Festival de Cannes 2019 : Découvrez la sélection

Le 72e Festival de Cannes aura lieu du 14 au 25 mai 2019. Le jury sera présidé par Alejandro González Iñárritu et Edouard Baer sera à nouveau le maître de cérémonie. Le réalisateur américain John Carpenter recevra le Carrosse d’or de la Quinzaine des réalisateurs et l’acteur Alain Delon recevra une Palme d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. L’affiche du Festival est un hommage à Agnès Varda (décédée le 29 mars dernier), prise en photo sur le dos d’un technicien sur le plateau du film La Pointe courte en 1954.

Découvrez la sélection officielle…

[CRITIQUE] Much Loved, de Nabil Ayouch

Insolent et percutant, Much Loved est de ces films trop rares sur grands écrans qui osent jouer la carte de la franchise, avec un sujet aussi dérangeant que fascinant. Nabil Ayouch dresse le portrait de quatre femmes enragées, tranchées, sensibles, réalistes, belles… et prostituées dans un pays religieux. Much Loved a fait couler beaucoup d’encre et est interdit dans son pays d’origine, mais choisit d’illustrer un sujet tabou, avec une brutalité fracassante. Dommage qu’à travers cette rencontre surprenante, Nabil Ayouch n’emmène pas ses personnages plus loin, du coup, même si j’applaudis l’audace de ce film, il faut avouer qu’on s’ennuie un peu.

Les garçons et Guillaume, à table ! : surprenant, drôle et touchant

Quelque part entre un one-man-show intimiste et un film rythmé, Les garçons et Guillaume, à table ! est une comédie rafraîchissante, à la fois drôle et touchante. A travers un scénario original, Guillaume Gallienne revisite sa propre histoire, teintée par un amour sans borne envers sa mère (et les femmes en général) mais aussi par une quête identitaire d’une justesse admirable. Les garçons et Guillaume, à table ! réussit à éviter les pièges et les clichés attendus pour nous livrer une comédie attachante, pleine de vie mais aussi incroyablement mature et authentique. Un vrai régal !

Rengaine : Un monde en « noir et beur » dur et dérangeant

Dur comme la pierre, Rengaine n’a rien du conte de fées. Aussi sombre et dangereux que le sujet qu’il traite, Rengaine fait l’effet d’un coup de poing. On en ressort estomaqué, chamboulé, choqué… Que l’on soit de nature tolérante ou pas, ce film ne vous laissera certainement pas indifférent. Rachid Djaïdani nous offre un film puissant et brut