[CRITIQUE] La Montagne Entre Nous, d’Hany Abu-Assad

Le pitch : Livrés à eux-mêmes après le crash de leur avion en pleine montagne, deux étrangers doivent compter l’un sur l’autre pour faire face aux conditions extrêmes. Réalisant qu’ils n’ont aucun espoir d’être secourus, ils tentent leur chance à travers des centaines de kilomètres de nature hostile, acceptant que ce n’est qu’ensemble qu’ils pourront trouver le courage de tenter de survivre.

Alors qu’il a tout l’air d’un film de commande fabriqué sur du déjà-vu pour, éventuellement, permettre à un nouveau réalisateur d’accéder au devant de la scène, et (à peine) vendu avec deux têtes d’affiche pour appâter le chaland, La Montagne Entre Nous a de quoi surprendre, d’une part parce que le film tranche avec le cinéma controversé et engagé d’Hany Abu-Assad, et, d’autre part, parce qu’il est loin d’être si prévisible. Quelques mois après la sortie française du film Le Chanteur de Gaza (bien que tourné en 2015 en vérité), La Montagne Entre Nous allie survival, le drame et romance dans un ensemble palpitant et engageant qui contourne les effets clichés en misant sur l’alchimie entre ses personnages principaux. En effet, au-delà du danger qui les entoure, c’est finalement la relation à la fois réaliste et touchante qui se tisse entre les héros qui maintient en haleine, alors que chacun se devoile à l’autre, malgré la peur ambiante et la méfiance face à l’inconnu.

Et pourtant, le pari n’était pas gagné d’avance : si le casting fait rêver, le concept de La Montagne Entre Nous rappelle dangereusement Le Territoire des Loups de Joe Carnahan, du coup le frisson est attendu et, bien qu’il soit toujours efficace, demande quelque chose en plus pour sortir du lot. C’est là que la direction d’Hany Abu-Assad entre en jeu, car à la différence des survivals de ce genre, La Montagne Entre Nous ne repose pas uniquement sur ses rebondissements et les dangers affrontés par les survivants, mais choisit de créer un véritable drame humain et intimiste. Ici, pas d’action hero, pas d’expert en nature sauvage… les personnages sont livrés à eux-même et forcés à faire front ensemble, entre la peur de mourir et de l’inconnu, ainsi que le poids de leurs vies respectives. Opposant des tableaux larges où les montagnes semblent aussi dépaysantes que désertiques et effrayantes, à un tête-à-tête nerveux mais de plus en plus intime Hany Abu-Assad conserve un point de vue humain et accessible, permettant au public de s’immerger, tout en partageant leurs craintes et le froid qui traverse l’écran (ou alors est-ce juste la saison ?).

L’écriture est subtile et d’une fluidité captivante derrière les péripéties que traversent les héros. Entre les dangers d’une nature inhabitée, l’omniprésence du froid et du danger, le film est animé par une tension permanente qui sème souvent le doute sur l’issue de cette histoire qui met à mal ses personnages, perdus au fin fond de kilomètres de neige. Sur tous les fronts, l’intrigue pousse ses personnages à bout et joue avec leurs nerfs en se nourrissant de leur situation désespérée pour mieux les dépouiller petit à petit de leurs masques sociaux, afin d’en extraire l’essentiel. Du coup, la sauce prend, presque par surprise tant le film fait grandir les émotions en parallèle de l’action, rendant leur lien si authentique et presque logique qu’on s’attache aux personnages en même temps qu’ils se lient l’un à l’autre. En effet, la romance – puisque c’est de ça dont il s’agit – ne parasite jamais l’action et c’est ce qui m’a réellement plu dans ce film : rien n’est téléphoné et la survie reste constamment au centre de l’intrigue, malgré les émotions qui chamboulent nos personnages, jusqu’au dernier acte.

Au casting, justement, il n’y a plus besoin de présenter Idris Elba (Thor : Ragnarok, La Tour Sombre, Luther…) et Kate Winslet (Beauté Cachée, Triple 9, Steve Jobs…), deux talents confirmés et aussi charismatiques l’un que l’autre.

En conclusion, La Montagne Entre Nous est loin d’être un film passe-partout et propose une véritable aventure aussi bien humaine que palpitante. Hany Abu-Assad signe un film réussi, porté par le duo Winslet-Elba superbe. L’alchimie entre les deux acteurs est parfaite et porte le film hors du survival classique pour lui donner une dimension dramatique et émotionnelle qui étoffe l’ensemble et le rend aussi tendu que conquérant (même pour les moins sensibles à la romance comme moi). Dommage que le film soit aussi peu distribué. À voir.

PS : je me réjouirai toujours de voir un couple mixte en tête d’affiche dans un film, surtout quand ce n’est ps le sujet et même si c’est peut-être une des raisons pour lesquelles La Montagne Entre Nous n’a pas eu la mise en avant médiatique méritée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s