[CRITIQUE] Le Cercle – Rings, de F. Javier Gutiérrez

Une jeune femme s’inquiète pour son petit ami lorsqu’ il commence à s’intéresser aux mystères entourant une vidéo censée tuer celui qui la regarde 7 jours après l’avoir visionnée. Elle se sacrifie pour sauver son petit ami et fait alors une terrifiante découverte : il y a « un film dans le film » que personne n’avait encore vu…

[CRITIQUE] Independence Day: Resurgence, de Roland Emmerich

Après George Miller et la version 2015 d’un de ses plus gros succès avec Mad Max: Fury Road, c’est au tour de Roland Emmerich de dépoussiérer un des blockbusters qui a marqué les années 90 : Independence Day. 20 ans plus tard, Independence Day: Resurgence débarque sur nos écrans, sensé conquérir aussi bien un public nostalgique…

[CRITIQUE] Sisters, de Jason Moore

Si les comédies d’ados fêtards vous épuisaient déjà, Sisters est là pour asséner le coup de grâce. Déjà mollement attendu, le film de Jason Moore arrive bien tardivement pour cristalliser l’amitié de Tina Fey et Amy Poehler sur grand écran, des lustres après qu’elles aient fait se gausser le parterre Hollywoodien grâce à leur humour osé, en animant les cérémonies des Golden Globes en duo, trois fois de suite. Résultat, Sisters ressert un humour réchauffé, si retravaillé et prévisible qu’il s’en dégage un sentiment de désespoir et d’usure, tant l’ensemble est criard, m’as-tu-vu et téléphoné. Là où les comédies ados ou adolescentes peuvent vaguement inspirer, Sisters inspirent surtout de la pitié et de la gêne, surtout quand on voit ces deux actrices, normalement hilarantes, se vautrer dans un film aussi ringard. Au secours !

Jamais le premier soir : Mauvais, stupide, mal joué… une horreur !

Dire que ce film est mauvais est un doux euphémisme. Jamais le premier soir cumule tout ce qu’il peut y avoir de plus mauvais et stupide en un seul film, du scénario ridicule et téléphoné aux personnages agaçants. Pour son premier film, Mélissa Drigeard se complaît dans la médiocrité sans nom, affichant tous les stéréotypes et les clichés beaufs, sexistes et même – soyons fous – racistes dans une comédie lourde, potache et ennuyeuse à mourir. Jamais le premier soir n’aurait surtout jamais dû voir le jour ! Quelle horreur !