Sci-fi

Edge Of Tomorrow : Un film pop-corn efficace et divertissant

edgeoftomorrow2

Pur blockbuster à l’américaine, Edge Of Tomorrow est un véritable shoot d’adrénaline, boosté par une énergie contagieuse et une histoire originale et haletante. Doug Liman sort l’artillerie lourde pour proposer une déferlante d’actions explosives dans un film pop-corn efficace et divertissant. Cependant, avec une telle trame, l’intrigue devient forcément répétitive dès la seconde partie du film et l’apparence des extraterrestres rend certains plans parfois illisibles. Mais Edge Of Tomorrow tire toutefois son épingle du jeu, en alliant action et humour, mené par un tandem au top : Emily Blunt, excellente dans ce rôle ultra-badass, aux cotés d’un Tom Cruise étonnamment très attachant et plus humain que d’habitude. Bref, laissez vos cerveaux aux vestiaires, Edge Of Tomorrow assure le show !

Le pitch : Dans un futur proche, des hordes d’extraterrestres ont livré une bataille acharnée contre la Terre et semblent désormais invincibles: aucune armée au monde n’a réussi à les vaincre. Le commandant William Cage, qui n’a jamais combattu de sa vie, est envoyé, sans la moindre explication, dans ce qui ressemble à une mission-suicide. Il meurt en l’espace de quelques minutes et se retrouve projeté dans une boucle temporelle, condamné à revivre le même combat et à mourir de nouveau indéfiniment…

Adapté du livre All You Need Is Kill d’Hiroshi Sakurazaka, Edge Of Tomorrow ouvre le bal des blockbusters estivaux avec panache. Doug Liman (La mémoire dans la peau, Mr & Mrs Smith, Fair Game…) nous agrippe dès les premières minutes dans cette guerre déjà bien entamée, avec le personnage de Tom Cruise qui a, au début, tout d’un anti-héros, opposé à celui d’Emily Blunt, érigée en superstar au doux nom de Full Metal Bitch. Est-ce le fait de voir Tom Cruise loin de sa zone de confort en incarnant un homme lâche et légèrement peureux ou simplement le fait de découvrir un personnage féminin aussi fort et charismatique dans un film très masculin ? Toujours est-il qu’Edge Of Tomorrow interpelle immédiatement, de ses personnages étonnants à son intrigue originale. Tel un croisement improbable entre Un Jour Sans Fin (1993) et La Guerre Des Mondes (2005), Edge Of Tomorrow joue la carte de la boucle temporelle pour dynamiser son histoire et cela fonctionne plutôt bien. En effet, la première partie du fim est un condensé d’action survitaminée, rythmée par des touches d’humour et des rebondissements incessants. Doug Liman nous tient en haleine grâce à une accroche rapide et simple, tandis que l’atmosphère apocalyptique du film et la présence des extraterrestres accentuent le danger palpable et omniprésent.
Malheureusement, le point fort du film devient rapidement un léger point faible. À force de répéter la même journée inlassablement, les reboots sont de moins en moins alléchants et on finit par se lasser de cette guerre qui n’en termine plus. Doug Liman mise son va-tout sur les affrontements explosifs et déchaînés entre les humains et les Mimics, laissant un peu trop de coté la relation entre ses personnages et la stabilité de l’intrigue. Du coup, Edge Of Tomorrow a tendance à s’essouffler et la deuxième partie du film est plutôt inégale.

À la mise en scène, Doug Liman s’emballe et renoue avec ses travers. Dans un premier temps, le look étrange des Mimics rend souvent la lecture des scènes difficiles et les tirs dirigés vers la caméra agressent la rétine. En privilégiant les plans rapprochés, la caméra de Doug Liman est trop souvent instable, cumulant des mouvements aléatoires trop rapides pour pouvoir profiter pleinement de la bagarre. Ceci étant dit, j’aime la photographie métallique et brute du film et le réalisateur se fait plaisir en cumulant les money shots et réussit à dynamiser les voyages dans le temps sans répéter trop souvent les mêmes scènes.

Au final, Edge Of Tomorrow tient largement ses promesses, car il se révèle hautement divertissant avec une véritable volonté de maintenir une atmosphère haletante dans son enchaînement de rebondissements effrénés. De plus, après Mr & Mrs Smith, Doug Liman continue de proposer des personnages féminins charismatiques et aussi badass que leurs comparses masculins, ce qui, au-delà d’être appréciable, permet d’éviter les écueils prévisibles valorisant les rôles patriarcaux, voire machistes. Encore un bon point.

Au casting, Tom Cruise (la saga Mission Impossible, Minority Report, Oblivion…) rempile dans un rôle d’action-hero, toujours aussi infatigable et égale à lui-même, même si son personnage détonne légèrement de ses habitudes. La bonne surprise du film, c’est surtout la superbe Emily Blunt (Le Diable s’Habille en Prada, Sunshine Cleaning, Looper…), tout simplement géniale, de sa transformation physique à sa performance impressionnante, elle lui vole quasiment la vedette dans un rôle fort et parfois intimidant.

En conclusion, ce qu’Edge Of Tomorrow promet, Edge Of Tomorrow délivre. Fun, action, affrontement et destructions massives sont les ingrédients de ce cocktail explosif. Malgré ses quelques défauts de rythme et de lisibilité, Doug Liman signe un blockbuster brut, convaincant et original. Divertissement assuré.

Face it and let the women in charge.
Face it and let the women in charge.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s