Animation

[CRITIQUE] Avalonia, L’Étrange Voyage, de Don Hall et Qui Nguyen : trois raisons de découvrir le nouveau Disney+

Le pitch : Les Clade, une famille d’explorateurs légendaires, découvrent un monde inexploré, plein de dangers et peuplé de créatures fantastiques. Ils sont aidés dans leur quête d’un blob espiègle et de leur chien à trois pattes. Hélas, les querelles entre ses différents membres menacent de faire échouer cette nouvelle mission, qui est – de loin – la plus cruciale.

Réalisé par Don Hall et Qui Nguyen
Avec les voix originales de Jake Gyllenhaal, Dennis Quaid, Gabrielle Union, Lucy Liu…
Disponible sur Disney+ dès le 23 décembre 2022

Une aventure entre message écologique et héritage familial : Alors qu’une plante aux propriétés extraordinaires permettant de subvenir aux besoins énergétiques d’Avalonia commence à montrer des signes de faiblesse, les héros vont alors braver les dangers d’une terre hostile pour tenter de sauver leur futur. Avalonia, L’Étrange Voyage s’articule autour de deux thématiques principales : d’abord la transmission familiale, avec le héros-père qui est le descendant un aventurier renommé, porté disparu quelques années plutôt. Entre refus de ressembler à cette figure paternelle absente et l’envie de transmettre sa ferme à son propre fils, Avalonia, L’Étrange Voyage creuse des liens familiaux électriques, à travers leurs ressemblances et leurs différences finalement fédératrices.

L’autre sujet est bien sûr écologique : difficile de ne pas faire le lien entre entre cette plante extraordinaire, cultivée en masse, et les ressources naturelles que l’être humain exploite tout en ignorant la fatalité inéluctable de son geste. Au détour d’une aventure rocambolesque et haute en couleurs, Don Hall et Qui Nguyen livrent un film actuel, pile à temps pour les fêtes en renouant avec un bel esprit de famille, tout en illustrant une problématique bien réelle et accessible à tout âge.

Des réalisateurs forts en aventures originales : Derrière les noms de Don Hall et Qui Nguyen se trouvent des films comme Les Nouveaux Héros (2014), Vaiana : La Légende du Bout du Monde (2016) ou encore Raya et le Dernier Dragon (2021). Co-réalisateurs et co-scénaristes, ils livrent cette année le Disney de Noël, Avalonia, L’Étrange Voyage. En effet, bien que le film sorte en fin d’année, nos héros évoluent dans un univers plutôt chaleureux et coloré, loin de l’imagerie habituelle liée à l’hiver occidental. Pas de tempête de neige ni de photographie bleutée, Avalonia, L’Étrange Voyage préfère les tons chauds et choisit une dominante rose, violette et orangée pour illustrer un récit où les héros sont des aventuriers. Un choix peu anodin car Don Hall et Qui Nguyen cassent délibérément les codes couleurs « réservés aux filles » dans une histoire qui s’articule notamment sur des relations père-fils tourmentées. C’est pourtant sans effort que j’ai adopté cet univers fantastique, étrange et tout en rondeurs d’Avalonia, ce monde peuplée de créatures étranges. Sans spoiler quoique ce soit, je me demande si le duo de réalisateurs ne se serait pas un peu inspiré des dessins animés Il Était Une Fois La Vie !

Une galerie de personnages accessibles : Avant, les origines ou l’ethnie des héros faisaient partie prenante de l’histoire d’un film (Mulan et l’Asie, Pocahontas et les natifs amérindiens, Mowgli et la jungle *tousse*, Simba et l’Afrique *re-tousse*…), tandis que les contes de fées et autres films d’aventures étaient généralement portés par des personnages de type caucasiens (Blancs, quoi). Aujourd’hui, les films Disney (et Pixar) intègrent de plus en plus de personnages variés, aussi bien en terme de genre que d’identités ethniques, sans pour autant articuler toutes l’histoire dessus. Croyez-le ou non, mais il y a un monde d’acceptation et d’inclusion entre Mulan et Alerte Rouge, par exemple !

Dans Avalonia, L’Étrange Voyage, le film est porté par un duo père-fils issus d’une famille mixte et métissé, entouré par des personnages de différentes couleurs, sans forcément s’attarder sur le sujet. Car oui, c’est la vie : dans le monde il y a des Blancs, des Noirs, des Asiatiques, etc… et parfois même, il y a du métissage. Ajoutons à cela, une ouverture LGBT-friendly où des personnages s’affichent ou s’acceptent sans détour, sans en faire un sujet d’émancipation ou de revendication quelconque. Bref, pas besoin d’en faire tout un plat. Alors pourquoi j’en fais un, me direz-vous ? Justement parce que ce changement est relativement trop récent pour faire partie de la normalité, même si Disney s’en rapproche de plus en plus, ce que j’applaudis des deux mains. Moi qui ait grandi qu’avec des princesses à la peau de porcelaine dans une réprésentation d’un monde exclusivement hétéronormé, je suis ravie de savoir que la jeune génération aura des exemples et peut-être même des modèles plus accessibles.

Aventure, humour et bestioles étranges : Avalonia, L’Étrange Voyage propose un combo familial et sympathique pour se dépayser juste avant les fêtes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s