[CRITIQUE] Late Night, de Nisha Ganatra

Une célèbre présentatrice de « late show » sur le déclin est contrainte d’embaucher une femme d’origine indienne, Molly, au sein de son équipe d’auteurs. Ces deux femmes que tout oppose, leur culture et leur génération, vont faire des étincelles et revitaliser l’émission.

[SÉRIE TV] The Good Place : Le rire après la mort

Après avoir été percutée et tuée par un semi-remorque, Eleanor se réveille dans ce qui semble être la vie après la mort. Lorsque Michael, l’Architecte des lieux, lui apprend qu’elle est au « Bon endroit » compte tenu ses bonnes actions, elle réalise qu’elle a été confondue avec quelqu’un d’autre. L’arrivée d’Eleanor pourrait bien mettre en péril l’équilibre de ce monde où personne ne jure ou ne boit de l’alcool à outrance. La jeune femme va devoir travailler sur elle-même afin de devenir une meilleure personne si elle souhaite conserver sa place dans l’au-delà. Bien entendu, elle sera épaulée par de nouvelles connaissances à l’instar de Chidi, son « âme sœur » qui voit toujours le bon côté des gens, ses voisins un peu trop parfaits Tahani et Jianyu, et enfin Janet, véritable source de savoir ambulante…
Créée par Michael Shur
Avec Kristen Bell, Ted Danson, William Jackson Harper, Jameela Jamil, D’Arcy Carden, Manny Jacinto

[CRITIQUE] Aurore, de Blandine Lenoir

Aurore est séparée, elle vient de perdre son emploi et apprend qu’elle va être grand-mère. La société la pousse doucement vers la sortie, mais quand Aurore retrouve par hasard son amour de jeunesse, elle entre en résistance, refusant la casse à laquelle elle semble être destinée. Et si c’était maintenant qu’une nouvelle vie pouvait commencer ?

[CRITIQUE] Miss Peregrine et Les Enfants Particuliers, de Tim Burton

Tim Burton retrouve un univers qu’il maîtrise bien avec son nouveau film Miss Peregrine et Les Enfants Particuliers, une fable envoûtante et douce-amère sur l’enfance, entre aventures fantastiques et culte de l’innocence. Grâce à un casting attachant et une atmosphère gaie néanmoins teintée par une gravité subtile, Miss Peregrine et Les Enfants Particuliers est un conte bien particulier, à la fois drôle, touchant et romantique, le tout gravé dans un contexte historique bien sombre. Tim Burton renoue avec ses ambitions super-héroïques, tout en référençant quelques-uns de ses films cultes, livrant un récit complet, généreux et plein de fantaisie.

[CRITIQUE] Lolo, de Julie Delpy

Sympathique et très piquant, Lolo est peut-être moins affûté que les films précédents de la curieuse Julie Delpy, mais reste une comédie agréable où la légèreté apparente dévoile un sujet plus profond que la réalisatrice explore avec humour. À travers un film coloré qui égratigne mine de rien un Paris bobo cristallisé dans un univers arty et arrogant, Julie Delpy illustre une relation mère-fils œdipienne avec une perspicacité vive et jubilatoire qui empêche Lolo de sombrer dans la morale accusatrice qui irait pourtant bien avec son sujet. Résultat, Lolo est un régal à la fois drôle et vache…ment cash !

[CRITIQUE] Jamais Entre Amis, de Leslye Headland

Avec un titre et un pitch aussi entendu, Jamais Entre Amis avait l’obligation de surprendre pour sortir du lot. C’est chose faite ! Grâce à un duo aussi drôle qu’attachant, le film de Leslye Headland joue la carte de l’anti-glamour et apparaît comme le cousin moderne de la comédie culte de Rob Reiner, Quand Harry Rencontre Sally, osant mêler raisons et sentiment avec le grain de folie nécessaire pour ne pas sombrer dans l’ennui. Résultat on s’amuse, peut-être même que certains s’informeront 😉 et on craque littéralement pour ce couple un peu givré mais adorable !