[CRITIQUE] Monsieur & Madame Adelman, de Nicolas Bedos

Le pitch : Comment Sarah et Victor ont-ils fait pour se supporter pendant plus de 45 ans ? Qui était vraiment cette femme énigmatique vivant dans l’ombre de son mari ? Amour et ambition, trahisons et secrets nourrissent cette odyssée d’un couple hors du commun, traversant avec nous petite et grande histoire du dernier siècle.

« Fils de » assumé et ex-enfant pas vraiment terrible du PAF il fût un temps, Nicolas Bedos passe à la réalisation avec son premier film Monsieur & Madame Adelman ou l’autopsie d’un couple entre narcissisme, auto-analyse et co-dépendance. Si Nicolas Bedos avait déjà sévi en tant que scénariste pour la télé et au cinéma (un sketch pour le fumeux Les Infidèles, puis Amour et Turbulences d’Alexandre Castagnetti), son association avec Doria Tillier lui permet de sortir des sentiers battus et de la narration pataude qui lui correspond trop bien.
En effet, au détour d’une rencontre hasardeuse, Monsieur & Madame Adelman tisse une histoire d’amour ordinaire, sur fond de rêve de gloire, de manipulations narcissiques et d’évolution des mœurs. Le film dissèque un couple aux débuts chaotiques et plait par les failles touchantes de ses personnages : lui, écrivain rejeté que sa propre vanité aveugle ; elle, femme de tête et ambitieuse mais discrète. C’est d’ailleurs l’écriture des ces personnages, mi-tendres mi-affreux, qui a attisé ma curiosité, car derrière ces portraits cinglants, se dessine une vision fine et intimiste d’un couple fictif qui a du pas mal être nourri par le vécu des scénaristes (aka Nicolas Bedos et Doria Tillier, a-priori couple dans la vie… qui ont déjà connu des petits éclats bien publics). À travers les décennies et le succès grandissant de l’écrivain public du couple, Monsieur & Madame Adelman dissèque une relation électrique entre rang social et étiolement sentimental, ne manquant jamais de rebooster les coups de mou en inversant les rôles en transformant le mariage en une véritable partie de poker. Même quand le pouvoir passe d’un joueur à l’autre, Nicolas Bedos observe la partie d’un point de vue extérieur, permettant au spectateur de se faire son avis sur les protagonistes du film. Pourtant, même si l’ensemble est divertissant, une fois toutes les cartes mises à plat, une question se pose : et donc ?

Monsieur & Madame Adelman est un pas de géant dans la filmographie de Nicolas Bedos, qui, à mon avis, doit beaucoup à la participation de Doria Tillier : le film repose sur le charisme de ses personnages dont il dresse un portrait peu flatteur et pourtant conquérants car humains et accessibles mêmes dans leurs plus grandes excentricités. Mais le charme du film est souvent entaché par une seconde lecture un peu trop surjouée alors que le film de Nicolas Bedos installe une ambiance bobo au vintage branchouille fantasmé, souvent superficielle et quelques fois dérangeante quand Monsieur & Madame Adelman joue la carte du succès intello-gauchiste mal dégrossi. Derrière la dissection appliquée du couple, le film et son scénario écrit à quatre mains souffre d’un égo bien trop perceptible, intelligemment scruté à la loupe, certes, mais pas forcément digeste pour autant. Si le travail d’auto-analyse à peine voilée de Nicolas Bedos et Doria Tillier est probablement salutaire, il a aussi tendance à rendre ses personnages détestables, car trop calculés et oscillants entre l’auto-critique franche et un besoin flagrant de se rassurer.

Et puis encore une fois : et donc ? Si l’exercice a ce petit quelque chose fascinant, au final je ne parviens pas à comprendre le but à travers ce drame romanesque qui ne parvient jamais à prendre position. Au lieu d’analyser le couple comme je m’y attendais, ou plutôt d’en donner une version, Monsieur & Madame Adelman joue un ping-pong sans fin, si bien qu’une fois arrivé à sa conclusion, une éventuelle réponse devient non seulement sans importance, mais surtout sans intérêt, si ce n’est la tentative de comprendre une autre sous-lecture machiavélique : Doria Tillier, muse ou monstre manipulateur ? Oups, faut-il dire « Mme Adelman », personnage que le film arrondit à chaque écart avant de l’assommer à coup de pelle en dernière ligne droite ? Derrière la dénonciation d’un vrai-faux « salaud », le film accuse surtout le personnage féminin de tous ses vices, avec le sourire, certes, mais un sourire très mesuré et surtout lourd de sous-entendus. Et un poil misogyne au final. 

Au casting : Nicolas Bedos et Doria Tillier incarnent les rôles titre, lui (L’Invitation, L’Art de la Fugue, Amour et Turbulences…) est presque attachant et elle, ex-Miss Météo sur Canal et wannabe Louise Bourgoin 2.0, est lumineuse et captivante. Tout deux forment un couple convaincant, entre introspection, dérision et sur-moi fantasmé.
Autour d’eux, Denis Podalydès (La Mécanique de l’Ombre…) et Pierre Arditi (Comme Un Avion…) participent en dilettante, les relations font le reste : Antoine Gouy (Rupture Pour Tous…), Zabou Breitman (Je Compte Sur Vous…), Christiane Millet (Samba…) et Julien Boisselier (Jamais Le Premier Soir…) complète un ensemble inégal de personnages secondaires transparents.

En conclusion, Monsieur & Madame Adelman tourne gentiment en rond et gratouille une surface attrayante, je crains que ce film ne soit qu’une coquille à moitié vide (ou à moitié pleine). Si Nicolas Bedos (et Doria Tillier) ose s’attaquer à lui-même, le film n’a ni la maturité ni le recul voulu pour en tirer une conclusion autre que l’auto-destruction comme porte de sortie et vérité fastoche. Entre manipulations, fiction et déballage intime, Monsieur & Madame Adelman amuse au premier coup d’œil, mais sonne souvent creux. À voir, pour les curieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s