[SÉRIE TV] Special : une sitcom drôle, rafraîchissante et tout-à-fait normale !

Le pitch : D’après les mémoires de Ryan O’Connell, I’m Special : And Other Lies We Tell Ourselves. Couvé par sa mère, un jeune homosexuel atteint de paralysie cérébrale légère décide de prendre son destin en main, et réécrit son histoire pour vivre sa vraie vie, enfin.

Créée par Ryan O’Connell
Avec Ryan O’Connell, Jessica Hecht, Punam Patel…
Disponible sur Netflix

Sur les traces du succès d’Atypical, Netflix adapte l’histoire vraie de Ryan O’Connell (showrunner et acteur de la série) d’après son livre, celle d’un homme homosexuel et souffrant d’un handicap léger qui va voler pour la première fois de ses propres ailes. Persuadé de subir une double peine, le héros cherche à s’émanciper de sa mère hyper protectrice en commençant un nouveau job, puis en quittant le nid familial – tout en espérant trouver l’amour. Special a la bonne idée d’exposer la particularité de son personnage, sans forcément en faire des caisses, si bien que le complexe du héros parait aussi anodin que celui qui ne serait tout simplement pas à l’aise avec son corps, par exemple. La série scrute la normalité à travers les interactions entre les personnages, si bien que la paralysie cérébrale du héros devient rapidement secondaire.
Pétillant, drôle et rafraîchissant, Special mise sur une galerie de personnages haut en couleurs, traversant les premiers émois amoureux et sexuels, les amitiés naissantes, mais aussi le parcours parallèle d’une même qui a dévoué un large pan de sa vie à son fils. J’ai pas mal accroché à l’accessibilité du héros dont l’écriture joue habilement avec sa maladie sans jamais céder au mélo ni au misérabilisme. L’indépendance est au cœur de la série, entre quêtes ou expériences amoureuses et crises identitaires, Special creuse les faux semblants sociaux et tous ces petit mensonges qui sont distillées au quotidien – consciemment ou non – pour sauver les apparences et se protéger du jugement des autres. Au contraire, là où la série est attachante, c’est dans sa façon de creuser au-delà de l’évidence en parvenant à créer des relations convaincantes entre les personnages, avant d’en dérouler les conséquences inattendues. Finalement, même si Ryan O’Connell est « spécial », il dissèque néanmoins des craintes tout ce qu’il y a de plus « normales ».

Le positif :

  • la série est colorée, moderne et bien fichue
  • tout le monde devrait avoir une Kim dans sa vie, ce personnage incarné par Punam Patel est excellent
  • le personnage de la mère de Ryan est fabuleusement bien raconté (et touchant)

Le négatif :

  • les bonnes séries sont toujours trop courtes !

À voir, si vous aimez bien les séries d’ados atypiques de Netflix mais qu’un peu de maturité ne ferait pas de mal !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s