[CRITIQUE] On Est Fait Pour S’Entendre, de Pascal Elbé

Le pitch : Antoine semble n’écouter rien ni personne : ses élèves (qui lui réclament plus d’attention), ses collègues (qui n’aiment pas son manque de concentration), ses amours (qui lui reprochent son manque d’empathie)… Et pour cause : Antoine est encore jeune mais a perdu beaucoup d’audition. Sa nouvelle voisine Claire, venue s’installer temporairement chez sa sœur avec sa fille après la perte de son mari, rêve de calme et tranquillité. Pas d’un voisin aussi bruyant qu’Antoine, avec sa musique à fond et son réveil qui sonne sans fin. Et pourtant, Claire et Antoine sont faits pour s’entendre !

Pour son troisième long-métrage, Pascal Elbé (Tête de Turc, Je Compte Sur Vous…) change de registre et s’essaie à la comédie romantique à travers un sujet qui le touche de près : la malentendance (ou surdité précoce). Dans un cadre pétillant, On Est Fait Pour S’Entendre raconte la rencontre improbable entre deux âmes esseulées, alors que notre héros réalise qu’il perdait l’audition. Entre quiproquos et incompréhensions, le film explore l’acceptation d’un handicap qui, contre toute attente, va permettre au personnage principal de sortir de son isolement et d’être plus attentif à son entourage.

Pascal Elbé utilise intelligemment le quotidien de son personnage pour épaissir son récit, depuis son rôle de prof qui semble absent jusqu’à sa relation détonnante avec sa voisine. Au-delà de la découverte de sa surdité, On Est Fait Pour S’Entendre laisse filtrer à quel point le silence servait aussi de refuge à ce personnage incompris et qui semblait finalement déconnecter de lui-même. En réapprenant à entendre, il s’autorise à être présent pour les autres et cela l’oblige également à prendre conscience de ces autres qu’il avait pris l’habitude d’ignorer. Ainsi, entre une enfant mutique, une collègue en plein divorce, une mère malade ou encore une voisine séduisante, notre héros va renouer avec le monde qui l’entoure grâce à ses défaillances auditives.

Pascal Elbé livre une comédie légère, portée par des personnages attachants et un cadre accessible, qui offre un bon moment de détente sans effort. Le seul hic, c’est que le film a tendance à s’encombrer de sous-intrigues inutiles qui ne trouvent pas forcément d’aboutissements nécessaires à l’histoire, comme cette petite fille mutique ou encore cette mère qui perd un peu la boule. On Est Fait Pour S’Entendre s’étire un poil dans son dernier acte mais reste néanmoins une romance tendre et douillette comme on les aime.

Au casting : en plus d’avoir réalisé et écrit le film, Pascal Elbé incarne également le personnage principal dont l’histoire se rapproche de la sienne, vu que l’acteur a également connu des problèmes d’audition. À ses cotés, on retrouve Sandrine Kiberlain (Mon Bébé, Pupille, Elle L’Adore…), à l’aise dans son personnage habituel de femme pétillante à la franchise rigolote, ainsi qu’un François Berléand (Deux Moi…) qui cherche l’amour auprès de femmes bien plus jeunes que lui. Parmi les seconds couteaux (de choix), on notera Valérie Donzelli (Notre Dame…), Emmanuelle Devos (Les Parfums…), Claudia Tagbo (Tout Simplement Noir…), Antoine Gouy (Yves…) et même un caméo de Michel Boujenah (!), tandis que Marthe Villalonga (Brillantissime…) complète un casting familier et attachant.

En conclusion, On Est Fait Pour S’Entendre est une comédie romantique qui tient ses promesses. Bien qu’un peu longuette, j’ai passé un bon moment au milieu de cette rencontre pleine de quiproquos et de tendresses. À voir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s