[COUP DE CŒUR] Ted 2, de Seth MacFarlane

ted2_affiche_finale

Les potes de tonnerre sont de retour dans une suite hilarante et déjantée. Seth MacFarlane signe un Ted 2 extrêmement osé, et débordant de références pop et geek, qui parvient à supplanter sans peine le premier volet. Si l’effet de surprise n’est plus là, Ted 2 monte en grade : alors que le premier film se limitait à des vannes trashs et sous la ceinture, la suite conserve le même ton tout en proposant des gags bien pensés, pertinents et carrément efficaces. Excellent, ambitieux et récréatif, Ted 2 est à pleurer de rire. Grosse réussite !

Le pitch : Nos deux compères vivent toujours à Boston, mais alors que John est désormais célibataire, Ted a emménagé avec Tamy Lynn, la bombe de ses rêves.
Alors qu’ils traversent leurs premiers orages maritaux, ils décident de faire un enfant pour consolider leur couple. Leurs espoirs sont brisés lorsque la cour du Massachussetts refuse de reconnaître le statut de personne à Ted, et lui octroie celui de « propriété », ce qui le rend inapte à l’adoption. Ils engagent alors en tant qu’avocat une jeune activiste de la légalisation de la marijuana : Samantha L. Jackson…

Dans la catégorie des films que je suis allée voir presque par hasard et sans conviction, il y a le premier Ted. L’idée du nounours qui parle, un gros poil vulgaire, et d’un duo avec Mark Walhberg ne m’enchantait pas et pourtant, Ted s’est avéré être une très bonne surprise. Avec un tel succès et surtout une idée originale mais à première vue limitée, faire une suite était un sacré risque, surtout lorsque le dernier film de Seth MacFarlane, Albert à l’Ouest, n’a pas eu le succès escompté (tout comme sa série Dads, qui a rapidement été annulée).
Pourtant, malgré ces déboires, Seth MarFarlane ne s’est pas démonté et a décidé de développer un nouvel opus autour de son ours mal léché… et c’est tant mieux.
Dans ce nouvel opus, alors que Ted tente de prouver qu’il est légalement une personne, le film va tester les liens d’amitié entre Ted et John, l’un luttant pour sauver son couple, l’autre tentant de reprendre goût à la vie après son divorce. Seth MacFarlane livre un ensemble dense, haut en couleurs et survolté, entre des rencontres hilarantes et un road-trip mémorable, tandis que le duo, accompagnés par une avocate débutante, tenteront d’obtenir justice pour Ted, tout en retrouvant un ennemi familier.

En ce qui me concerne, Ted 2 est bien mieux que le premier. OK, la surprise n’est plus au rendez-vous et on sait bien que l’humour sera graveleux et les vannes oscilleront entre le trash et le politiquement incorrect. Seth MacFarlane tape là où ça fait mal et continue d’égratigner une Amérique bien pensante, à travers un scénario criblé de répliques caustiques et efficaces (vous verrez vos recherches Google sous un autre œil…). De plus, le film va plus loin et ne se contente plus de distribuer des vannes au kilomètre, mais de construire des scènes entières autour d’un gag, si bien que parfois, c’est au moment de la chute qu’il prend tout son sens. Si l’écriture du film est toujours aussi affûtée et recherchée, ce sont aussi toutes les références à la pop culture et un final aux accents purement geeks (même si MacFarlane rate un clin d’œil évident avec La Planète des Singes, mais bon…) qui rendent Ted 2 aussi réussi.
Ted 2 est bien plus recherché que le premier, aussi bien dans son aspect comique que dans son scénario entraînant qui ne se repose pas sur ses acquis. Certes, le film semble parfois long, à cause de certains passages qui s’éternisent (le tribunal), mais le tout est aisément rattrapé par l’humour décomplexé du film qui ose vraiment tout, à tel point que je me demande si une certaine vanne (légèrement choquante) va rester dans la version cinéma en France.

Au casting : Seth MacFarlane, encore lui, incarne un Ted en roue libre, toujours aussi trash qu’adorable (Joey Starr va avoir du fil à retordre en VF !), Mark Walhberg (Transformers : l’âge de l’extinction, No Pain No Gain…) joue les side-kicks et Amanda Seyfried (Albert à l’Ouest, Lovelace…) remplace Mila Kunis avec brio, grâce à un personnage qui colle à l’humour du film (au lieu de la copine rabat-joie qui attend que son mari grandisse). Autour d’eux, Jessica Barth, Sam J. Jones et Giovanni Ribisi (Gangster Squad…) reprennent du service, et pas mal de surprises sont au rendez-vous, dont un Morgan Freeman (Lucy, La grande aventure Lego…) toujours aussi classe (normal, c’est Dieu). Le reste, je vous laisse les découvrir.

En conclusion, alors que les suites sans âmes sont devenues monnaie courante au cinéma et que Seth MacFarlane a connu des heures creuses depuis le premier Ted, Ted 2 est LE fou rire de l’été. Hilarant et trash à souhait, Seth MacFarlane propose une suite survoltée et délirante, grâce à un scénario inspiré qui se démarque du premier film et à un humour jouissif, alternant les vannes irrévérencieuses et les gags recherchés et efficaces. À voir absolument.

Et je dis pas ça parce que j’ai un Ted rien qu’à moi maintenant 😀

Et en plus il parle !

Et en plus il parle !

Une réflexion sur “[COUP DE CŒUR] Ted 2, de Seth MacFarlane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s