[CRITIQUE] Tyler Rake (Extraction), de Sam Hargrave

Le pitch : Tyler Rake est un mercenaire intrépide qui travaille dans l’ombre. Alors qu’il n’a plus rien à perdre, il est chargé par un puissant caïd mafieux, pour l’heure incarcéré, de sauver son fils qui a été enlevé. Mais dans le milieu glauque de la pègre, où se côtoient marchands d’armes et narcotrafiquants, la mission ultra-périlleuse de Rake frôle l’impossible. Et la vie du mercenaire et du jeune garçon risque d’en être bouleversée à jamais…

Alors que je n’ai jamais réussi à finir 6 Underground de Michael Bay et que Operation Brothers (avec Chris Evans) traîne toujours dans ma watch-list, le film Tyler Rake s’est immédiatement imposé comme un bon gros film à pop-corn, explosif et bien bourrin, idéal pour se vider la tête au fond du canap’. Et la présence de Chris Hemsworth ne gâche rien.
Pour son premier film, on ne va pas se mentir : Sam Hargrave a su faire jouer ses connexions. Acteur secondaire dans de grosses productions (Deadpool 2, Atomic Blonde, Birds of Prey…), c’est surtout un cascadeur qui a fait ses armes dans le giron de Disney, depuis Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffret Maudit, jusqu’au Avengers de Joss Whedon, puis Captain America : Civil War et les deux derniers Avengers : Infinity War et Endgame. Du coup, pas étonnant de voir le nom de Joe Russo figuré en tête de liste parmi les scénaristes du film Tyler Rake (Extraction en VO), adapté du comic book « Ciudad » d’Ande Parks. Mais ne soyons pas mauvaise langue, qui dit pistonné ne dit pas forcément qu’un bon film est à la clé. On a vu de nombreux opérateurs de l’ombre s’improviser réalisateur après avoir écumer les plateaux de tournage… pour le meilleur et pour le pire. Alors, verdict ?

Pour faire simple : le film Tyler Rake ne brille pas par son originalité, mais répond pleinement aux attentes en termes de divertissement musclé.
Le coup du mercenaire trompe-la-mort, capable de décimer ses ennemis en close-combat ou l’arme de poing avec bras dans le dos a été revu des dizaines et des dizaines de fois. Cependant, Sam Hargrave ne ment pas sur la marchandise et annonçait un film d’action explosif et rythmé, c’est ce qu’il a délivré. Porté par le charismatique Chris Hemsworth, connu pour son rôle de Thor au sein des Avengers, Tyler Rake livre une course contre la montre effrénée à travers une mission de sauvetage aux airs de pacte avec le diable, qui va forcément être troublé par des méchants pas beaux qui jettent des enfants du haut d’un immeuble sans pression.
Niché dans la chaleur indienne amplifié par une photographie aux tons chauds, le film est porté par un dynamisme conquérant et survolté qui prend le pas sur l’intrigue simpliste pour maintenir l’attention. Pas désagréable sans pour autant être mémorable, Tyler Rake va chercher à se démarquer à travers son héros au tempérament impulsif et téméraire, creusant un passé marqué par le deuil et une fatalité un poil sinistre qui contrastent avec l’image solaire que véhicule habituellement l’acteur australien. Cela donne un peu de relief au personnage, sans forcément s’y étendre dans la narration.
Mais ce qui m’a surtout fait accrocher à Tyler Rake, c’est sa réalisation. Sam Hargrave propose une mise en scène ambitieuse, qui colle à la frénésie ambiante, entre course-poursuite et affrontements brutaux. Le jeune réalisateur mixe chorégraphie impeccable et effets de style soignés, comme un long plan-séquence formidable qui joue avec les prises de vue de la caméra et la vitesse de l’action pour conserver l’intensité trépidante de la scène. Un bel effort pour un premier film, car il n’est pas toujours facile de réaliser ce qui semble être un objet clé-en-main, surtout quand il est signé par un des réalisateurs des derniers Avengers ! Une pression non négligeable, car même s’il s’agit d’un film Netflix, de plus en plus de réalisateurs renommés s’aventurent sur cette plateforme.

Au casting, au coté d’un Chris Hemsworth (Avengers : Endgame, Men in Black International, Sale Temps à l’Hôtel El Royale…) plus sombre mais toujours convaincant, on retrouve le jeune Rudhraksh Jaiswal, plus habitué des films de Bollywood, qui parvient à jouer les side-kicks malgré lui sans être agaçant (et sans jamais faire appel à ses capacités en arts martiaux d’ailleurs), tandis que Randeep Hooda, autre acteur bollywoodien, joue les antagonistes solides. A l’affiche, on reconnaîtra la belle Golshifteh Farahani (Un Divan à Tunis, Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar, Paterson…) et de David Harbour (Hellboy, Stranger Things…).

En conclusion, Sam Hargrave livre un premier film à la réalisation ambitieuse, porté par Chris Hemsworth très bon en héros torturé. Si l’ensemble manque d’originalité, Tyler Rake est le combo parfait du film d’action blindé de testostérone à regarder en toute détente. D’ailleurs, twist récent : une suite a déjà été confirmé. Le confinement a du bon (un peu). A voir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s