[CRITIQUE] Arctic, de Joe Penna

Entre courage et désespoir, Arctic retrace le parcours haletant d’un survival glacé, habité par un Mads Mikkelsen isolé et bouleversant. Joe Penna signe un récit solide, rude et étonnamment engageant, alors qu’il ne repose sur aucune backstory particulière. Remarquable.

[CRITIQUE] Blue, de Keith Scholey et Alastair Fothergill

Embarquez pour une plongée sous-marine pleine d’émerveillements et de découverte avec Blue, le nouveau film de Disneynature. De l’évolution d’un bébé dauphin aux cotés de sa mère jusqu’aux profondeurs multicolores de l’océan, le film de Keith Scholey et Alastair Fothergill propose une aventure à la fois ludique et fantastique, à la rencontre d’une nature majestueuse, bien faite et aussi pleine de dangers… et de surprises. Un moment agréable à découvrir, en famille oui, mais Blue est ouvert à tous les aventuriers assoiffés de magie et d’évasion.

[SPOILERS] Mother! de Darren Aronofsky : mon analyse du film

Il y a des films comme ça qui se digèrent : on ressort de la salle déboussolés, sans savoir si on a aimé ou pas. Souvent parce que la question n’est pas aussi simple et que le film est là pour faire réagir. Après des films comme Enemy de Denis Villeneuve, ou encore Nocturnal Animals de Tom Ford, c’est au tour de Mother! de me chambouler la tête.
J’ai vu le dernier film de Darren Aronofsky lundi avant sa sortie et je peux vous dire que j’ai mis du temps à m’en remettre (et à ramasser ma mâchoire). Une fois passé le choc, notamment après cette deuxième partie complètement folle et un poil glauque, Mother! est en fait un film aussi extrême qu’intéressant, une fois le sous-texte analysé… à ma façon !

[CRITIQUE] Mother! de Darren Aronofsky

Une chose est sûre, c’est que Darren Aronofsky est tout sauf un réalisateur conventionnel : Mother! ne laissera personne indifférent, tant il est dérangé et dérangeant à de nombreux niveaux. Et pourtant, le dernier film de Darren Aronofsky nous emmène à l’aveuglette d’un bout à l’autre de son histoire, avec un mystère opaque et, derrière tout ce déballage complètement fou et parfois insensé se tisse un message intéressant, profond et une vision incroyable qui transpire en filigrane. J’en suis ressortie déboussolée mais, petit à petit, conquise.

[CRITIQUE] Peter et Elliott Le Dragon, de David Lowery

Depuis de longues années, M. Meacham, un vieux sculpteur sur bois, régale les enfants du coin avec ses histoires sur un féroce dragon qui vivrait au plus profond de la forêt voisine. Pour sa fille Grace, garde forestière de son état, tout ceci n’est que contes à dormir debout… jusqu’au jour où elle fait connaissance avec Peter. Ce mystérieux petit garçon de 10 ans – qui dit n’avoir ni famille ni foyer – assure qu’il vit dans les bois avec un dragon géant baptisé Elliott. Et la description qu’il en fait correspond étonnamment à celui dont parle son père… Avec l’aide de la jeune Natalie – la fille de Jack, le propriétaire de la scierie -, Grace va tout mettre en oeuvre pour découvrir qui est vraiment Peter, d’où il vient, et percer le secret de son incroyable histoire…

Nature : Un voyage entre magie et émerveillement

Pour cette fin d’année, Nature propose un voyage extraordinaire d’une beauté vertigineuse au cœur de notre jolie planète bleue. Contemplatif et dépaysant, le film de Patrick Morris et Neil Nightingale traversent des paysages sauvages, rarement explorés et offrent de véritables séquences d’émerveillement devant une faune majestueuse et une flore surprenante. Sur terre ou dans la mer, Nature propose des images plus ahurissantes les unes que les autres, livrant de la beauté pure sans jamais alourdir la narration de propos moralisateurs et/écologique. Autant dire que cela fait un bien fou après l’insistance des documentaires sortis en salles cette année, sans pour autant laisser insensible aux questions environnementales.