[CRITIQUE] Les Enquêtes du Département V – Dossier 64, de Christoffer Boe (e-cinema)

Le pitch : Alors que le Département V est sous tension avant le départ annoncé d’Assad, partenaire de l’inspecteur Carl Mørck, ces derniers se lancent dans une nouvelle enquête qui pourrait bien être leur dernière. Suite à la découverte de trois squelettes cachés derrière la tapisserie d’un vieil appartement, les deux enquêteurs et leur assistante Rose doivent exhumer une macabre affaire datant des années 1950 : sur la petite île de Sprogø, des femmes étaient internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad…

Dossier 64 est la nouvelle adaptation de la saga littéraire danoise, Les Enquêtes du Département V, créée par Jussi Adler-Olsen. Après Miséricorde, Profanation et Délivrance, c’est au tour de Christoffer Boe d’adapter le quatrième roman, toujours pétri dans une atmosphère polarisée et noire, porté par l’enquêteur Carl Mørck, toujours aussi bourru, et son co-équipier Assad. Alors qu’ils s’apprêtent à se séparer, une découverte macabre relance le duo, toujours assister leur assistante Rose, qui va les emmener sur un terrain encore inédit alors qu’il déterre un complot sordide visant les immigrés et un passé aux échos encore retentissants.

Comme souvent dans Les Enquêtes du Département V, le film permet de découvrir la société danoise souvent en opposant les hautes sphères et leurs actions impunies à une population plus accessibles. Cette fois, Christopher Boe déterre des secrets enfouies dans une île de la honte où des jeunes filles étaient avortées puis stérilisées de force, avant de creuser les ramifications de cette histoire à la société danoise actuelle à travers la découverte d’un crime haineux, Dossier 64 mêle thriller et sujet social dans une enquête aux strates multiples qui finit par questionner la culpabilité même du (ou des) meurtrier(s). En effet, en soulevant un sujet de fond assez costaud, entre mœurs patriarcales et racisme ancré envers la communauté musulmane, le récit porté par Christoffer Boe montre une nouvelle facette sordide de l’humanité, à travers une théorie du complot terriblement solide.
L’intrigue est électrisée par la noirceur ambiante et surtout celle qu’impose le caractère grognon du héros, alors que les rebondissements se bousculent pour animer la trame. J’ai surtout été happée par la partie flashback du film, montrant le sort réservé aux femmes qui n’entraient pas dans le moule conventionnel de l’époque et qui constitue le point d’ancrage d’une histoire psychologiquement violente et marqué par la revanche. Cependant, l’ombre imposante de la saga Millenium continue de se faire sentir, tant le dénouement est un chouilla similaire à celui du premier volet de la série suédoise. Là où le film a du mal à évoluer, c’est quand il tente de s’attarder autour du son duo (trio ?) principale. Au bout de quatre films, la collaboration de Mørck et Assad semblent toujours au point mort, malgré une présence féminine autour d’eux, ce qui déclenche la cassure de l’équipe. Si Dossier 64 met à mal leur relation pendant tout le film, j’ai trouvé cela dommage qu’il ait fallu en arriver là pour afficher la complicité entre les deux flics.

Au casting justement, Nikolaj Lie Kaas (Enfant 44…), le Clovis Cornillac danois n’est-ce pas :-), retrouve son personnage grincheux qu’il a su apprivoiser avec le temps, contrastant avec la bienveillance du personnage interprété par Fares Fares (Westworld, Le Caire Condientiel…). Autour d’eux, Johanne Louise Schmidt joue les liants, avec une personnage un peu trop couteau suisse à mon goût.

En conclusion, Les Enquêtes du Département V livre une nouvelle enquête prenante, entre polar et thriller, qui scrute toujours aussi bien les erreurs du passé pour comprendre les problèmes du présent. Dossier 64 pose une intrigue aussi captivante qu’intéressante, à travers la société danoise et ses secrets. Je ne dirai pas non à un cinquième film, pourvu que le duo Mørck et Assad évolue un peu plus. À voir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s