[CRITIQUE] Les Fauves, de Vincent Mariette (sortie DVD)

Le pitch : C’est l’été, dans un camping en Dordogne, des jeunes gens disparaissent. Les rumeurs les plus folles circulent, on parle d’une panthère qui rôde… Un sentiment de danger permanent au cœur duquel s’épanouit Laura, 17 ans. La rencontre avec Paul, un écrivain aussi attirant qu’inquiétant, la bouleverse. Une relation ambigüe se noue. Jusqu’à ce qu’un prétendant de Laura disparaisse à son tour et qu’une étrange policière entre dans la danse…
Réalisé par Vincent Mariette
Avec Lily-Rose Depp, Laurent Lafitte, Camille Cottin…
Sortie en DVD le 2 juillet 2019
Bonus DVD : Entretien avec Vincent Mariette – Court-métrage de Vincent Mariette – Bande-annonce

Cinq ans après son premier long-métrage, Vincent Mariette (Tristesse Club) revient avec un thriller noueux et estival, prenant place dans un camping où disparitions et rumeurs de panthère sauvage attisent les vacanciers. Les Fauves se focalise sur Laura, une jeune femme énigmatique que l’on découvre portée par une sorte de mal-être lancinant et qui va se retrouver au cœur d’une enquête policière alors qu’elle s’attache à un mystérieux écrivain solitaire.
Rappelant vaguement L’Inconnu du Lac de Alain Guiraudie (2012), le film de Vincent Mariette tisse une intrigue alléchante alors que les différentes possibilités se confondent entre l’existence (ou non) de la panthère et l’innocence supposée des différents protagonistes face à cette série de disparitions. Mais la ressemblance s’arrête là, malgré ses faux airs de déjà-vu, Les Fauves va peu à peu s’enliser dans un récit languissant qui aura bien du mal à faire éclore les émotions qu’il cherche à électriser. En voulant épaissir son mystère, le film pose une galerie de personnages uniformes, chacun cherchant à paraître plus énigmatique que nécessaire. Du coup, les tentatives de séductions ou de suspens tombent à plat, ralentissant le rythme d’un film qui semble étonnamment long pour un format aussi court (1h23).
Seul véritable atout, c’est l’ambiance qu’installe Vincent Mariette : j’ai aimé les accents horrifiques et la noirceur du film qui cohabitent aussi bien avec la jeunesse de l’héroïne qu’avec son apparente étrangeté. Ça m’a parfois rappelé le film Stoker ou encore L’Amant également, notamment dans la relation ambiguë qui se crée entre la jeune femme et cet écrivain bougon – sans pour autant atteindre le même degré d’émotion ou d’intensité, ceci dit. L’ensemble crée un décor captivant et appliqué sur lequel j’aurai aimé que le film se repose, quitte à choisir une option fantastique plutôt que de livrer une conclusion aussi linéaire et nettement moins ambitieuse que prévue*.

Entre lenteurs et brassage de vide, Les Fauves se démarque surtout par son absence de charisme, malgré un casting prometteur.
En effet, Laurent Lafitte (L’Heure de la Sortie, Au Revoir Là-Haut, Papa ou Maman 2…), habituellement excellent, opte pour un jeu bourru plutôt intéressant mais qui est affadi par le manque d’animation de Lily-Rose Depp (L’Homme Fidèle, La Danseuse…), cette dernière ne parvenant pas à faire vivre son personnage de « Lolita ». Autour d’eux, Camille Cottin (Photo de Famille, Larguées, Mouche…) gravite en inspecteur Columbo des plages, la crédibilité en moins au niveau de l’écriture malheureusement pour l’actrice.

En conclusion, Les Fauves semblait bien parti avec son récit baigné par une moiteur estivale, alliant une ambiance fantastique aux codes du thriller, Vincent Mariette semblait proposer un de ces films envoûtants et énigmatiques qui restent en tête bien après la séance. Malheureusement, dans les faits, le film tourne en rond en cultivant un vide béant, qui manque de rythme tout en en faisant trop. Un curieux mélange qui ne prend qu’à moitié. À tenter.

* Attention spoiler : [SPOILER] si la panthère est bien réelle, on ne saura pas vraiment d’où elle vient. Le plus difficile à accepter, c’est l’explication du meurtre : l’amie de Laura l’a tué presque de sang froid et son petit ami de vacances l’a aidé à dissimuler le corps. Si je veux bien croire que Laura protège finalement son amie, le petit ami en revanche… Personnellement, si je vois mon flirt de vacances assassiner quelqu’un sous mes yeux, je le balance direct ! Je ne le connais pas assez pour risquer ma liberté. Et vous, vous pourriez faire ça pour un amour de vacances, une histoire sans lendemain ? 😀 [/SPOILER]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s