[CRITIQUE] Les Indestructibles 2, de Brad Bird

Après 14 ans d’absence, la famille Parr n’a (littéralement) pas pris une ride et offre des retrouvailles à la hauteur du premier opus. Les Indestructibles 2 a conservé une belle énergie, à la fois fun, imaginative et distrayante, ce qui est quand même une belle réussite sachant qu’on est envahi de films de super-héros aujourd’hui. Malgré une longueur trop ambitieuse pour un jeune public, le nouveau film de Brad Bird est une suite enthousiasmante et bien rythmée qui réjouira aussi bien les fans que ce qui découvrent cette famille… irrésistible !

Le pitch : Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

En 2016, les studios Pixar/Disney cédaient enfin à l’appel du public en livrant le spin-off très attendu du Monde de Nemo axé sur le personnage de Dory, à savoir Le Monde de Dory. Cette fois, c’est au tour du succès de 2004, Les Indestructibles, de retrouver le chemin vers le grand écran, toujours sous la houlette de Brad Bird – aka une des valeurs sûres du giron Disney et Disney/Pixar, doublement oscarisé qui plus est pour Les Indestructibles et Ratatouille.
Après un passage dans le cinéma en prise de vue réelles avec Mission: Impossible – Protocole Fantôme en 2011 puis À La Poursuite de Demain en 2015 (et probablement la réception mitigée du public quant à ce dernier), Brad Bird retourne donc vers son premier succès et propose enfin une suite qui, surprise, reprend la narration juste après les événements du premier film !

Avec Le Monde de Dory, nous l’avons vu : succéder à un gros succès en animation autant d’années plus tard n’est pas une chose aisée et le risque de faire une redite tout juste mignonne n’est pas loin. Avec 14 ans d’écart et l’explosion des films super-héroïques au cinéma, le risque était présent… et pourtant, Brad Bird a su puiser les bonnes idées pour renouer avec cette famille pas comme les autres et offrir un divertissement à la hauteur de nos attentes. D’ailleurs, en y réfléchissant bien, s’il y a bien une chose que le cinéma n’avait pas – jusqu’à ce film – c’est bien une famille super héroïque qui tient la route (oui, je vise Les Quatre Fantastiques).

Coloré, dense, drôle et plein de rebondissements, Les Indestructibles 2 est une suite effervescence qui évolue avec une facilité désarmante entre les différentes menaces qui guettent nos héros et une dynamique familiale super-normale. Crise d’adolescence, révélations mystérieuses, compétition maritale… à la maison ou sur le terrain, la famille Parr a du pain sur la planche et en plus il faut ajouter à cela les pouvoirs de l’adorable bébé Jack-Jack.

C’est peut-être ça le secret de Brad Bird : il a su scruter l’objet familial à travers le film de super-héros, au lieu de se contenter du grand spectacle qui lui tendait les bras (notamment avec l’absence de limite du numérique). Si Les Indestructibles 2 ne manque pas d’action, ce sont surtout ses personnages qui font du film une réussite et un ensemble aussi attachant que sympathique, car sous le masque on retrouve une normalité joliment mise en scène, avec humour et un certain réalisme. En fait, les pouvoirs restent au rang d’accessoires, permettant à chacun de se réaliser et/ou de se retrouver, ainsi Les Indestructibles 2 propose une trame finalement très complète et intelligente qui mêle la comédie à l’action.

Plus Pixar que Disney, le film garde une tonalité bienveillante sur l’esprit de famille et le courage de ses personnages, mais reste néanmoins accessible à différents niveaux de lectures. Si les plus petits seront impressionnés par les membres démesurées d’Elastic Girl, je sais (pour l’avoir vu et lu) que les plus grands ne manqueront pas de remarquer son popotin ! Qu’on se rassure, Brad Bird ne sexualise rien, mais le film reste ouvert à une audience plurielle et, mine de rien, glisse des intentions toujours plus honorables. Par exemple, en ajoutant l’inversement des rôles pour les besoins de l’intrigue et, avec humour, s’amuse à voir Madame s’éclater au boulot tandis que Monsieur galère à devoir s’occuper des petits à la maison. À petites touches, les films Disney et Pixar modernise de plus en plus ses contextes narratifs pour se départir d’une mentalité bien trop poussiéreuse pour 2018 et toucher toutes les générations.

Truffés de bonnes idées (dont celle du raton laveur) et débordant dans tous les sens du terme, Les Indestructibles 2 est une aventure enthousiasmante qui lance une course effrénée entre bonne humeur et spectacle. Oui, mais voilà, derrière le résultat haut en couleurs et étourdissant, le film de Brad Bird en fait parfois trop et parfois pas assez. Trop, en proposant un film trop long pour un public plus jeune (les plus petits vont avoir du mal à suivre) ; pas assez en conservant une trame souvent prévisible et, finalement, assez ressemblante au premier film dans ses grandes lignes. Si on est loin du copié-collé, les similitudes entre Les Indestructibles 1 et 2 (les super-héros toujours secrets, un personnage qui leur promet frissons et libertés pour faire tomber les murs, un méchant qui a la dent dure à cause d’un événement passé…) me laissent un peu perplexe, tout comme cette volonté d’avoir gardé les personnages intacts au lieu de les faire grandir.
Mais bon, une fois qu’on a vu Jack-Jack, on peut tout pardonner… mais je pense que ce film-là n’atteindra pas forcément la course à l’Oscar.

Coté voix, en VO, les plus attentifs reconnaîtront surtout Holly Hunter (Here And Now, Song To Song, Batman V Superman…) en Elastic Girl et Samuel L. Jackson (Avengers : Infinity War, Hitman and Bodyguard, Kong: Sull Island…) en Frozone (décidément, la voie super-héroïque lui a toujours tendu les bras !), tandis que Brad Bird lui-même reprend le rôle d’Edna Mode.

En conclusion, Les Indestructibles 2 livre de belles retrouvailles avec la meilleure famille super-héroïque du grand écran. Brad Bird trouve la bonne approche pour ne pas céder à la répétition et livrer une nouvelle aventure à la hauteur du premier opus : fun, coloré et hyper rythmé. À voir, évidemment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s