[CRITIQUE] Legend, de Brian Helgeland

legend1

Vous savez ce qu’on ressent lorsqu’on voit un de ses acteurs favoris se perdre dans un mauvais film ? De la profonde tristesse. Quand Tom Hardy tient un premier (double) rôle, sa performance est noyée dans un film plat et sans saveur. Le film de Brian Helgeland part dans tous les sens, le scénario est clairement mal écrit et la mise en scène pèche tout du long, si bien qu’on finit par se demander en quoi les frères Kray étaient des Legend au final. Dommage.

Le pitch : Londres, les années 60. Les jumeaux Reggie et Ronnie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni, règnent en maîtres sur la capitale anglaise. À la tête d’une mafia impitoyable, leur influence paraît sans limites. Pourtant, lorsque la femme de Reggie incite son mari à s’éloigner du business, la chute des frères Kray semble inévitable…

Les frères Kray sont des gangsters qui ont sévi en Angleterre entre les années 50 et 60. Derrière leurs activités de gérants de boites de nuits qui attiraient aussi bien les malfrats que les célébrités de l’époques, ils étaient surtout connus pour leurs actes criminels : braquages à mains armées, rackets, meurtres et j’en passe. Ajoutant à cela que l’un des deux jumeaux souffrait de schizophrénie paranoïde, il y avait là tous les ingrédients pour réaliser le parfait film de gangsters. Malheureusement, si je vous raconte tout cela c’est parce qu’en dehors des troubles psychologiques de Ronnie Kray, le film Legend survole si vulgairement l’histoire de ses « héros » qu’il est difficile de comprendre qui sont vraiment les frères Kray.
Pourtant Brian Helgeland, le réalisateur, est un scénariste reconnu, de L.A. Confidential à Salt, en passant par Mystic River, L’Attaque du Métro 123 ou encore Green Zone. Mais un bon scénariste ne signifie pas être un bon réalisateur, et ses premiers films (Payback, Chevaler…) ne diront pas le contraire. Le problème avec Legend, c’est qu’après visionnage, il est difficile de comprendre de quoi parle réellement le film ni où il voulait en venir. En effet, Legend démarre comme un film de gangsters, en plaçant un joli décor rétro à souhait et des personnages centraux à la fois charismatiques et étonnants, en jouant avec les différences entre les jumeaux Kray – Reggie, le séducteur, vs Ronnie, le timbré… avant de digresser vers une romance qui n’apporte absolument rien à la choucroute et qui -spoiler alert- finit en haut de boudin.
Pendant 2 heures, le film ne cesse de faire des allers-retours entre ses différents fils conducteurs, alternant entre le caractère imprévisible de Ronnie Kray, la romance insipide entre Reggie et Frances, la traque policière en pointillés et les affaires criminelles (et vagues) des jumeaux, sans jamais saisir de point d’accroche. De quoi parle Legend ? En quoi les jumeaux Kray sont-ils des légendes ? À force de survoler tous les tableaux de son histoire, Brian Helgeland raconte tout et n’importe quoi et sombre dans l’ennui au bout de trente minutes top chrono (et après il reste une heure et demie de film…). Dommage, car en se focalisant sur ces deux frères que tout oppose, et particulièrement sur le personnage de Ronnie Kray, ainsi que sur les véritables activités de ces gangsters, Legend aurait déjà pu être plus convaincant que ce portrait flou et inutile.

Derrière la caméra, Brian Helgeland galère avec l’exercice de style qu’il s’est imposé. Sachant que le même acteur joue les jumeaux, l’œil a tendance à chercher la triche… ce qui ne sera pas compliqué vu que le réalisateur tente vainement de déjouer les pièges sans subtilité en plaçant les deux frères de part et d’autres d’une pièce et en usant de doublures peu convaincantes pour le moindre échange en champ/contre-champ. Si l’idée de minimiser les effets spéciaux est louable, la mise en scène est pauvrette et ne parvient pas à masquer ses effets, et les rares moments où les jumeaux sont réunis sur une même image (dont une scène de bagarre gênante), les effets spéciaux sont carrément brouillons, si bien qu’on aperçoit facilement les problèmes de positionnement et quelle version de Tom Hardy a été rajoutée à l’image (un des jumeaux est plus grand que l’autre, le plus souvent).
Malheureusement, ce n’est pas le seul problème. Plongé au cœur des années 50, Legend a bien du mal à nous faire croire à son ambiance gangster, tant les décors sont proprets et trop soignés pour être réaliste. Quelques parts entre un Striclty Criminal poisseux et un Gangster Squad glamour, Legend essaie de combiner ces deux univers avec maladresse et peu d’imagination, mettant bien plus l’effort sur les costumes et les décors que sur l’atmosphère. Les jumeaux Kray, des gangsters ? On ne dirait pas.

Au casting, Tom Hardy (Mad Max: Fury Road, Quand Vient La Nuit, Locke…) assure un double-rôle, l’un sans effort et l’autre avec plus de prises de risque tandis qu’il incarne un Ronnie Kray un peu trop crispé (et crispant) mais qui aurait vraiment pu être intéressant. À ses cotés, Emily Browning (Pompéi, God Help The Girl…) a la dépression contagieuse, Christopher Eccleston (Thor : Le Monde Des Ténèbres, Song For Marion…) frôle la figuration et David Thewlis (Macbeth, Régression…) brille difficilement. Ah, et puis Taron Egerton (Kingsman : Services Secrets…) et Paul Bettany (Avengers : L’Ère d’Ultron…) sont également dans le film… bon… quand le film est mauvais, on ne peut que excuser les acteurs, globalement bons mais sous-exploités dans un ensemble approximatif.

En conclusion, si Brian Helgeland voulait faire découvrir les jumeaux Kray, c’est râpé : Legend se révèle trop long, criblé de blablas sans queue ni tête, mal écrit et à la réalisation scolaire. La seule attraction réside dans la performance de Tom Hardy qui joue les deux rôles principaux. Et heureusement pour mes les yeux, Tom Hardy est toujours canon 😀 Mon coeur saigne, mais Legend est à éviter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s