Festival de Cannes 2019 : Découvrez la sélection

Le 72e Festival de Cannes aura lieu du 14 au 25 mai 2019. Le jury sera présidé par Alejandro González Iñárritu et Edouard Baer sera à nouveau le maître de cérémonie. Le réalisateur américain John Carpenter recevra le Carrosse d’or de la Quinzaine des réalisateurs et l’acteur Alain Delon recevra une Palme d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. L’affiche du Festival est un hommage à Agnès Varda (décédée le 29 mars dernier), prise en photo sur le dos d’un technicien sur le plateau du film La Pointe courte en 1954.

Découvrez la sélection officielle…

[CRITIQUE] American Honey, d’Andrea Arnold

Solaire, insolent et marginal, Andrea Arnold transforme un road-trip improvisé en une observation à cœur ouvert d’une jeunesse insouciante et parfois indécente, entre amours perturbées et absences de repères. Habité par des personnages à vif, American Honey livre une histoire sans fioriture et porté par une sincérité criarde, parfois dérangeante mais profondément marquée par la férocité de ses émotions, entre envie de liberté et fuite en avant. Un peu long, certes, mais étonnamment lumineux, abouti et captivant.

[CRITIQUE] L’Ascension, de Ludovic Bernard

Drôle et attachant, L’Ascension narre une aventure pas banale et euphorisante sur fond de défi amoureux. Ludovic Bernard adapte l’histoire presque vraie d’un banlieusard qui décide de gravir L’Everest d’abord par amour, avant de livrer une jolie leçon de courage et de persévérance. Certes un poil romancé, L’Ascension reste une comédie pleine d’humour, avec un coté immersif captivant à l’enthousiasme communicatif.

Rattrapage 2015 : The Lobster, de Yórgos Lánthimos

Le pitch : Dans un futur proche… Toute personne célibataire est arrêtée, transférée à l’Hôtel et a 45 jours pour trouver l’âme sœur. Passé ce délai, elle sera transformée en l’animal de son choix. Pour échapper à ce destin, un homme s’enfuit et rejoint dans les bois un groupe de résistants ; les Solitaires.