[CRITIQUE] Rampage : Hors de Contrôle, de Brad Peyton

Pur film à pop-corn divertissant et démesuré, Rampage : Hors de Contrôle est à l’image des créatures gigantesques qu’il lâche sur la ville. Brad Peyton livre un blockbuster ébouriffant, à mi-chemin entre le film catastrophe et l’énergie explosive rappelant le style musclé et incontrôlé de Michael Bay. Même si Rampage : Hors de Contrôle se prend un peu trop au sérieux à mon goût et livre un dernier tiers un poil bordélique, l’ensemble tient ses promesses : action, monstres énervés et chaos dans la ville !

Le pitch : Primatologue de profession, David Okoye a plus de mal à nouer des liens avec ses semblables qu’avec les singes. Pas étonnant qu’il se soit pris d’affection pour George, adorable gorille d’une intelligence hors du commun, dont il s’occupe depuis sa naissance. Mais suite à une expérience génétique catastrophique, George se métamorphose en monstre incontrôlable. Et il n’est pas le seul puisque d’autres animaux se transforment en prédateurs enragés aux quatre coins du pays, détruisant tout sur leur passage. Okoye décide alors de travailler d’arrache-pied avec une généticienne pour mettre au point un antidote. Pourront-ils à temps empêcher la planète d’être ravagée ?

Avant d’être un film, Rampage est un jeu d’arcade sortie dans les années 80, mettant en scène des créatures issues d’expériences scientifiques qui saccageaient tout sur leur passage : un gorille, un reptile géant et un loup garou. Pour des raisons évidentes, Rampage a subi un petit lifting pour son adaptation ciné : le gorille devient albinos (pour éviter de faire de l’ombre à King Kong), le reptile géant est transformé en crocodile flippant (pour éviter de faire de l’ombre à Godzilla) et le loup-garou devient un loup volant… parce que c’était plus fun. Tous ces clins d’œil faussement évités ne sont pas innocents. Comme Pacific Rim avant Godzilla, ou même (soyons fou), Tarzan avant Kong : Skull Island (oui bon, peut-être que j’exagère là), Rampage : Hors de Contrôle est une petite récréation à visée secrète de tâter le terrain avant le film Kong vs Godzilla (2019) – qui devrait inclure d’autres monstres également. Derrière la caméra, c’est Brad Peyton qui réalise Rampage : Hors de Contrôle, retrouvant pour la troisième fois Dwayne Johnson, avec qui il avait tourné pour Voyage au Centre de la Terre 2 et San Andreas.

3 monstres, un objectif : divertir ! Et pour y parvenir, Rampage : Hors de Contrôle n’y va pas par quatre chemins. À travers une intrigue bricolée autour d’expériences scientifiques qui tournent mal, le film ne perd pas de temps à entrer dans le vif du sujet en lâchant les bestiaux. Plus réfléchi et sobre qu’un Sharknado, le film de Brad Peyton semble pourtant surfer sur la même vague, proposant du grand spectacle ahurissant pour épater son public. Entre un gorille attachant et un loup menaçant, les enjeux sont vite prenants, tandis que le film tease le troisième invité surprise et affine ses personnages humains.
Si Rampage : Hors de Contrôle délivre de l’action explosive et spectaculaire, il a pour défaut d’être précipité et de se prendre un peu trop au sérieux, risquant ainsi de flirter dangereusement avec la limite du nanar. Entre une fratrie de méchants curieusement calqués sur les frère et sœur Meachum dans Iron Fist (bizarre) et dont chaque apparition frôle le ridicule face à un héros faussement misanthrope, le film cumule les facilités et faiblesses scénaristiques. Mais heureusement, ce qui aurait pu être la plus grand faiblesse dans un autre film s’avère être un excellent choix ici : la transparence facile du scénario. En effet, le film de Brad Peyton s’appuie sur une intrigue ultra-linéaire, voire cousue de fils blancs pour mieux se focaliser sur l’essentiel : l’affrontement de monstres. Du coup, Rampage : Hors de Contrôle assume sa facture blockbusterienne pour le plus grand plaisir d’amateurs de films de ce genre (et de grosses bestioles énervées !)…

Dans l’ensemble, Rampage : Hors de Contrôle tient bien la route. En dehors des deux vilains caricaturaux, le film assure aussi bien l’attachement envers les personnages que l’excitation de voir ses bestioles en roue libre. Effrayants et énormes, les monstres prennent le pouvoir dans un dernier tiers chaotiques, à travers un déchaînement massif qui donne souvent le tournis. Certes la réalisation est un peu plate, les événements se succèdent dans une pagaille visuelle incessante et le montage tout comme la photographie ne proposent aucune vision artistique permettant de faire sortir Rampage : Hors de Contrôle du lot… mais dans les faits, le résultat est là. Le film est prenant, haletant et spectaculaire, on en ressort malgré tout essoufflé par cette déferlante d’action et d’effets spéciaux explosives. Après coup, cela m’a rappelé l’impression que j’ai eu devant Transformers – L’Âge de l’Extinction où j’ai eu besoin de « débrancher » mon cerveau pour simplement contempler le film. Là où Michael Bay m’avait pris en otage pendant deux heures, chez Brad Peyton cela dure heureusement moins longtemps mais l’expérience reste tout de même mémorable ! Rampage : Hors de Contrôle est souvent excessif et bordélique, mais c’est bien ce que j’attendais d’un tel film.
Cependant, avec un peu plus de légèreté coté personnages humains, le film aurait probablement été un peu plus digeste.

Au casting : besoin d’un acteur bankable pour un film d’action tout public ? Dwayne Johnson (Jumanji – Bienvenue dans la Jungle, Baywatch : Alerte à Malibu, Fast and Furious 8…) répond à l’appel et trouve plus grand et plus fort que lui dans Rampage, si bien qu’il se fait presque voler la vedette, notamment par George, le gorille albinos. À ses cotés, Naomie Harris (Moonlight, Un Traître Idéal, 007 Spectre…) reste crédible bien qu’accessoire, tandis que Jeffrey Dean Morgan (The Walking Dead, Desierto…) transpose Negan dans une autre réalité aux airs d’apocalypse. Duo improbable, Jake Lacy (Miss Sloane, Célibataires, Mode d’Emploi…) et Malin Åkerman (Billions…) jouent les minus Minus et Cortex, lui en simplet glouton et elle en méchante caricaturale, tandis que Joe Manganiello (Magic Mike 1 et 2, True Blood…) fait une apparition dans la jungle tout en gardant ses vêtements cette fois (ouf).

En conclusion, Rampage : Hors de Contrôle est un blockbuster gonflé à bloc et assumé, porté par une intrigue linéaire et des monstres bien décidés à en découdre. Si le concept manque de fraîcheur, le film de Brad Peyton assure le divertissement, quitte à parfois en faire trop. Cerveaux aux vestiaires et pop-corn à portée de main : foncez !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s