[CRITIQUE] Sisters, de Jason Moore

sisters

Si les comédies d’ados fêtards vous épuisaient déjà, Sisters est là pour asséner le coup de grâce. Déjà mollement attendu, le film de Jason Moore arrive bien tardivement pour cristalliser l’amitié de Tina Fey et Amy Poehler sur grand écran, des lustres après qu’elles aient fait se gausser le parterre Hollywoodien grâce à leur humour osé, en animant les cérémonies des Golden Globes en duo, trois fois de suite. Résultat, Sisters ressert un humour réchauffé, si retravaillé et prévisible qu’il s’en dégage un sentiment de désespoir et d’usure, tant l’ensemble est criard, m’as-tu-vu et téléphoné. Là où les comédies ados ou adolescentes peuvent vaguement inspirer, Sisters inspirent surtout de la pitié et de la gêne, surtout quand on voit ces deux actrices, normalement hilarantes, se vautrer dans un film aussi ringard. Au secours !

Le pitch : Deux sœurs sont de retour chez leurs parents pour débarrasser leur ancienne chambre d’enfant avant que la maison familiale ne soit vendue. Dans l’espoir de revivre pour une nuit leurs années de gloire passées, elles organisent une soirée « de jeunes » avec leurs anciens camarades de lycée qui tourne rapidement en fiesta délirante et salutaire pour cette bande d’adolescents attardés.

30 Rocks pour la brune, Parks and Recreation pour la blonde, Tina Fey et Amy Poehler sont des figures incontournables de la scène humoristique aux US, depuis que les deux comparses ont fait leurs armes dans le fameux show Saturday Night Live au début des années 2000. Fiertés nationales, actrices multi-récompensées, business women accomplies et amies dans la vie, leur duo épicé a su réveiller les cérémonies parfois trop guindées d’Hollywood, notamment les Golden Globes (et passer après Ricky Gervais n’était pourtant pas une chose aisée).
Pourtant, en dehors de plusieurs collaborations dans des films ou des séries (Légendes Vivantes, Baby mama…), rares sont les fois où Tina Fey et Amy Poehler ont véritablement partagé le haut de l’affiche et quelqu’un s’est dit, à juste titre à l’époque, qu’il était temps de combler ce manque pour le bien-être du 7ème art (ben voyons). Du coup, l’idée d’embarquer les deux actrices dans une comédie dont l’élément central est une fête qui vire au chaos n’était pas si mauvaise… par contre, enrober le tout dans un ensemble à la fois attendu, ultra-poussif et souvent de mauvais goût, ça, ça ne pardonne pas.

Sisters démarre déjà d’un mauvais pas en présentant ces deux sœurs sous des clichés on-ne-peut-plus conventionnels : l’une, divorcée et légèrement psycho-rigide, l’autre est mère célibataire et a une vie qui part en vrille. Bon sang, on dirait le pitch d’un des milliards de navets avec Cameron Diaz ! Tout va presque bien, jusqu’au moment où papa-maman décident de vendre la maison familiale. Voilà le drame de leurs vies : bien au-delà d’une rupture douloureuse ou du fait d’être quasiment à la rue avec un enfant à charge, voir ses parents vendre la maison de leurs enfances leur brise le cœur ! Blablabla, retour aux sources, blablabla, relecture de journaux intimes, jusqu’à l’éclair de lucidité : fêtons la vente de la maison avec une grosse fiesta qui permettra à Sœur Coincée de pouvoir se lâcher une fois dans sa vie, tandis que l’autre sœur… fera comme d’habitude. Pourquoi changer ses bonnes habitudes ?

SISTERS

Difficile de considérer le film de Jason Moore avec sérieux, tant celui-ci cumule les clichés les plus honteux empruntés à n’importe quel film d’ados ou autres romcoms mettant en scène des femmes en mal de stabilité dans leurs vies et qu’on a bien du mal à apprécier, tant il devient rapidement évident qu’il s’agit d’ex-gamines qui ont été bien trop gâtées dans leur enfance.
Entre règlement de comptes d’histoire qui datent du lycée et fausse découverte de soi, Sisters enfonce des portes ouvertes avec une allure vertigineuse, n’hésitant pas à frapper le mur de la médiocrité de plein fouet et à en redemander, tel un Juggernaut furibard dans un film de Brett Ratner (pour ma critique de X-Men Apocalypse, c’est ici). L’humour est trop gras, trop recherché, trop lourd, trop bruyant… Ca vanne au kilomètre des réparties à rallonge qui s’épuisent à vue d’œil, fleurant bon l’écriture trop travaillée et répétée pour avoir l’air faussement spontanée. Du coup, la dynamique du film en prend un coup et chaque scène creuse un peu plus profond dans la gêne (l’exclue qui veut s’incruster à tout prix, le pote pas drôle mais veut absolument l’être, la boite à musique dans les fesses, hihi haha houhou mais tenez-moi les côtes !!) et même la simili-romance éculée ne parvient même pas à relever le niveau, tant l’humour patauge dans la vase. Je veux bien rire de bon cœur devant Pattaya mais là, croyez-moi, j’ai pris des rides et pas les meilleures.

Le résultat est atroce, j’ai vraiment eu du mal à tenir jusqu’au bout du film. Je crois que même Babysitting m’avait arraché quelques sourires, car la bêtise du film avait quelque chose d’attachant. Dans Sisters, tout est forcé et calculé au millimètre, laissant peu de place à l’imagination et surtout, au véritable talent de deux actrices pourtant drôles qui se sont sacrément perdues en cours de route.

Au casting justement, Tina Fey (Muppets Most Wanted, Unbreakable Kimmy Schmidt…) et Amy Poehler (Parks And Recreation, Vice-versa…) semblent bien s’amuser et c’est probablement le seul point positif. Maya Rudolph (Les Nouveaux Héros…) s’embourbe dans des rôles ingrats, tandis que Ike Barinholtz n’est absolument pas crédible en petit-ami potentiel, surtout quand on ne connait l’acteur que via la série The Mindy Project (où il est généralement dégoutant). Autour deux, des têtes connues par-ci, par-là, qui se fondent dans le décor : John Leguizamo (American Ultra…), Madison Davenport (Noé…), John Cena (Crazy Amy…)…

En conclusion, si Tina Fey et Amy Poehler voulaient prouver que faire la teuf du siècle n’était pas uniquement réservé aux ados et aux caméras embarquées, c’est réussi. Par contre, question humour, originalité et fraîcheur, on repassera… ou pas. À éviter.

SISTERS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s