Maintenant Ou Jamais : La petite surprise de la rentrée

maintenantoujamais

Noir et délicat, Maintenant Ou Jamais narre la rencontre improbable entre une mère de famille et un voyou. Serge Frydman propose un film inattendu en partant d’une idée légèrement radicale qu’il exploite avec finesse, réussissant à faire oublier les incohérences et autres facilités de son film grâce à une tension extraordinaire et des non-dits fébriles. Plus qu’un énième film de braquage, Maintenant Ou Jamais adopte les codes du genre pour livrer une course contre la montre polarisée par les interdits et le désespoir.

Le pitch : Quand on est une mère de famille, en principe, on ne braque pas les banques. Mais par les temps qui courent, ça peut être une solution pour assurer l’avenir de son foyer, et ne pas renoncer à ses rêves. Même si jouer les voleuses peut vite devenir dangereux, et les mauvaises rencontres se transformer en histoire d’amour…

Il y a finalement peu de choses qui font qu’un film fonctionne, par exemple un scénario peut être admirablement écrit et pourtant laisser de marbre. Maintenant Ou Jamais réussit l’exploit de proposer une idée aussi alléchante qu’improbable pour en faire une histoire si tangible que l’on finit par oublier notre point de vue personnel. En effet, si l’idée de braquer une banque est finalement très radical (comme solution en cas de difficulté financière, j’entends), Serge Frydman assume entièrement ce pari risqué, tout en se concentrant autour de la psychologie de ses personnages envoûtants. Inspiré par un quotidien pesant et familier dans lequel l’ombre de la Crise flotte comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête de Monsieur et Madame Tout-le-monde, Maintenant Ou Jamais propose des personnages ordinaires et accessibles, dont une mère de famille prête à tout pour préserver sa famille, qui voient leurs univers et leurs projets de vie voler en éclat du jour au lendemain.

Sans effort, Serge Frydman parvient à nous entraîner dans une spirale infernale dans laquelle le désespoir de l’héroïne est palpable, jusqu’au moment où il se mue en rage à l’état brut. Sa rencontre avec son complice attise l’intrigue, tandis que les secrets s’accumulent et que la trame s’assombrit de plus en plus. Si dans un premier temps on se demande comment Maintenant Ou Jamais va réussir à rendre crédible ses apprenti-braqueurs, le film s’intéresse plutôt à l’évolution parallèle de ses deux personnages principaux, plaçant ainsi le braquage comme un élément secondaire de l’intrigue. Maintenant Ou Jamais joue sur les situations paradoxales, des secrets qui menacent la tranquillité d’une cellule familiale attachante aux face-à-face lourds de sens qui vont petit à petit électriser la relation ambiguë entre les personnages principaux. En effet, au-delà du scénario, ce sont surtout ces derniers qui retiennent toute l’attention, à travers des non-dits assourdissants (hop, une métaphore poétique) et débordant d’une sensualité inattendue.

Du drame au polar, en passant par beaucoup d’émotions étouffées, Maintenant Ou Jamais est un film étonnant dont le piège se referme sans crier gare. Serge Frydman maîtrise étonnamment le mélange des genres, à travers une mise en scène élégante qui accentue la noirceur du film grâce à une photographie brute et des plans serrés.

Au casting, Serge Frydman s’entoure d’acteurs qui connaissent déjà bien le type de rôles qu’ils interprètent, ce qui leur a probablement permis de jongler avec les différentes nuances de leurs personnages. En effet, Leila Bekhti (Mains Armés, Nous York…) tenait déjà un rôle assez proche dans Une Vie Meilleure de Cedric Kahn (2008), mais parvient à adoucir son jeu habituellement un peu brut pour rendre son personnage plus convaincant. À ses cotés, Nicolas Duvauchelle (Comme Des Frères, Polisse…) joue à nouveau les gros durs avec un coté mutique qui a tendance à rappeler le personnage de Ryan Gosling dans Drive (2011), tandis qu’Arthur Dupont (Les Saveurs Du Palais, Macadam Baby…), malgré ses grands yeux énamourés, se retrouver quelque peu éclipser derrière ce duo plein de charme.

En conclusion, Maintenant Ou Jamais est une des premières surprises de la rentrée. À mi-chemin entre le drame et le polar, Serge Frydman propose un film tout en nuance porter par des personnages convaincants et une intrigue à l’intensité maligne et maîtrisée. À voir.

Bonjour Tristesse.

Bonjour Tristesse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s