[CRITIQUE] Quand On A 17 ans, d’André Téchiné

quandona17ans

Souvent maladroit mais terriblement attachant, Quand On A 17 Ans observe avec retenue la relation agitée entre deux adolescents que tout oppose. Co-écrit avec Céline Sciamma, le film d’André Téchiné a beau être transparent dans ses intentions, la narration ambiguë et parfois incongrue rend parfois l’ensemble imprévisible et, donc, curieux.

Le pitch : Damien, 17 ans, fils de militaire, vit avec sa mère médecin, pendant que son père est en mission. Au lycée, il est malmené par un garçon, Tom. La violence dont Damien et Tom font preuve l’un envers l’autre va évoluer quand la mère de Damien décide de recueillir Tom sous leur toit.

Pour être franche, j’ai découvert la bande-annonce peu de temps avant de voir le film. Quand j’ai su que Céline Sciamma (Naissance des Pieuvres, Tomboy, Bande de Filles…) avait co-écrit le scénario, j’ai rapidement deviné les enjeux du film. Malgré ces a-priori, André Téchiné (L’Homme Qu’on Aimait Trop, La Fille du RER, Les Égarés…) parvient tout de même à semer le doute à travers un traitement par saison qui prend le temps d’installer ses personnages et les émotions violentes qui vont traverser le film.
Entre attraction et opposition, Quand On A 17 Ans est un film à fleur de peau, concentré sur la relation entre deux ados qui se déchirent avant d’être forcés à vivre ensemble. André Téchiné dresse avec application des portraits précis de ses personnages, les ancrant dans un contexte social et familial bien distinct, autant pour les comprendre que pour éviter tous clichés malvenus. Du coup, pendant une bonne partie du film, Quand On A 17 Ans parvient tout de même à nous faire douter sur son issue car malgré la générosité et l’ouverture de ces cocons familiaux, il y a un non-dit persistant qui bout en filigrane.
De saison en saison, les deux ados vont cohabiter, s’affronter puis se rapprocher avant d’admettre l’évidence, au cours d’une année qui va chacun les confronter à leurs propres craintes. Au-delà de leurs attirances, André Téchiné observe les changements décisifs qui vont marquer un âge charnière, à travers des personnages masculins et toutes les contradictions que cela implique. En effet, Quand On A 17 Ans retranscrit brillamment les incertitudes de ces garçons, de l’hésitation à l’acceptation, tout en conservant une certaine rudesse un peu abrupte qui rend parfois les échanges étonnants, même si j’ai parfois eu l’impression de regarder une version masculine de Naissance des Pieuvres. Bancale ou perspicace, l’écriture des personnages soulève des réactions souvent étonnantes, voire totalement décalées, mais qui collent finalement à toute l’atmosphère du film et contribuent à rendre l’ensemble incroyablement touchant malgré pas mal de longueurs et de rebondissements inutiles.

En effet, même si l’ensemble est bien mignon, Quand On A 17 Ans est pas mal encombré par des sous-intrigues peu intéressantes. Si le cadre familial des héros permet de mieux les cerner, le film finit par s’éterniser dans le dernier acte peu nécessaire à l’avancement du film. Finalement, bien que l’histoire principale déjoue les clichés, le coup de la famille idéale qui éclate apporte peu de relief et sert d’excuse pour précipiter les événements. C’est peut-être cette précipitation qui détonne avec les énormes pincettes prises tout au long du film. Après avoir jouer avec les apparences pendant la première partie, le film abat ses cartes de façon parfois abrupte, passant de la pudeur parfois indicible à la démonstration explicite. Un contraste qui ne cesse de rendre l’ensemble ambigu et curieux.

Au casting, Sandrine Kiberlain (Encore Heureux, Comme Un Avion, Elle L’Adore…), toujours solaire, illumine un drame délicat même dans ses moments les plus sombres, entourée par un Kacey Mottet Klein (Keeper, Une Mère…) parfois gauche mais attachant et un Corentin Fila au charisme saisissant.

En conclusion, André Téchiné explore le désir adolescent sans jamais se réfugier dans le cliché des interdits, avec une approche certes un peu bancale mais largement rattrapée par un ensemble touchant. À tester.

quandona17ans2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s