[CRITIQUE] Happy Birthdead 2 You, de Christopher B. Landon

>>> Petite explication et spoilers en fin d’article <<<

Plus gros, plus fou, plus fun : Christopher B. Landon poursuit l’aventure Happy Birthdead avec une suite rocambolesque qui continue d’explorer le concept de la boucle temporelle machiavélique. Happy Birthdead 2 You profite du succès du premier opus pour viser plus grand, mais qui dit plus grand dit plus de détails à soigner. Ce qui passait crème dans le premier film se voit comme le nez au milieu de la figure dans cette suite : les incohérences et les détails bancals ont tendance à affaiblir un film qui, heureusement, n’a rien perdu de son mordant punchy, exagéré et divertissant grâce à son héroïne aguerrie et assumée.

Le pitch : Alors que Tree pensait s’être définitivement débarrassée de celle qui voulait sa mort et qu’elle file le parfait amour avec Carter, elle se retrouve projetée dans une dimension parallèle à notre monde. Elle doit désormais affronter des fantômes de son passé et de nouveaux ennemis…

En 2017, Happy Birthdead débarquait sur nos écrans, dans la lignée des productions Blumhouse qui oscille entre la comédie noire et le teen horror movie allégé. Jubilatoire, léger et décomplexé, le premier film de Christopher B. Landon a créé la surprise en flirtant avec la parodie horrifique et une héroïne au caractère bien trempé. Cela valait-il une suite ? Pas sûr, mais hey ! Quand c’est bankable, autant en profiter.
Happy Birthdead 2 You est comme son titre qui se pare d’un jeu de mots à rallonge et qui en fait trop (le « You » est dispensable, on est d’accord ?), mais pourtant ça fonctionne plutôt bien ! Situé juste après les événements du premier film, cette suite nous introduit à travers un des personnages secondaires qui va soudainement se retrouver au centre d’une boucle infernale et aspirer notre héroïne dans son sillage pour revivre, encore une fois, son incroyable anniversaire (huhu). Sauf qu’en nous plongeant dans sa nouvelle timeline, Happy Birthdead 2 You change les règles et explore les trajectoires parallèles, si bien que les méchants du premier ne sont pas ceux du second – et oui, sinon le film durerait deux minutes.

Boosté par le tempérament affirmé (et exaspéré) de son héroïne, Happy Birthdead 2 You fonce littéralement bille en tête dans une chasse au(x) meurtrier(s) mystère(s) sur fond de trous de ver. Christopher B. Landon s’amuse avec les détours attendus du film de genre, gonflant sa trame d’une hystérie compulsive à travers son personnage principal qui n’en peut plus de devoir revivre cette journée une nouvelle fois. Là où l’ensemble innove, c’est en changeant les règles du jeu et il propose ausi des variables qui vont rendre cette timeline parallèle potentiellement plus attirante, alors que des personnages font leur retour et que d’autres révèlent un nouveau visage. Au lieu d’opter pour une redite linéaire, Happy Birthdead 2 You prend le risque de proposer une trame multiple : la principale misant sur le succès de cette nouvelle franchise en surdosant les mises à mort de son héroïne qui, pour une raison qui m’échappe, choisit des méthodes hyper douloureuses (mais théâtrales) pour se sacrifier et rebooter sa journée, tout en tentant de percer le mystère devenu scientifique de cette boucle temporelle. La sous-intrigue vise l’émotion et revient sur le parcours de la jeune femme qui, rappelons-le, a perdu sa mère dont elle était très proche et se voit maintenant offrir un choix impossible. Un ajout intelligent qui continue d’étoffer une franchise qui, décidément, n’a pas fini de surprendre.

Si le film ne manque pas d’énergie et de rebondissements, Happy Birthdead 2 You en fait certainement trop. Trop de mises à mort et surtout trop de fils conducteurs qui rendent l’histoire très dense alors que le scénario manque de maîtrise. En jouant les docteurs « science pour les nuls », Christopher B. Landon se précipite pour mieux faire avaler la pilule, se lance dans des explications farfelues sur l’espace-temps, ne manquant pas la sempiternelle démonstration du stylo qui traverse un morceau de papier plié plusieurs fois, tout en théorisant sur le sacrifice et le fait de laisser le passé derrière soi, ce qui fait déjà beaucoup. Mais il faut également composer avec les changements des personnages et la recherche du ou des véritable(s) meurtrier(s) dans ce qui se transforme peu à peu en course contre la mort, oops, la montre effrénée. Pfiou ! Ca fait beaucoup.
Résultat, Happy Birthdead 2 You est plus grand, plus fou et aussi plus fun. La personnalité de son héroïne, exacerbée par les circonstances, est clairement l’atout majeur du film, ce qui donne des moments imprévisibles et réellement jouissifs – ou parfois carrément too much. Le concept est grossi au maximum, pour satisfaire les amateurs du premier film sans céder à la répétition facile.

Mais en visant aussi large, les petits détails qu’on excusait facilement dans le premier film sont nettement plus visibles dans ce nouvel opus. Les incohérences, les explications bancales (même quand on est une brêle en sciences), les motivations inexpliquées de certains personnages (pourquoi ce directeur veut-il arrêter l’expérience avec autant d’acharnement ?) et la gymnastique cérébrale pour tenter de trouver du sens dans ces problèmes d’univers parallèles sont trop importants pour passer inaperçus. Par conséquent, même après la conclusion, trop de questions restent en suspens concernant l’une des timelines explorées tandis que certaines échappatoires s’avèrent un chouilla commodes pour ne pas dire carrément grossières. Christopher B. Landon n’a pas choisi le sujet le plus facile quand il a conçu Happy Birthdead, mais, pour sa défense, s’il avait cherché à rendre le voyage dans le temps hyper réaliste, on aurait perdu le coté jubilatoire et over the top de cette suite qui ose même le teasing vers… une trilogie ? Chut, je n’en dis pas plus.

Au casting, on retrouve Jessica Rothe (Forever My Girl, La La Land…), plus pétillante que jamais dans la peau de Tree, mais qui sait également montrer l’émotion nécessaire pour éviter à son personnage de devenir un cliché sur patte. Heureusement qu’elle est là d’ailleurs, car Israel Broussard (À tous les garçons que j’ai aimés, The Bling Ring…) ressert le même bonhomme gentillet du premier opus. Coté revenants, Phi Vu (Logan…) se retrouve en premier ligne avec un personnage amusant, tandis que Rachel Matthews (Happy Birthdead…), Ruby Modine (Shameless…) et Charles Aitken (Frontier…) rempilent à nouveau. Coté petits nouveaux, Suraj Sharma (God Friended Me…) et Sarah Yarkin (The Good Place…) jouent des versions teenagers qui semblent tout droit sortis d’un monde parallèle de The Big Bang Theory.

En conclusion, Happy Birthdead 2 You livre une suite ambitieuse, suffisamment fun et déglinguée pour faire le job et divertir comme un bon plaisir coupable bien assumé. Certes, quand on y regarde de plus près, le film de Christopher B. Landon manque de cohérences et de réalisme, mais : est-ce vraiment ce qu’on lui demande ? Nope et c’est très bien comme ça ! À voir; en ayant impérativement le premier film.

Point Spoiler (à ne lire que si vous avez vu le film)

Quelques explications et questions : (passez le texte en surbrillance pour le lire)

  • [SPOILER ]Le film démarre juste après la fin du premier, ce qui signifie que quand Tree se libère de sa boucle, le projet de Ryan explose et ce dernier se fait tuer. C’est pourquoi, le jour J de Ryan correspond à l’anniversaire de Tree.
  • Créer des univers parallèles, c’est bien. Mais qu’adviennent Sumar et Dre dans l’univers que Tree abandonne. Si tout est bien qui finit bien dans sa propre réalité, dans l’autre, les adolescents ont tout de même séquestrer et voler leur projet alors confisquer par leur directeur. Ils risquent gros non ?
  • Si la Tree que l’on connait se retrouve dans une autre réalité, que devient l’autre Tree ? D’ailleurs, si on a deux Ryan, pourquoi on a pas deux Tree ? [/SPOILER

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s