[SERIE TV] This Is Us, Younger, Casual + Her Story… Mes séries de la rentrée

Comme tous les ans, je suis à la recherche de nouvelles séries à ajouter à ma collection. Peu fan des dramas trop complexes, des séries policières ou autres séries avec des avocats ou médecins, etc… la sélection est finalement plus compliquée qu’il n’y parait. J’aime bien les séries girly mais pas trop, j’aime bien les comédies mais pas vraiment les sitcoms, je peux accrocher à un drama, mais pas trop perché non plus… et pourtant je vais quand même suivre Game of Thrones, The Walking Dead, Sense 8 ou encore les séries de super héros. Mais dans le fond, je préfère les genres beaucoup plus lights.
Voici trois séries et une web-série qui ont animé mon automne de sérivore amateure…

[CRITIQUE] Free State Of Jones, de Gary Ross

Pour son nouveau film, Gary Ross nous plonge dans les dessous peu connus de la Guerre de Sécession, à travers un drame à la fois éprouvant et intense. Oui, mais voilà, le mot qui pourrait résumer Free State Of Jones est « trop » : trop d’Histoire, trop de sujets, trop de clichés, trop long, trop d’emphase, trop de flashforwards, trop de dates à retenir et d’annotations à lire… Malgré un ensemble plutôt engageant, entre un casting excellent et une mise en scène superbe (encore une photographie aussi brute que magnifique), Gary Ross livre un film très américain et retrace une période noire (sans jeu de mot :D) de l’Histoire américaine déjà vue trop souvent, remuant les mêmes intrigues sur lesquelles il s’attarde tellement que la véritable évolution des personnages passent finalement à la trappe. Le drame humain est remplacé par les faits historiques, et c’est dommage car en dehors de l’omniprésence de Newton Knight, il est difficile de savoir qui il était vraiment

[CRITIQUE] Free Love, de Peter Sollett

Au-delà de son engagement politique, Free Love est surtout un drame bouleversant, qui malgré son traitement prévisible, respire l’amour et le courage. Porté par un casting formidable, le film de Peter Sollett s’émancipe du drame pour transposer un récit solaire dans un contexte à la fois douloureux et nécessaire. Un beau film pour une belle cause.

[COUP DE CŒUR] Ted 2, de Seth MacFarlane

Les copains de tonnerre sont de retour dans une suite hilarante et déjantée qui m’a fait pleurer de rire. Seth MacFarlane signe un Ted 2 extrêmement osé, et débordant de références pop et geek, qui parvient à supplanter sans peine le premier volet. Si l’effet de surprise n’est plus là, Ted 2 monte en grade : alors que le premier film se limitait à des vannes trashs et sous la ceinture, la suite conserve le même ton tout en proposant des gags bien pensés, pertinents et carrément efficaces. Excellent, ambitieux et récréatif, Ted 2 est à pleurer de rire. Grosse réussite !