[CRITIQUE] L’Adieu à la Nuit, d’André Téchiné

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada. Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…

[CRITIQUE] Ghost In The Shell, de Rupert Sanders

Encore égratigné par le scandale autour du film – ou plutôt autour du choix d’actrice pour incarner son héroïne, Ghost In The Shell débarque en bonne forme pour lancer la période printanière des blockbusters. Plutôt fidèle à l’original et marqué par une identité cyberfuturiste intriguante, le film de Rupert Sanders a de quoi garder la…

[CRITIQUE] Moonlight, de Barry Jenkins

Douloureusement juste et incroyablement sensible, Moonlight offre un parcours percutant en trois chapitres. Entre frustration et pudeur, Barry Jenkins trouve la bonne approche pour raconter l’évolution de son personnage en plein quête d’identité et repères, à travers un traitement aux non-dits explicites et subtils. Moonlight ose la différence dans la réalisation et le ton, déroute en évitant les clichés et les étiquettes, mais reste un petit bijou à l’état brut : imparfait et superbe à la fois.

Maintenant Ou Jamais : La petite surprise de la rentrée

Noir et délicat, Maintenant Ou Jamais narre la rencontre improbable entre une mère de famille et un voyou. Serge Frydman propose un film inattendu en partant d’une idée légèrement radicale qu’il exploite avec finesse, réussissant à faire oublier les incohérences et autres facilités de son film grâce à une tension extraordinaire et des non-dits fébriles. Plus qu’un énième film de braquage, Maintenant Ou Jamais adopte les codes du genre pour livrer une course contre la montre polarisée par les interdits et le désespoir.