[SUMMER TV] 10 séries à découvrir ou à tester cet été

Août vient de démarrer, mais les vacances flottent toujours dans l’air. Sérivores de tous poils, c’est le moment d’étoffer votre catalogue ! Voici une petite sélection de quelques séries qui sont passées devant mon radar.

CELLES QUE J’AI VUES

Orange is the New Black – Saison 6

Le pitch de la saison : Après la prise d’otages, les détenues de Litchfield sont dispersées aux QHS (Quartier de Haute Sécurité, le MAX en VO). Nouvelle prison, nouvelles têtes et nouvelles guerres… Nos héroïnes vont tenter de garder la tête aux dessus de l’eau entre revanches, défenses et nouvelles alliances, tandis que le FBI cherche des coupables à faire tomber.

Showrunner : Jenji Kohan
Avec Taylor Schilling, Kate Mulgrew, Natasha Lyonne, Danielle Brooks, Uzo Aduba, Nick Sandow…
Disponible sur Netflix

Mon avis : Après le chaos indigeste de la saison 5, cela fait du bien de voir la série revenir aux sources : à savoir le quotidien des « inmates ». Même si cette saison ne manque pas de tensions, on retrouve le ton mi-drôle mi-mordant des débuts, tandis que nos héroïnes doivent payer les conséquences de leurs actes, les trahisons des unes et des autres, ainsi que les soifs de revanches qui règnent dans cette nouvelle prison. Alors que le « MAX » était annoncé comme un univers plus brutal et plus violent, OITNB livre une saison finalement agréable et retrouve un semblant d’humanité et d’humour grinçant, à travers la dénonciation d’un milieu carcéral toujours aussi monstrueux et sordide. Une bonne saison qui donne envie de la voir continuer. Mais au fait, où est passée Miss Claudette ? 🙂
À tenter si vous en avez marre des séries de post-ados ou de mères de famille avec peu de variations au milieu.

***

UnReal – Saison 4

Le pitch de la série : La série suit les coulisses de Everlasting (ou Il était une fois dans la version traduite), une télé-réalité de dating type The Bachelor, pour laquelle travaille Rachel Goldberg, une jeune femme dont la mission est de manipuler les candidats afin d’obtenir les rebondissements et les drames nécessaires pour que le programme reste attractif et plaise à sa productrice, Quinn King, une femme prête à tout pour que l’émission soit la plus dramatique possible.

Showrunner : Marti Noxon et Sarah Gertrude Shapiro
Avec Shiri Appleby, Constance Zimmer, Craig Bierko, Jeffrey Bowyer-Chapman…
Diffusée sur Lifetime (puis sur Téva)

Mon avis : Everlasting repart de plus belle avec une Rachel remontée à bloc et bien décidée à obtenir ce qu’elle veut à travers le show, tandis que Quinn a pris du recul pour batifoler avec son Chet. Dans une saison All Star, Unreal propose plusieurs « suiters » pour une nouvelle chance avec les prétendantes avec qui ça n’a pas collé lors de leurs précédentes saisons. Et pour épicer le tout, la nouvelle Rachel, malgré son passif, ramène Roger (l’ami du suiter de la saison 1) pour le mettre face à Maya, une ancienne prétendante de la saison 1 que Roger avait sexuellement agressée (en profitant d’elle alors qu’elle était saoule). À différents niveaux, cette saison 4 d’Unreal vise juste dans cette année secouée par l’affaire Weinstein et les mouvements Time’s Up et #MeToo qui ont suivi. En dénonçant la manipulation des médias, la saison n’hésite pas à racler les bas-fonds de la morale (pire que de faire manger des laxatifs à une nana habillée en robe blanche) pour montrer à quel point les faits peuvent être déformer pour transformer une victime en fêlée du bulbe (cas réel : Rose McGowan). Mais en contre-partie, il faut également supporter une Rachel moralement paumée et insaisissable qui s’abaisse de plus en plus en s’offrant aux premiers venus, abandonnant ainsi la quête de vérité dans laquelle elle s’était lancée dans les saisons d’avant (retrouver son père, confronter son violeur…). Alors que ce personnage semblait être le baromètre humain de la série, les showrunners semblent écrire son personnage à l’aveuglette sans véritablement avoir envie de justifier ses actes, finissant par balayer le tout par une pirouette bien trop facile, même pour série comme Unreal ! Du coup, les cas de conscience de Quinn, les chouineries de Jay et le brouahaha constant entre rivalités et relations éphémères occupent le fond au lieu de réellement divertir. Et c’était la dernière saison, dommage… ou tant mieux ?
À tenter si vous aimez la télé-réalité en étant conscient – c’est à dire que vous n’y croyez pas mais ça vous amuse – (et un chouilla voyeur).

***

Younger – Saison 5 (diffusion en cours)

Le pitch de la série : Une mère de famille du New Jersey, fraîchement célibataire, décide de mentir sur son âge afin de se donner plus de chances de retrouver du travail. Avec un peu de chance, et de maquillage, elle réussit à paraître vingt ans plus jeune…

Showrunner : Darren Star
Avec Sutton Foster, Hilary Duff, Peter Hermann, Miriam Shor…
Diffusée sur TV Land (puis Téva)

Mon avis : Facile, drôle et légère, Younger continue de suivre les aventures de Lisa alors qu’elle tente de cacher son secret. Dans cette saison, un personnage important va la percer à jour, tandis que de son coté Kelsey devra faire équipe avec son rival Zane. Le triangle amoureux Josh-Lisa-Charles sera mis de coté, ce premier se remettant difficilement de son… divorce (spoiler !) et ne fera que quelques apparitions par épisodes. Younger est objectivement en perte de vitesse et tourne un chouilla en rond. La série tente d’étoffer son décor en creusant l’univers des maisons d’édition, mais clairement, si on regarde Younger ce sont plus pour les amourettes pleine de paillettes qui détendent. Du coup, j’ai été un peu frustrée, d’autant plus que pour un show ne comptant que dix épisodes par saison… il y avait pas mal de longueurs et d’épisodes inutiles. Peu sacrément mieux faire.
À tenter si les sitcoms superficielles ne vous rebutent pas avec leurs ficelles grosses comme des poutres. 

***

The Bold Type – Saison 2

Le pitch de la série : Les aventures personnelles et professionnelles de Jane, Kat, et Sutton, trois amies new-yorkaises qui réalisent leur rêve en travaillant pour Scarlet, un magazine féminin à succès. Mais alors qu’elles tentent de trouver leur place au sein de cet univers glamour et sans pitié, elles vont aussi devoir s’accomplir en tant que jeunes femmes, entre histoires d’amour, trahisons, et dictat des réseaux sociaux.

Showrunner : Anna Mastro
Avec Katie Stevens, Aisha Dee, Meghaan Fahy, Melora Hardin
Diffusée sur FreeForm

Mon avis : Librement adaptée de la vie de Joanna Coles, ex-rédactrice en Chef du magazine Cosmopolitan US, et de la télé-réalité So Cosmo qui invitait les spectateurs à vivre le quotidien d’un magazine aux portes d’un changement important (le départ de Joanna Coles donc), la série The Bold Type avait un projet clé-en-main pour plaire. Dans l’air du temps, féminine et féministe, The Bold Type suit le parcours de trois jeunes femmes plus ou moins au début de leurs carrières, entre prises de conscience et voix générationnelles à faire entendre. Si la première saison se focalisait sur les violences faites aux femmes, entre agressions sur le lieu de travail et oppression sous couvert de religion, The Bold Type proposait un format différent et plus éduqué sur la société moderne vue par des (jeunes) femmes, tout en proposant un décor pailleté pour faire rêver sur les bords.
Et puis patatras, arrive la saison 2. Trop contente de la pertinence de son sujet après les scandales hollywoodiens, The Bold Type en fait des caisses en brassant des sujets de fond à chaque épisode : racisme, discrimination positive, religion, cancer… En voulant prêcher la bonne parole à tous prix (et finalement manger à tous les râteliers pour ne fâcher personne), la série s’enfonce dans la morale bien pensante et finit par se contredire à tous les niveaux. Difficile de conjuguer un univers aussi artificiel et féerique pour être crédible avec des sujets de fond dramatiques imposés à chaque épisode. Difficile de parler racisme et discrimination de façon éclairée quand le personnage Noir (ou métisse) a été promu de façon très douteuse, agit comme une petite fille gâtée pour défendre la veuve et l’orphelin, tout en crachant sur des opportunités en or soi-disant pour suivre ses (fausses) valeurs mais qui n’hésite pas à imposer sa petite amie réfugiée et sans emploi en tant que photographe pour le magazine… Au bout d’un moment, il faut choisir et équilibrer son ton pour pouvoir rester crédible. Et quand on voit un autre personnage démissionner, se vautrer à son nouveau job puis se faire réembaucher comme une fleur, ou encore une autre qui va au-delà de sa boss pour se plaindre qu’elle n’est pas d’accord avec ses décisions… et puis justement, cette boss aka la marraine la bonne fée, toujours pleine de conseils avisés, très maternelle et formatrice… Pfiou, The Bold Type cumule tellement de faussetés que ses tentatives de dramas sérieux, humanistes, féministes et/ou sociétaux retombent comme des soufflés face à une mécanique trop bien rodée pour être sincère, dans un environnement rose bonbon qui sonne faux à tous les étages. Ça me rappelle même 90210 sur la fin, qui tentaient les mêmes armes pour survivre… On a vu ce que ça a donné.
À tenter si vous vous êtes toujours demandé ce que ça donnerait de voir Blair et Serena (Gossip Girl) avec un vrai job.

***

Dark Tourist – Saison 1

Le pitch : D’un lac nucléaire à une forêt hantée, le journaliste David Farrier visite des sites touristiques inhabituels et souvent macabres, à travers le monde.

Avec David Farrier
Disponible sur Netflix

Mon avis : Envie de rencontrer le tueur à gages de Pablo Escobar, de visiter Fukushima pour tester votre résistance à la radioactivité ou de découvrir la capitale aussi luxuriante que flippante du Turkménistan ? David Farrier consacre un épisode par thème ou pays pour crapahuter dans des pans d’histoires ignorés par l’actualité ou méconnus. Dark Tourist est une virée en terre inconnue, oscillant entre prises de risques inconscientes et voyeurisme un chouilla malsain, mais c’est surtout la découverte de la vie locale sur chaque site qui booste la série. Comment les habitants de Medellín vivent l’après Escobar ? Comment peut-on tenir le musée le plus étrange du monde et rester « normal » ? Que deviennent les évacués des zones contaminées ? Pourquoi un tueur en série attire autant de fanatisme ? À quoi ça sert de nettoyer une momie ? Dark Tourist répond à toutes les questions que vous ne vous êtes jamais posées et ne laisse pas indemne.
À voir si vous avez le goût de l’aventure et que vous chercher un coin de vacances atypiques.

CELLES QUE J’AI ENVIE DE TESTER (ou de reprendre)

Pose – Saison 1

Le pitch : Au cœur des années 80 à New York, alors que le luxe de l’ère Trump est en pleine émergence et que le SIDA commence à faire des ravages, Blanca Rodriguez sert de mère adoptive à de jeunes gays et trans issus de quartiers populaires qui rêvent de faire carrière dans le monde des arts. Elle les héberge, les conseille et les introduit à l’univers secret de la sous-culture LGBT. Ils forment une communauté soudée de néophytes et de parias qui tentent de trouver leur place dans un monde qui ne veut pas leur en faire une…

Showrunner : Ryan Murphy
Avec Evan Peters, Kate Mara, Indya Moore, Ryan Jamaal Swain, Angelica Ross
Diffusée sur Canal+

Mon avis : Je viens de terminer Pose et c’est probablement la série la plus réjouissante, positive et touchante que j’ai pu voir depuis longtemps ! Vibrante, colorée et incisive, Pose célèbre une communauté rejetée de tous les cotés au cœur des eighties. Entre séances de ballroom et rivalités entre « familles », la série met en avant trois portraits de femmes puissantes : Blanca la mère pleine de cœur, Angel la romantique et Elektra la guerrière implacable. Je vous en reparlerai bientôt, c’est c’est une superbe découverte !
À voir si vos dramas favoris manquent de panache !

***

Sharp Objects – Saison 1

Le pitch : Camille Preaker, reporter, sort tout juste d’un bref séjour à l’hôpital psychiatrique. Elle retourne dans la ville de son enfance pour tenter de résoudre le meurtre de deux jeunes adolescentes auxquelles elle s’identifie énormément…

Showrunner : Marty Noxon
Avec Amy Adams, Patricia Clarkson, Chris Messina…
Diffusée sur OCS (en cours)

Mon avis : Réalisée par Jean-Marc Vallée, produite par Amy Adams, Sharp Objects comptent du beau monde devant et derrière la caméra. Marchant sur les traces de Big Little Lies, la série explore les secrets enfouis dans le passé d’une bourgade américaine, mi-redneck mi bourgeoise, à travers le retour au bercail d’une journaliste qui portent ses blessures à même la peau. À chaque épisode, les apparences tranquilles s’effritent et chaque personnage dévoile une part d’ombre pour épaissir le mystère. Oui mais voilà, au bout de 5 épisodes, Sharp Objects reste difficile à cerner et semble se contenter de l’image de marque de son casting. Rien de bien intéressant sous la lune pour l’instant. Affaire à suivre…
À voir si Twin Peaks était bien trop perché pour vous et si vous avez aimé Big Little Lies

***

Insecure – Saison 3

Le pitch : Les expériences quotidiennes savoureuses et parfois surréalistes d’une Afro-Américaine à l’aube de la trentaine et de sa meilleure amie délurée…

Showrunners : Larry Willmore, Issa Rae
Avec Issa Rae, Jay Ellis, Yvonne Orji, Y’lan Noel…
Diffusée sur OCS à partir du 13 août
>>> Mon avis sur la série

***

Insatiable – Saison 1

Le pitch : Un avocat disgracié reconverti en coach pour concours de beauté prend pour cliente une adolescente brimée et en quête de vengeance. Il ignore alors tout du monstre qu’il est sur le point de libérer…

Showrunner : Lauren Gussis
Avec Debby Ryan, Dalls Roberts, Alyssa Milano…
Disponible sur Netflix à partir du 10 août
>>> Bon à savoir : la série a déjà fait des vagues dès la diffusion de la bande-annonce, ses détracteurs dénonçant le fatshaming du show. Affaire à suivre.

Mon avis : j’ai abandonné au bout de 2 épisodes et demi. La narration part dans tous les sens et vivotent sur de la psychologie de comptoir, tout en pataugeant joyeusement dans le body-shaming, l’ojectification et l’hypersexualisation. Pour une série destinée aux adolescentes, le message « être mince c’est magique » est plutôt moyen. 
À voir si vous êtes pro-ana et maso. 

***

Cloak & Dagger – Saison 1

Le pitch : Tyrone Johnson et Tandy Bowen, deux adolescents issus de milieux sociaux différents, découvrent suite à leur rencontre qu’ils sont tous les deux dotés de superpouvoirs qui étaient jusqu’ici dormants et qui les lient mystérieusement l’un à l’autre. Face à leurs sentiments naissants et aux nombreuses menaces du monde qui les entoure, Tyrone et Tandy ne tardent pas à comprendre qu’ils sont plus forts ensemble et ont tout intérêt à s’allier plutôt qu’à poursuivre des routes séparées.

Showrunner : Joe Pokaski
Avec Olivia Holt, Aubrey Joseph, Andrea Roth, Gloria Reuben…
Diffusée sur ABC

***

Glow – Saison 2

Le pitch : Ruth Wilder, une actrice en mal de notoriété, trouve dans le monde du lycra et des paillettes du catch féminin une dernière chance de se faire un nom. Obligée de travailler avec douze marginales d’Hollywood, Ruth est aussi en concurrence avec Debbie Eagan, ancienne actrice de soap.

Showrunners : Carly Mensch et Liz Flahive
Avec Alison Brie, Betty Gilpin, Marc maron, Kate Nash…
Disponible sur Netflix

CELLES QUE J’AI REJETÉES

Dietland – Saison 1

Le pitch : Plum Kettle, nègre pour une des éditrices de mode les plus réputées de New York, se bat contre ses kilos en trop et le regard des autres. Alors qu’elle s’apprête à subir une opération chirurgicale censée changer sa vie, son monde va être bouleversé par l’apparition d’une organisation féministe terroriste qui vise violemment des hommes de l’entourage de sa patronne…

Showrunner : Marti Noxon
Avec Joy Nash, Julianna Margulies, Rowena King
Diffusée sur AMC

Mon avis : Encore une série féministe, encore une série avec une femme obèse (qui chante super bien) qui ne rêve que de maigrir pour ressembler aux canons de beauté imposés par les médias… Dietland surprend en tentant de mettre les pieds dans le plat en forçant l’héroïne à s’assumer tout en surfant sur un message féministe voulant détruire le carcan social qui régit les critères de beauté… et les hommes. Le double épisode « pilot » était alléchant, mais dès le troisième épisode, les chouineries de l’héroïne m’ont agacée. À quand une série avec une ronde qui s’assume pour de vrai et par elle-même (et non pas parce qu’un ex-top model hyper sûre d’elle a ressuscité dans son corps, pour ceux qui répondraient « Drop Dead Diva ») ? En combattant les clichés, la série véhicule tout de même d’autres clichés moins reluisants… même si le personnage de Plum reste hyper accessible et authentique. Peut-être que je lui redonnerai une chance, qui sait ?

***

Succession – Saison 1

Le pitch : La riche et puissante famille Roy, composée du patriarche Logan et de ses quatres enfants, contrôle l’un des plus gros conglomérats de médias du monde. Alors que leur père vieillissant se retire peu à peu de la compagnie, Connor, Kendall Roman et Siobhan contemplent le futur de l’entreprise sans lui…

Showrunner : Jesse Armstrong
Avec Hiam Abbass, Brian Cox, Jeremy Strong, Kieran Culkin
Diffusée sur OCS (en cours)

Mon avis : les personnages sont tout simplement antipathiques. On dirait un Mad Men du pauvre qui aurait été croisé avec un Dallas sur le retour.

***

Picnic at Hanging Rock

Le pitch : La vie d’un pensionnat est perturbée par la disparition mystérieuse de trois internes et de leur gouvernante lors d’un pique-nique le jour de la Saint Valentin en 1900…

Showrunner : Beatrix Christian
Avec Natalie Dormer, Lily Sullivan, Samara Weaving, Yael Stone, Harrison Gilbertson
Diffusée sur Canal+ (en cours)

Mon avis : Si le concept m’avait attirée, j’ai rapidement été déçue. La série mise tout sur son ambiance mystérieuse, entre époque à costumes et « Sofia Coppolisme » feutré, et comme je suis impatiente… j’ai vite été lassée. Et puis j’ai vu Les Proies cette année, ça m’a suffi. En plus, les sosies de Margot Robbie et de Brad Pitt (jeune) sont très perturbants.

>>> Point séries TV de la saison 2017/18 <<<

***

Et vous, vous allez regarder quoi cet été ?

PS : pour rappel – et pour éviter les commentaires hargneux : mes avis sont purement subjectifs, évidemment. Ce qui m’a plu peut ne pas vous plaire et vice-versa. Je suis ouverte aux débats, pas aux déclarations de guerre 🙂

4 réflexions sur “[SUMMER TV] 10 séries à découvrir ou à tester cet été

  1. On vient juste de prendre Netflix. De toutes les séries que tu présentes, je ne connais que OITNB. J’ai eu énormément de mal avec saison 3 et 4, mais bien aimé la 5, et contente de retrouver la 6, qui me semble marquer un tournant.
    Je piocherai dans tes suggestions pour les prochaines !

  2. Merci pour les découvertes. Il y en a beaucoup dont je n’ai jamais entendu parler ! Dark Tourist me tente beaucoup 🙂 J’ai hâte aussi de me plonger dans la nouvelle saison d’Orange is the new black (oui, je suis un peu en retard haha)

    • Hello, je viens de voir que Netflix venait d’ajouter la série documentaire I Am A Killer : rencontre avec des meurtriers. Si le cœur t’en dit après Dark Tourist 😀 En tout cas je l’ai ajouté sur ma liste !
      Bon visionnage 😀

      Dunno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s