Tops & Flops

Flop 2020 : les loupés de l’année

Même si les cinémas français n'ont eu que 6 mois d'activité sur douze, Covid-19 oblige, 2020 est tout de même venu avec son lot d'absurdités et de déceptions annuelles. Comme d'habitude, les films d'horreur à la manque trônent en tête des ratages sur grand écran MAIS ce serait leur faire trop d'honneur de les prendre en considération, car - soyons honnêtes - ces films n'offraient rien d'affriolant sur le papier...

Comédie

[CRITIQUE] Brutus vs César, de Kheiron

Face à la tyrannie de César qui agit en maître absolu sur Rome, les sénateurs Rufus et Cassius fomentent un complot pour l’assassiner. Pour avoir le soutien du peuple, ils proposent à Brutus, le fils renié de César, d’être celui qui lui portera le coup de grâce. Seul problème : Brutus est un marginal qui n’a pas du tout les épaules taillées pour le costume... Réaliser par Kheiron Disponible sur Amazon Prime Video depuis le 17 septembre Avec Kheiron, Thierry Lhermitte, Gérard Darmon, Lina El Arabi, Reem Kherici, Ramzy Bedia, Pierre Richard...

Super héros

[CRITIQUE] Les Nouveaux Mutants, de Josh Boone (podcast)

Les Mutants deviennent dangereux – pour eux-mêmes comme pour les autres – lorsqu’ils découvrent leurs pouvoirs. Détenus contre leur volonté dans une division secrète d’un mystérieux hôpital psychiatrique, cinq jeunes mutants doivent apprivoiser leurs dons et assumer les graves erreurs de leur passé. Traqués par une puissance surnaturelle, leurs peurs les plus terrifiantes vont devenir réalité. Réalisé par Josh Boone En salles le 26 août 2020 Avec Maisie Williams, Anya Taylor-Joy, Charlie Heaton, Blu Hunt, Alice Braga, Henry Zaga…

Films

[CRITIQUE] Mes films du confinement : Cuban Network, Little Joe, La Vérité & Les Traducteurs

Pendant le confinement, j'ai évidemment regardé des films en craquant pour de la VOD pour faire un peu de rattrapage ciné ou, grâce à mon blog, en recevant des DVD à la maison avant les sorties officielles. Voici un avis rapide sur les quelques films qui ont croisés ma route.

Drame

[CRITIQUE] Chanson Douce, de Lucie Borteleau

Paul et Myriam ont deux enfants en bas âge. Ils engagent Louise, une nounou expérimentée, pour que Myriam puisse reprendre le travail. Louise se montre dévouée, consciencieuse, volontaire, au point que sa présence occupe une place centrale dans la famille. Mais très vite les réactions de Louise deviennent inquiétantes.

Action, Sci-fi

[CRITIQUE] Terminator: Dark Fate, de Tim Miller

Alors que nos mémoires tentent encore d'oublier la catastrophe qu'était Terminator Genisys, la franchise se renouvelle avec un sixième opus bien décidé à récrire l'histoire en se positionnant après les événements de Terminator 2, tout en façonnant une redite qui semble vouloir offrir un dernier baroud d'honneur à ses acteurs cultes, Linda Hamilton et l'infatigable Arnold Schwarzenegger. À l'arrivée...

Comédie, Romance

[CRITIQUE] Je Promets d’Être Sage, de Ronan Le Page

Après des années de galère dans le théâtre, à bout de nerfs, Franck plaque tout ! Il aspire à une vie qui se tienne enfin et accepte un poste de gardien de musée loin de Paris, au calme. C’était sans compter sur Sibylle, une agent de surveillance caractérielle qui va lui mener la vie dure et tout faire pour le décourager. Ils vont pourtant être amenés à s’allier pour monter une petite escroquerie. Une chance peut-être de reprendre leurs vies en main...

Sci-fi, Thriller

[CRITIQUE] Captive State, de Rupert Wyatt

Les extraterrestres ont envahi la Terre. Occupée, la ville de Chicago se divise entre les collaborateurs qui ont juré allégeance à l'envahisseur et les rebelles qui les combattent dans la clandestinité depuis dix ans.

Drame, Sci-fi

[CRITIQUE] Glass, de M. Night Shyamalan

Dès Split, M. Night Shyamalan avait initié un lien vers Incassable, un de ses premiers succès en 2000. Si la surprise avait ravi les fans du premier film, Glass restait assez flou quant à la tournure qu’allait prendre les événements. À l’arrivée, M. Night Shyamalan déçoit en renouant avec ses vieux travers : installations laborieuses, trame nébuleuse et mystification inutile, Glass passe non seulement à côté du potentiel de ses trois personnages phares mais également à côté d'un point de vue original en prenant la mode super-héroïque à contre-sens. L'ensemble vire rapidement au sens intérêt et le fait de teaser un opération plus vaste pour appâter le chaland et vendre un prochain film rend Glass encore plus vain. Dommage.

Action

[CRITIQUE] Robin des Bois, de Otto Bathurst

Robin de Loxley, combattant aguerri revenu des croisades, et un chef maure prennent la tête d’une audacieuse révolte contre la corruption des institutions.