[CRITIQUE] Un Amour Impossible, de Catherine Corsini

Vrai et sensible, Un Amour Impossible dissèque une relation toxique avec une minutie poignante et sans détour. Parfois solaire, parfois dérangeant, Catherine Corsini voyage à travers les années aux cotés d’une femme sous l’emprise insidieuse d’un homme, avec une précision incroyable et un recul parfois glaçant. Forcément, tant d’implication à un impact conséquent : le film est long, très long. Mais malgré ses longueurs nécessaires, Un Amour Impossible reste un récit très chargé en émotions et dense. Catherine Corsini secoue avec un drame puissant dans lequel Virginie Efira est royale.

Le pitch : À la fin des années 50 à Châteauroux, Rachel, modeste employée de bureau, rencontre Philippe, brillant jeune homme issu d’une famille bourgeoise. De cette liaison passionnelle mais brève naîtra une petite fille, Chantal. Philippe refuse de se marier en dehors de sa classe sociale. Rachel devra élever sa fille seule. Peu importe, pour elle Chantal est son grand bonheur, c’est pourquoi elle se bat pour qu’à défaut de l’élever, Philippe lui donne son nom. Une bataille de plus de dix ans qui finira par briser sa vie et celle de sa fille.

3 ans après La Belle Saison, Catherine Corsini (Partir, Les Ambitieux…) revient avec une histoire de femme(s), de mœurs et d’émancipation frôlant la résilience. Cette fois, c’est à travers l’adaptation du roman de Christine Angot qu’Un Amour Impossible explore ces sujets multiples. À l’origine, le sujet est déjà difficile puisqu’il s’agit de l’histoire vraie de la mère de Catherine Angot, qu’elle raconte dans son roman éponyme publié en 2015. L’auteur avait déjà partagé sa propre histoire et notamment la relation avec son père dans un livre sorti en 1999. Je vous laisse découvrir le titre ce dernier par vous-même car il est assez équivoque et, pour ma part, j’ai découvert le film Un Amour Impossible sans avoir rien lu ni vu à son sujet.
Donc oui, j’ai vu Virginie Efira à l’affiche et j’ai répondu présente 🙂

Un Amour Impossible est un combat qui va durer plusieurs années. Et pourtant, si l’histoire démarre au cours des années 50, il a une résonance terriblement actuelle à travers le parcours de cette femme déjà avant-gardiste sans le savoir alors qu’elle s’engage dans une relation amoureuse avec un homme exigeant, issu d’une autre caste et qui refuse de s’engager sans pour autant la libérer. Si évidemment l’intrigue principale du film tourne autour de leur relation orageuse, entre romance passionnelle et cruauté psychologique, Catherine Corsini dresse le décor d’une époque où l’élégance générale côtoyait une réalité glaçante sur les rapports homme-femme. Ce tableau peint en filigrane va influer au fil des années sur cette héroïne qui va se transformer sous nos yeux, tandis que la jeune ingénue naïve du début va fleurir en une femme indépendante malgré elle et profonprofon meurtrie.

Le film ressemble à l’autopsie d’une relation qui, d’un point de vue extérieur, était déjà voué à l’échec. Pourtant, Catherine Corsini accroche d’emblée avec la naissance d’une liaison passionnelle et intime dont la fraîcheur rétro parvient presque à masquer les différences fondamentales entre les deux tourtereaux. Mais une fois la grossesse annoncée, Un Amour Impossible devient un jeu de masques qui tombent et mutent au fur et à mesure que l’histoire avance au rythme d’un personnage esseulé. Grâce à la plume de Christine Angot, le film saisit à merveille le portrait de cette femme toujours en quête de d’amour et validation, que ce soit de la part de cet homme manipulateur ou, plus tard, de la part de sa fille. Les années passent et le film évolue entre les apparences et les vérités horribles qui éclosent dans l’ombre, mais qu’on devine implicitement. Un Amour Impossible navigue entre plusieurs amours torturées, où la soumission et le silence sont les ingrédients insoupçonnés d’un jeu de pouvoirs vicieux. Homme, femme, parent, enfant, couple… Autant de liens croisés, dans une bulle aux apparences bienheureuses, qui multiplient des non-dits terribles qui vont peu à peu grignoter l’équilibre fondamental et moral de ces personnages centraux, mère et fille, créant un fossé béant, douloureux et probalement insurmontable.

Très complexe et extrêmement dense, Un Amour Impossible prend son temps, beaucoup de temps… mais c’est pourtant nécessaire afin de comprendre et de creuser la psychologie de ses personnages féminins qui évoluent au cours des années – souvent formatrices aussi bien pour la mère que pour l’adolescente – et sous le joug d’un homme manipulateur. En effet, en conservant une distance observatrice, Un Amour Impossible explore également au mieux cet homme omniprésent et envahissant, même dans ses absences. L’ensemble est si précis qu’il chamboule, excusant toutes les longueurs utilisées car le résultat est aussi impeccable que puissant, bouleversant et authentique.

Au casting : Virginie Efira (Le Grand Bain, Pris de Court, Victoria…) est fabuleuse et livre une interprétation à fleur de peau, touchante et vraie à chaque étape de la vie de son personnage. Face à elle, Niels Schneider (Dalida, Polina, Danser sa Vie, Diamant Noir…) est également parfait dans l’incarnation de ce personnage à double tranchant qu’on aime détester. Autour deux, plusieurs jeunes actrices vont jouer le rôle de leur enfant, je retiendrais surtout Estelle Lescure qui fait ses premiers pas sur grands écrans dans un rôle peu évident.

En conclusion : tableaux d’époques, tranche de vie, émancipation féminine, relation mère-fille et domination masculine… autant de sujets qui complètent cet Amour Impossible, un récit minutieux qui observe avec une simplicité sans détour, parfois douce et parfois dérangeante, le parcours d’une femme meurtrie par un (dés)amour puissant. Le vécu se ressent, se comprend et touche en plein cœur. Même si la longueur est nécessaire, je trouve qu’elle pénalise tout de même l’ensemble à certains moments. À voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s