entouré par d’épaisses zones d’ombres. The Disaster Artist s’avère être un excellent complément à The Room car on découvre (enfin) l’histoire derrière l’histoire, permettant au film de Tommy Wiseau de ne plus être qu’une simple tâche ingrate dans l’histoire du cinéma mais l’aboutissement d’un rêve, certes farfelu et éparpillé, mais bien plus concret et, finalement, respectable.

Coté casting, j’étais étonnée que James Franco (The Deuce, The Boyfriend : Pourquoi Lui ?, Puzzle…) choisisse son frère, Dave Franco, pour interpréter Greg Sestero, à cause de leur grande ressemblance, mais sous les traits de Tommy Wiseau, James Franco est méconnaissable et maîtrise sa double casquette d’acteur et réalisateur avec brio, tandis que l’alchimie entre les deux frères est véritablement conquérante et rend les personnages encore plus attachants. Dave Franco (Nerve, Insaisissables 2, Nos Pires Voisins 2…) fait preuve d’une assurance réjouissante, que l’on voit rarement dans son jeu quand il est écrasé par des co-stars plus charismatiques. Autour d’eux, on retrouve évidemment les amis : Seth Rogen (Steve Jobs…), Zac Efron (The Greatest Showman…), Hannibal Buress (Baywatch…), Jason Mantzoukas (Jamais Entre Amis…) et Josh Hutcherson (Hunger Games…) – aux cheveux, hum, déconcertants – répondent présents, accompagnés par Alison Brie (Pentagon Papers…), Ari Graynor (Bliss…), Melanie Griffith (Raising Hope…) et Jacki Weaver (The Voices…). Quelques caméos sympathiques viennent éclairer l’ensemble, comme, entre autres, Bryan Cranston (Last Flag Flying…) et Sharon Stone (Apprenti Gigolo…).

En conclusion, The Disaster Artist est une découverte intéressante, entre comédie satyrique et biopic éclairé autour d’un film et d’un personnage devenus cultes et pourtant incompris. Sans jamais céder à la moquerie facile, James Franco livre un portrait sincère et attachant, tout en conservant des touches d’humour appropriées et efficace. Étonnant, divertissant et réussi, The Disaster Artist est la bonne surprise inattendue, fidèle à l’esprit fantasque de Tommy Wiseau sans jamais sombrer dans l’excès. À voir, surtout si vous vous demandez comme un OFNI (Objet Filmique Non Identifié) tel que The Room a pu voir le jour !

PS : restez un peu pendant le générique pour apprécier la précision avec laquelle James Franco a reproduit les scènes du film The Room pour The Disaster Artist

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s